KOLDA : la grève des transporteurs largement suivie... des passagers pris au dépourvu...


Les transporteurs suivent largement le mot d'ordre de grève illimitée décrété cette nuit du 17 janvier à partir de minuit. De la gare routière en passant par les points des "horaires", tous les véhicules sont immobilisés avec des chauffeurs autour du thé. Et dans tout ça, ce sont des voyageurs pris au dépourvu qui débarquent en se posant des questions. Et dans cette lancée, même le petit commerce autour de ces lieux n'est pas épargné car toutes les boutiques ont fermé. C'est un silence radio à la gare routière communale de Kolda jadis bruyante. Et à part quelques conducteurs de motos "Jakarta" qui tentent de proposer leurs services aux clients pour les courtes distances, il n'y a rien. C'est un décor inhabituel qui habite aujourd'hui les points de départ.
 
Cependant, il faut noter que le transport urbain, les taxis jaune-noir et les "clandos" ne sont pas en grève.
 
À en croire Diatta Djim,  transporteur, "nous respectons la grève pour montrer notre désapprobation sur certains points comme l'arrêt des véhicules à 23 h, l'arrêt de l'importation des pneus avec l'âge des véhicules, le démontage des portes bagages, entre autres. Mais nous pensons que ces mesures ont été prises à la va vite sans concertation sérieuse." Dans la même dynamique, il précise : "si l'État ne revient pas à de meilleurs sentiments, nous garderons notre position. Cependant, nous sommes d'accord pour la réorganisation du secteur en changeant le parc automobile, basée sur une concertation harmonisée avec les acteurs du secteur. Pour pallier les nombreux accidents, il nous faut de bonnes routes. Et les responsabilités sont partagées entre l'État, les chauffeurs et les clients. Il y a beaucoup de manquements comme les aires de repos ou autres."
 
À la gare routière, nous avons rencontré des voyageurs qui veulent rallier la Gambie ou l'intérieur du pays. En ce sens, un d'entre eux explique ne pas être au courant de la grève. Ainsi, ne sachant quoi faire et prise au dépourvu, elle sollicite les conducteurs de moto jakarta pour passer par le poste frontalier de Pata afin de rentrer à Banjul.
 
À Kolda, les transporteurs campent sur leurs positions pour le moment et les voyageurs devront prendre leur mal en patience en attendant le retour à la normale...
Mercredi 18 Janvier 2023
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :