« La revue de presse wolof et le mécanisme du Ngëwele » (Critique du Pr Massamba Guèye)


« La revue de presse wolof et le mécanisme du Ngëwele » (Critique du Pr Massamba Guèye)
Au cours d’un atelier sur l’esthétique de la parole, qui s’est tenu hier au département de Philosophie de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad), le professeur Massamba Guèye a, selon le quotidien Le Soleil, abordé, avec d’autres intervenants, le thème « De l’écrit à la parole : La revue de presse wolof et le mécanisme du Ngëwele ». « Le professeur, selon notre confrère, a fait, avec l’assistance, un diagnostic sans complaisance de ce genre journalistique ». « C’est un travail complexe aussi car le journaliste doit choisir le texte écrit en français pour un auditoire wolof. Est-ce qu’il est préparé pour cela ? Est-ce que nos « Revueurs » de la presse sont des esthéticiens ? Le fait est là et nous devons l’analyser avec la distance scientifique », argumente M. Guèye

L’astre de Hann de poursuivre : « Pour M. Guèye, la revue de presse en wolof est devenue un exercice populaire et des journalistes ne sont recrutés que pour faire ce travail du fait de leur popularité. Compte tenu du fait qu’il y a des paroles constructives et des paroles destructives, Masssamba Guèye constate que souvent, les revues de presse en wolof sont commanditées car les « Revueurs » sont souvent obligés de commencer par le quotidien de leur groupe. Partageant un échantillon pour étayer ses propos, le conférencier indique que les acteurs de la revue de presse en wolof utilisent la parole pour exagérer un fait (xoromal en wolof). Citant nommément deux « Revueurs » de la presse en wolof parmi les radios les plus suivies de Dakar, M. Guèye estime qu’il y a aussi la pratique du détour (garuwalé) dans leurs revues ».

« Ils ne sont plus dans l’exercice de la fonction journalistique mais dans leur objectif de parole qui choque (Waax ju reey). Ils ont une caution financière parce que ce sont eux qui gagnent le marché de la publicité au Sénégal. Des autorités sont maintenant prêtes à payer pour être dans la revue de presse wolof », explique Massamba Guèye.

« Cependant, oppose Le Soleil, il laisse entendre qu’à la différence des autres animateurs qui font la revue de presse en wolof, El Hadj Assane Guéye de la Rfm sort du lot car il a su imposer sa parole posée et éthique, ce qui fait qu’il est choisi pour les publicités institutionnelles. Massamba Guèye se demande, après avoir étudié ce phénomène, si ses acteurs confondent l’éloquence qui est esthétique et la grandiloquence qui irrite et choque ».
Jeudi 11 Janvier 2018
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :