Le président Macky Sall favorable à une solution négociée de la crise malienne: Une position de sagesse imposée par la conjoncture économique mondiale ?

En sa qualité de président en exercice de l’Union africaine, Macky Sall s’est entretenu avec le Colonel Assimi Goita. Dans un tweet rendant compte de cet entretien téléphonique, le chef de l’État sénégalais affirme militer pour la reprise du dialogue pour une solution négociée de la crise au Mali. Cette posture de sagesse du président sénégalais mérite cependant d’être analysée sous plusieurs angles.


Président de la Conférence des chefs d’État et de gouvernement de l’Union africaine (UA) depuis février, Macky Sall multiplie les actes pour marquer son passage au sommet de l’instance suprême de l’organisation panafricaine. Signe irréfutable de cette volonté, il avait déjà affiché une certaine neutralité sur la crise qui oppose actuellement la Russie à l’Ukraine. Le Sénégal s’est à ce sujet abstenu de voter la résolution des Nations Unies exigeant de la Russie la cessation de ses opérations en Ukraine.

Plus tard, en conseil des ministres, Macky Sall qui a précisé que cette position répondait au principe de non-alignement du Sénégal, s’est entretenu avec son homologue russe. « Je me réjouis de mon entretien de ce matin avec le président Poutine en ma qualité de président de l’Union africaine pour solliciter un cessez-le-feu durable en Ukraine. Je salue son écoute et sa disponibilité à maintenir le dialogue pour une issue négociée du conflit », rapportait le compte Twitter du président sénégalais. Cette position de sagesse a été perçue comme une éclaircie dans un tourbillon de menaces et d’attitudes extrêmes entre l’est et l’ouest.

Quelles que soient sa portée et son importance, la voix de l’Afrique aura pour le moins montré qu’elle doit compter. Pas en soutenant un camp ou un autre, mais dans le but de concilier les parties en conflit, en tenant compte du fait que le continent sera d’une manière ou d’une autre affecté. D’ailleurs c’est déjà le cas. La hausse du prix du baril de pétrole commence à avoir des répercussions locales. Au Mali, l’Office national des Produits pétroliers a annoncé l’augmentation du prix du carburant à la pompe à partir de ce jeudi 17 mars. Au Sénégal, l’on se prépare déjà à cette éventualité. En plus, l’absence de solution pacifique à cette guerre peut se révéler fâcheuse pour l’approvisionnement en céréales pour les pays africains qui dépendent essentiellement de l’extérieur.

Le cas du Sénégal est très révélateur de cette dépendance. L’ambassadeur de la Fédération de Russie a rappelé dans un entretien avec la presse nationale que le commerce bilatéral entre les deux pays a été multiplié par 2,2  au cours de l’année 2021. Il a révélé à cet effet que le Sénégal s’est positionné à la deuxième place des pays subsahariens à commercer avec son pays, après l’Afrique du Sud et importe 40% de ses besoins en blé de la Russie.

Dans cette perspective, une pénurie de farine de blé ou même une augmentation des produits dérivés risque de constituer une nouvelle équation pour une économie qui souffre déjà de l’embargo imposé par la Cedeao au Mali.

Dans son bulletin de mars, l’Agence nationale de la Statistique et de la Démographie a démontré par les chiffres que les exportations sont passées de 319,9 milliards FCFA en décembre 2021 à 272,0 milliards à janvier 2022. Une régression dans laquelle le Mali a joué un rôle déterminant puisque les exportations du Sénégal vers ce pays ont chuté de 27% en décembre 2021 à 22% en janvier 2022.

Si l’on prend compte du fait que les sanctions de la CEDEAO ne sont entrées en vigueur qu’à partir du 10 janvier, il est fort à craindre que les chiffres du mois de février seront plus catastrophiques d’autant qu’un millier de camions chargés de matériels de construction et d’autres produits non concernés par l’exemption sont toujours bloqués à la frontière avec le Mali.

Face à cela, Macky Sall ne peut qu’agir pour éviter un pourrissement de la situation qui serait non seulement préjudiciable pour le Mali mais pas moins pour le Sénégal. Son manteau de président de l’UA confère une légitimité continentale à cette démarche de sagesse qui ne pouvait en être autrement. Maintenant, il appartient aux autorités de la transition de suivre cette cadence pour une sortie de crise heureuse pour tous!
Jeudi 17 Mars 2022
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :