ENTRETIEN / FARBA NGOM LARGUE SES BOMBES : « Dans ce gouvernement, il y en a qui ne sont pas engagés... Abdoul Mbaye a voulu dissoudre la SAR... Ce combat contre l'honorariat, c'est de la pure méchanceté »

Toutes griffes dehors, Farba Ngom est encore monté au créneau pour défendre son mentor. Un exercice auquel des membres du gouvernement ne sont pas prêtés. Le député maire des Agnams qui a accordé un entretien à Dakaractu, leur en veut pour cette « hypocrisie » qui ne dit pas son nom. Toujours dans sa toge d’avocat du régime, Farba Ngom se rebiffe lorsqu’on parle de lenteur dans la distribution de l’aide alimentaire. À son avis, c’est une question de respect de procédure et non de lenteur. Il est convaincu que les critiques essuyées par son camp dans l’affaire dite de l’honorariat au Conseil économique, social et environnemental sont d’ordre purement politique. Il s’en prend à cet effet aux hommes politiques de l’opposition qui ont décidé d’attaquer le décret mettant sur un piédestal les anciens présidents de cette institution. Abdoul Mbaye, Mamadou Lamine et Thierno Alassane Sall en ont pris pour leur grade. De même que le jeune opposant, Ousmane Sonko. Mais le leader de Pastef a été pulvérisé par le maire des Agnams pour s’être mesuré à Macky Sall.


Partition dans la riposte contre la Covid-19

« Je dois dire que je dois rendre hommage au président qui a pris des mesures idoines pour maitriser la situation. Le corps médical a aussi droit à toutes les reconnaissances. De même que le ministre de la Santé, Abdoulaye Diouf Sarr. Je présente mes condoléances aux familles des victimes de la Covid-19. Les gens aisés ont le devoir de soutenir les démunis. C’est une épreuve divine qu’il faut endurer. Des pays plus puissants sont confrontés à des difficultés au moment où notre pays tente s’en sortir. Nous enregistrons un taux de guérison très acceptable. Ce que j’ai fait, je ne vais pas m’en gausser, car il n’est pas de nos us de rendre publiques nos bonnes actions » 

Lenteur dans la distribution de l’aide alimentaire 

« Le président a pris des initiatives pour alléger les souffrances des populations. Ce que les régimes précédents n’ont jamais fait. Mais on ne peut pas lui en vouloir parce qu’il veut tout faire dans les règles de l’art. On ne se précipite pas. Le président avait pris toutes ses précautions pour éviter les reproches qu’on entend aujourd’hui et qui ne tiennent pas la route. Il a compris qu’il devait impliquer l’armée dans la distribution. Le chargement ne se fait pas aussi facilement que les gens pourraient le croire. Ensuite, l’escorte est assurée par la gendarmerie avant l’étape de la décharge supervisée aussi par l’armée. Enfin viennent les élus locaux qui doivent jouer leur partition en organisant la répartition. C’est tout un processus qu’il faut respecter. Les populations doivent le comprendre ainsi (…) Mansour Faye est un homme expérimenté…Quand le président réfléchissait sur des bourses familiales, où étaient tous ceux qui parlent ? Pourtant, c’est le même Mansour Faye qui était Délégué Général à la Protection sociale et à la Solidarité nationale et qui faisait un travail remarquable dans cette structure.

Il n’y a que les politiciens qui dénigrent Mansour Faye. Le président appartient à un parti, à une coalition. Pourtant dans la distribution des vivres, il n’y a pas de considération politique. Il faut qu’on arrête les débats politiciens.
Le président de la République a consulté tout le monde dans un esprit d’ouverture mais quand il s’agit de décider, c’est à lui que revient le dernier mot »
 
Loi d’habilitation dans un pays timidement touché


« Si demain on devait se réunir à nouveau et voter à nouveau pour donner les pleins pouvoirs, on referait la même chose. Ça a été une très bonne réflexion coordonnée par le président du groupe parlementaire Aymerou Gningue. Le pays traverse une crise sanitaire qui demandait cette posture. Le président s’est comporté comme un chef et a impliqué tout le monde dans la gestion de cette crise. Nous lui avons fait confiance car nous savons qu’il n’est animé par aucune autre motivation que de servir le Sénégal »

Honorariat au CESE 

« Toutes ces personnes qui geignent à propos de l’honorariat sont tout simplement des gueulards qui ne souhaitent jamais du bien à leurs prochains. C’est à la limite de la méchanceté gratuite.
Abdoul Mbaye doit revoir sa copie. C’est un piètre politicien qui a beaucoup à apprendre. Il est toujours en classe d’initiation en politique. Je suis plus expérimenté que lui. Le président l’a nommé Premier ministre sans rien lui devoir. On le connait, c’est un homme d’affaires, il n’a qu’à continuer dans son milieu naturel. Ce n’est pas un homme politique.
Et ses états de services ne plaident pas pour lui. En tant que Premier ministre, la première proposition qu’il a faite au président, c’est de dissoudre la SAR pour ses propres intérêts. Heureusement que le président a refusé.
Quant à Thierno Alassane Sall, c’est Macky son maitre en politique. C’est ce qui explique son niveau acceptable. Mais il doit savoir raison garder. Le président l’a nommé à tous les postes auxquels il pouvait aspirer. Il a été nommé Directeur Général et ministre. Je lui avais cloué le bec la dernière fois qu’il l’a ouvert pour dénigrer le Président. Je le mets en garde une nouvelle fois. Il n’a qu’à se taire.

Mamadou Lamine Diallo est de mauvaise foi. Il défend des causes sans y croire vraiment. Le président est la seule personne habilitée à signer des décrets dans ce pays. C’est un homme d’Etat qui maitrise son sujet pour avoir pratiqué tous les échelons du pouvoir. C’est pour cela que je lui fais confiance. Je n’ai aucun commentaire sur ses décisions. J’ai arrêté d’en avoir quand j’ai décidé de l’accompagner. Je suis redevable au président pour m’avoir fait l’honneur de me choisir comme député et de m’avoir mis dans le secrétariat exécutif national. Je rappelle qu’un engagement militant ne va pas de pair avec la liberté de ton. »

Bradage du Littoral

« Le président n’a jamais été d’accord avec le bradage du littoral car c’est un homme mu que par les intérêts nationaux. Le régime précédent est responsable de beaucoup d’attributions foncières imputées au notre.  Maintenant l’Etat, c’est la continuité, comme on dit et on ne peut du jour au lendemain, revenir sur tout ce qui a été fait par ton prédécesseur. Mais tout le monde connait la boulimie foncière de Wade…il ne faut faudrait pas perdre de vue que ceux qui ont bénéficié de ces surfaces sont des sénégalais.
J’ai entendu le journaliste Madiambal Diagne sur le sujet. C’est un ami mais vraiment je dois avouer qu’il m’a surpris. Je n’attendais pas ça de lui. Il n’y a pas de demi-mesure dans le compagnonnage entre deux personnes. Je ne dirai pas certaines choses, car c’est un ami »

Ousmane Sonko et la menace de tout détruire quand il sera élu ?

« Ousmane Sonko se donne un poids qu’il n’a pas. Que les sénégalais m’écoutent bien. Quelqu’un qui prend pas les gens pour des enfants à manipuler par des discours, ne doit pas mériter leur respect. Pour lui, il faut amuser la galerie de temps en temps pour exister. C’est ce qu’il dit en privé. Il a énormément de gap à combler.
C’est le président Macky Sall que les sénégalais ont élu. Etre président n’est pas une tâche facile et il faut bien choisir celui à qui on confie son destin. Au nom de quoi il se permet de faire des discours à chaque fois que le président s’adresse aux Sénégalais ? Et c’est pour dire quoi ? Insulter les Sénégalais sans distinction aucune. Lors de son dernier discours, il a taxé tout le monde d’discipliné. Personne n’a été épargné. Il en bien pris pour son grade. C’est le revers de la médaille quand on communique à tout bout de champ »

Le président Macky Sall remonté contre certains de ses hommes ?

« Je ne peux ni confirmer ni infirmer que le président est en colère contre certains membres de son entourage. Mais je peux dire ici que beaucoup de membres du gouvernement ne sont très engagés. Ils ne sont pas sincères dans leurs actions de tous les jours. Ils refusent une chose la nuit pour l’accepter le jour. Quand on sert une cause, il faut y aller à fond et éviter d’être un hypocrite qui joue sur deux tableaux. Etre dans un système implique qu’on doit le défendre. Tu ne peux pas profiter des largesses du pouvoir et faire comme si de rien n’était.

Nous qui avons accompagné Macky Sall depuis le début, nous témoignons ici notre fierté de l’avoir comme président. Il a bien travaillé et a obtenu que des résultats positifs, quel que soit le secteur. Mais lorsqu’on ne sent plus en phase avec la politique d’un gouvernement, on doit être conséquent avec soi-même. Je ne citerai pas de noms mais ils doivent juste savoir qu’ils sont indignes de figurer dans un système qu’ils ne veulent pas défendre quand il est attaqué à partir de l’extérieur. Le ministre est une fonction politique et être nommé ministre ne doit être un frein à la prise de parole quand il le faut. Nous devons défendre le président, surtout qu’il a bien travaillé. »

Remaniement ?

C’est la prérogative de Macky Sall. Je n’ai pas à définir l’agenda du président.

Mandat des maires ?

« Les maires ne sont pas des rois. Mais il se trouve qu’actuellement, qui ose parler de politique alors que le Sénégal traverse une crise sanitaire ? S’il ne dépendait que de moi, on irait aux élections le plus tôt possible. J’ai l’esprit calme car j’ai travaillé. Je peux faire mon investiture dans la commune et ne pas battre campagne et laisser mon bilan le faire à ma place. Je n’aurai pas moins de 80%. Les élections on les gagne en amont. Et j’ai montré ça aux élections présidentielles. Montrez-moi au Sénégal un bureau qui a eu 100% pour le président sortant, à part le mien ? »

Les autorisations de construire élargies aux préfets

« Certains maires commercialisent des autorisations de construire. Il faut que les gens sachent que leurs pouvoirs sont encadrés. Avant d’accorder une autorisation de construire, c’est un tout un processus qu’il faut suivre scrupuleusement. Donc, ce n’est pas au maire de décider sur un coup de tête d’annuler une demande qui a respecté toutes les normes. Je suis en phase avec le président. Dans ma commune, je ne fais pas différence entre les demandeurs. La mairie n’est pas un bien privé où on peut faire ce qu’on veut. Barthelémy Dias en fait trop parfois.  C’est comme si certains n’ont pas compris le Code des collectivités territoriales. »

Première dame ?

« C’est une chance pour le Sénégal. Elle conduit sa voiture elle-même, elle pratique les embouteillages comme tout le monde. Elle est simple et va au chevet des populations de façon désintéressée. »

Dernier mot

« Je suis un homme politique et je me prépare à toute sorte d’attaque. Certains sont venus photographier ma maison et ils n’avaient pas compris que j’ai fait cette acquisition avant l’arrivée de Macky Sall au pouvoir. Je sais que je suis une cible pour beaucoup de personnes et elles feront tout pour m’atteindre. Peut-être passeront-elles par mes proches pour arriver à leurs fins. J’ai démarré en tant que courtier et je suis très fier d’être un griot. Si j’en suis à ce niveau, je dois rendre grâce à Dieu. Je n’ai pas les caisses de l’État. Mais je suis dans le milieu des affaires et j’assume. »
Mercredi 17 Juin 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :