La Chine finance tous ses projets d’infrastructures : Macky «vide» la banque de Pékin

Avant même la cérémonie d’ouverture de la réunion du Groupe consultatif prévue lundi prochain à Paris, le chef de l’Etat sénégalais peut afficher une mine réjouie. En visite à Pékin, Macky Sall a convenu avec ses partenaires chinois de financer ses plus grands projets en matière d’infrastructures ferroviaires et routières. Rien n’a été refusé au Sénégal. Macky Sall rentre avec un jackpot de plus de 4,5 milliards de dollars, soit 2 200 milliards de francs Cfa. Bien plus que les 1 864 milliards de francs Cfa fixés comme objectif au Groupe consultatif de Paris.


La Chine finance tous ses projets d’infrastructures : Macky «vide» la banque de Pékin
Le Président Macky Sall se frotte les mains. Il vient de décrocher, en Chine, les financements de ses plus grands projets d’infrastructures. Il a conclu au premier jour de sa visite d’Etat à Beijing d’importants accords avec des firmes chinoises, pour un montant global d’investissements estimé à plus de 4,5 milliards de dollars soit environ 2 200 milliards de francs Cfa que la China Eximbank, par la voix de son Pdg, Ruogo Li, assure être disposée à financer totalement, à la fin des études complémentaires qui restent à être exécutées pour certaines d’entre elles.

Huit projets prioritaires

Les projets qui trouvent ainsi des financements sont au nombre de huit, déclarés prioritaires par le Sénégal et relatifs principalement à des infrastructures ferroviaires et routières. La réhabilitation du chemin de fer Dakar-Bamako sera donc effective et les travaux seront conduits par la société China railways construction corporation (Crcc). Cette même société avait déjà signé un accord avec le gouvernement du Mali pour le tronçon ferroviaire Kidira-Bamako. Le Sénégal tardait à concrétiser ses discussions avec les partenaires techniques et financiers pour le tronçon Dakar-Tambacounda- Kidira. L’ac­cord enchante le ministre sénégalais des Infrastructures Thierno Alassane Sall, qui souligne que «la réhabilitation du chemin de fer va faire renaître la ville de Thiès», dont il est originaire.
La firme chinoise se chargera aussi de la réalisation d’un nouveau tronçon ferroviaire Tambacounda-Kédou­gou, afin de desservir cette région minière. Les études techniques vont commencer dès la fin de ce mois de février 2014. Le patron de la Crcc assure que ses techniciens arriveront à Dakar la semaine prochaine. Amadou Hott, directeur général du Fonds souverain d’investissements stratégiques (Fonsis), explique que «pour que le projet soit conforme aux choix du Mali et en vue de réduire les coûts de réalisation, les autorités sénégalaises opteraient pour un type de chemin de fer à écartement métrique. De toute façon, la firme chinoise assure de ses capacités techniques et rassure le Président Macky Sall quant au souci d’utiliser l’énergie électrique pour l’alimentation des trains». Le projet intégré Mines-Rail-Port minéralier de Bargny est provisoirement estimé à 2,6 milliards de dollars. Dans ce projet, le Sénégal va travailler avec un conglomérat d’entreprises chinoises, à savoir China railways, China steel et Sino hydro.

Les Français écartés du rail de Diass

Il faut noter que les Chinois se montrent décidés à ne laisser aucune place à leurs concurrents dans la réalisation de chemins de fer. Ainsi, ont-ils signé un autre accord avec le gouvernement du Sénégal pour la réalisation d’un chemin de fer avec des trains d’une vitesse de 120 km/h, pour relier Dakar au nouvel aéroport Blaise Diagne de Diass. Ce chemin de fer qui nécessitera un investissement de l’ordre de 200 millions de dollars desservira aussi la banlieue dakaroise. Le Quotidien, dans son n°3272 du lundi 23 décembre de l’année dernière, assurait que l’Agence française de développement (Afd) était disposée à financer l’ouvrage que la compagnie française Alsthom était disposée à réaliser. Mais il faut croire que les partenaires chinois ont dû faire à Macky Sall une proposition que le Président ne pouvait refuser.
Les autoroutes Diamniadio-Thiès-Touba et Thiès-Tivaouane ont également trouvé une belle opportunité de financement avec la société China road and bridge corporation pour un investissement de 700 millions de dollars.
Neuf ponts de désenclavement, pour un investissement de 200 millions de dollars, devront aussi être réalisés par la China great wall à Foundiougne, Ziguinchor, Mar­sas­soum, Baïla, Diouloulou, Niamba­lang, Diakène, Katakalouss et Tobor. Pour sa part, China first highway engineering pourra réhabiliter les aéroports régionaux de Ziguinchor, Saint-Louis, Tamba­counda, Kédou­gou, Ourossogui et Kaolack. La China machinery import & export se positionne pour un projet de renouvellement du parc des camions. Huawei, ce géant chinois de la téléphonie, offre de réaliser la plateforme de passage au numérique.

Xi Jimping : «Nous entendons travailler avec le Sénégal»

Sur le registre diplomatique, les deux Etats chantent une symphonie. Macky Sall et Xi Jimping se montrent avenants l’un à l’endroit de l’autre. Le président de la République populaire de Chine accorde une grande importance à la visite de son homologue sénégalais, qui se trouve être le premier chef d’Etat africain que Xi Jimping a officiellement invité en Chine depuis son accession au pouvoir le 14 mars 2013. Aucune marque d’attention n’a semblé être de trop. Les lieux publics comme la place Tienanmen, le Mausolée de Mao, le Palais présidentiel et l’Avenue Tienanmen, la plus grande avenue du monde, ont été décorés aux couleurs du Sénégal. Tous les corps de l’Armée chinoise ont rendu les honneurs au Président sénégalais.
Macky Sall, visiblement ému par tant de gestes d’amitié, a exprimé à l’endroit de son hôte ce mot : «Je suis ému par votre accueil. Je tiens à féliciter votre fanfare, car jamais l’hymne national du Sénégal n’a été aussi bien joué à l’étranger.» Xi Jimping acquiesce de la tête avec un léger sourire et insiste de son côté : «Nous entendons travailler avec le Sénégal.» Le meilleur restait alors à venir et l’affaire semblait prendre des allures de «en veux-tu en voilà».
La Chine a pris son carnet de chèques pour donner une subvention budgétaire de 100 millions de yuans, soit environ 20 milliards de francs Cfa, ainsi qu’un prêt sans intérêts de 200 millions de yuans, soit environ 40 milliards de francs Cfa. Un accord de subvention a également été paraphé portant financement par la Chine des travaux de construction de l’arène nationale de lutte à Dakar.
De plus, les deux pays ont convenu d’un accord qui exonère du visa les titulaires de passeport diplomatique ou de service. La Chine a décidé d’inscrire le Sénégal sur la liste des pays touristiques pour encourager ses ressortissants à s’y rendre. Des discussions vont se poursuivre ce vendredi entre les délégations des deux pays pour finaliser le projet de réalisation d’une ligne d’extension du réseau électrique de Kaolack-Tamba-Kolda et Ziguin­chor sur une longueur de 1 140 kilomètres. De même, les hommes d’affaires sénégalais et chinois vont échanger à l’occasion d’un forum économique, en vue de ficeler des partenariats commerciaux. Quant aux deux dirigeants, ils ont échangé pendant plus d’une heure, au cours d’un tête-à-tête, avant de se retrouver avec leurs délégations respectives au cours d’un grand banquet.

Le Quotidien
Vendredi 21 Février 2014
Dakaractu




1.Posté par Samba Alassane Thiam le 21/02/2014 09:48
Twitter
Le leadership diplomatique de SEM le Président Macky SALL en Afrique, décliné encore dans son approche panafricaniste et pragmatique de la coopération sino-africaine, encourage le maintien d'un haut niveau d'engagement politique, la promotion des relations de population et des échanges culturels, la coopération sur des affaires globales et régionales, la sauvegarde conjointe des intérêts mutuels des pays en
développement ainsi que le renforcement de leurs voix et représentations dans les relations internationales.

La coopération sino-sénégalaise entame une nouvelle page de son histoire avec l'extension des relations bilatérales aux secteurs de l'énergie, des infrastructures, des industries agro-alimentaires, des produits miniers, de la communication et du tourisme afin de soutenir le progrès économique et social et de permettre un développement
indépendant et durable.

La signature d'un accord de coopération en matière économique et technologique entre la République Populaire de Chine et la République du Sénégal permettra conjointement de promouvoir le développement d'un nouveau type de partenariat stratégique sino-africain.

Les efforts soutenus des pays africains pour aboutir à une stabilité et une sécurité régionale ont bien été notés par la partie chinoise.

Enfin, la politique extérieure initiée par SEM le Président Macky SALL pour replacer le Sénégal au cœur des processus décisionnels de l'Union Africaine, gagnerait à s'insérer davantage dans l'environnement politique et diplomatique des pays du groupe des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et South Africa.


2.Posté par Samba Alassane Thiam le 21/02/2014 09:48
Twitter
PS : Le pragmatisme de la diplomatie économique de Pékin, productive pour la transformation du Sénégal, est manifestement la solution à la réalisation du Plan Sénégal Émergent (PSE), unique document de référence des grands projets de SEM le Président Macky SALL au cours du segment temporel de la décennie 2012-2022. Les bailleurs classiques du Groupe Consultatif pour le Sénégal, prompts à émettre des réserves sur les politiques publiques, doivent comprendre que le Sénégal n'acceptera aucune conditionnalité. Le temps n'est plus aux débats sur les orientations économiques mais à la mobilisation des financements innovants. C'est pourquoi, le consensus national autour du PSE doit devenir plus populaire à travers des manifestations publiques de soutien à SEM le Président Macky SALL.

3.Posté par sipres le 21/02/2014 10:23
Dieu merci
que Dieu bénisse le Sénégal
Sénégalais au travail
le développement est bien possible

4.Posté par sipres le 21/02/2014 10:23
Dieu merci
que Dieu bénisse le Sénégal
Sénégalais au travail
le développement est bien possible

5.Posté par Faye le 21/02/2014 11:03
Ouf ! Tous nos problèmes sont réglés !

6.Posté par Technique le 21/02/2014 11:05
Je ne suis pas d'accord a ce que l'on maintienne l'ecartement metrique dans ces nouveaux projets.
Je pense qu'il faut une approche sous regionale pour l'ecartement standard 1435mm qui est moins onereux, plus efficaces a long termes et modernes.
Ce n'est pas parce que les maliens vont le maintenir que nous devons le faire. Une technologie datant du pre 20 siecle heritage du colonialisme ne doit pas etre promu. La vision etant que le transport passager reprendra sa place comme cela est entrain d'etre le cas au maroc.
Il existe des solutions a cela avec des trains passagers/frets avec variations des gauges.

J'espere que ces gens reverront leur dossier technique pour inclure l'ecartement standard peu importe le couts extra a long terme cela sera amorti.

7.Posté par Guelowar le 21/02/2014 11:34
C'est bien connu, ce genre d'articles de propagande juste pour faire monter les encheres avant le club de Paris.

Qu'on publie les conventions de financement signées.

Mon cher Bathie, connais-tu un seul pays que la Chine a aider a se developper? Je demande juste de me citer un seul...

Alors comptons sur nous memes et creons les conditions d'une societe privee senegalaise dynamique. C'est ce que tous les pays emergents (Turquie, Malaisie, Indonesie, Bresil, Taiwan, etc.) qui ont reussi ont fait.

8.Posté par JEANNOT le 21/02/2014 11:39
je vois venir un autre Senegal et je remercie le Seigneur pour cela. Le Senegal est petit de par sa taille mais tres grand de par ses hommes et cela depuis les temps. Il nous appartien de conserver ces acquis quelques soient les tendances politiques. Unissons nous autour de notre drapeau national et mettons a cote tout ce qui peut nous diviser. Bravo SEM Macky Sall et toute son equipe. Tant que vous aurez de la compassion envers les pauvres Senegal ne craignez rien car vous allez gagner de victoire en victoire Que Dieu vous accompagne et vous benisse. vive le Senegal

9.Posté par Lerlou le 21/02/2014 11:53
Ceux qui titraient que le voyage de Macky a couté 300 millions ont de quoi se taire maintenant.

10.Posté par moi le 21/02/2014 12:37
Le pouvoir permet alors de se rendre à l'évidence que nous sommes condamnés à s'endetter car ce pouvoir a décrié le niveau d'endettement du Sénégal et s'est résigné à suivre les pas de ses prédécesseurs.
L'enjeu se trouve sur les modalités et les conditions de financement, nous savons tous que la chine finance mais impose ses entreprises pour la réalisation des marchés. Nous avons l'obligation d'imposer la qualité mais aussi et surtout le recrutement des jeunes sénégalais, pas besoin naturellement de veiller à une saine utilisation des ressources et la prise de garantie pour la validation de la qualité des réalisations.
Bravo, sous réserve!



Dans la même rubrique :