DAKARACTU.COM

Cocktail explosif, le Sénégal en danger!


Cocktail explosif, le Sénégal en danger!
Les hommes et femmes qui composent l’équipe du Président Macky Sall
mènent à coup sûr le Sénégal à la faillite. Voilà pourquoi.
Le Premier ministre Abdoul Mbaye, banquier-liquidateur, impliqué dans
l’un des scandales financiers les plus ténus que connait le continent
africain, a reconnu publiquement avoir blanchi l’argent du peuple
tchadien, sous un régime et pendant une époque où ce délit gravissime
n’existait pas. Malgré cette ligne de défense obsolète, il continue à
penser qu’il est à sa place. La grande majorité des Sénégalais a eu
honte de découvrir que le fils du défunt juge est loin d’incarner les
vertus cardinales que la publication, dans la presse locale, d’une
lettre sensée être privée, voulait coller à son image. Ce même Abdoul
Mbaye est, à ce jour, en contentieux avec des Sénégalais et d’autres
frères africains qui l’accusent de les avoir spoliés. Le conflit avec
Pape Ndiamé Sène dans lequel un nommé Youssou Ndour est mouillé
jusqu’aux os, est encore frais dans les mémoires. La justice n’a pas
encore vidé définitivement le dossier. Sur un autre plan, social celui
là, les Sénégalais ne sentent pas ce Premier ministre qui parle «
comme un toubab  » et à qui on ne connait aucun haut fait de guerre
qui pourrait le classer «  proche du peuple  ». C’est un fils à papa
forgé dans l’esprit du «  géwél bou gën géer  » (un griot plus digne
que le noble) et sans cesse trempé dans le bain d’une compétition
sociale que les dits-nobles ont fatalement négligée.
Abdoul Mbaye Premier ministre, c’est une injure à la dignité des
cadres méritants du parti présidentiel qui, à l’image de Maître
Alioune Badara Cissé, ont créé l’APR et accompagné Macky Sall jusqu’à
l’assaut final triomphal. Où était-il, ce Premier ministre
technocrate, éloigné, depuis le berceau, des convulsions populaires,
lorsque les militants de l’APR, dissidents pour la plupart du PDS,
couraient le risque de l’engloutissement en cas de défaite de leur
leader Macky Sall  ? Beaucoup de politiciens, dans l’entourage de Wade
comme dans l’opposition, ne s’apprêtaient guère à servir à l’actuel
Président les meilleures perspectives possibles  !
Mais il n’y a pas que le chef du gouvernement dont le profil et le
parcours risquent d’être un obstacle à la réalisation du programme de
Macky Sall.
Le Sénégal a rarement connu un attelage gouvernemental aussi
hétéroclite et si peu convaincant  ! La maladie qui tue les
gouvernements de coalition ne fera pas exception pour Macky Sall
malgré sa bonne volonté affichée. «  On peut gagner des élections avec
une coalition mais il est périlleux de gouverner avec  ». Nous vivons
cette situation mille fois déplorable au Sénégal. Mais ce qui aggrave
les faits, c’est, comme chez Abdoul Mbaye, ou même pire que chez ce
dernier, la personnalité déroutante et incompatible avec le profil de
l’emploi, de la plupart des ministres de Macky Sall.
Les cas les plus flagrants sont, sans doute, ceux des ministres
Youssou Ndour, Abdou Latif Coulibaly et Abdoul Aziz Mbaye. Du tiroir
des incongruités qui menacent la stabilité et la performance chez
Macky Sall, il faut aussi sortir les dossiers de Penda Mbow et d’
Abdoul Aziz Diop. La première citée a été renvoyée d’un des
gouvernements de Wade pour une raison qu’elle ne serait pas fière de
raconter. Militante sinistre et exagérément vindicative, elle s’est
transformée en dame de compagnie pour obtenir sa part du gâteau. Sans
base politique, elle ne peut être d’aucune valeur ajoutée pour Macky
Sall. Son compère Diop est de la même trempe. L’insulte à la bouche et
la méchanceté dans tous les propos ont fini d’en faire un type
antipathique qui fera fuir les bonnes volontés chez Macky si par
mégarde ce dernier le faisait monter en grade…Ces électrons, dangereux
à tout point de vue, représentent le spécimen d’opportunistes qui
peuplent l’espace du palais présidentiel et qui ont eu comme seul
mérite d’avoir passé les dernières années à insulter Wade et sa
famille sans être inquiétés. Ils sont prêts à rembobiner si le
Président Sall les met à la porte. Le cas du sieur Abou Abel Thiam est
tout aussi alarmant. Le porte- paroles attitré du Chef de l’Etat est
un Serigne Mbacké Ndiaye bis avec, en plus, l’insolence et le manque
de tact. Ce garçon qui n’est pas journaliste de formation, n’a fait
aucune grande école et doit sa fonction aux faiblesses sentimentales
du Chef de l’Etat. Mais, à ce propos, les révélations faites par son
ancien patron, Sidy Lamine Niass, devraient pousser Macky Sall à
revoir la copie. Son conseiller en communication à la base de toutes
les fuites organisées dans la presse pour ternir l’image du Président
Wade est plus un Goebbels tropical qu’un compagnon du Chef de l’Etat
dont il ne dit pas toujours du bien en privé. Hamidou Kassé pour ne
pas le nommer, alors qu’il était Directeur du Soleil choisi par
Landing Savané, a combattu Macky Sall qui dirigeait la Cellule
Initiatives et Stratégies (CIS) du PDS. Il n’est pas libéral-social
comme le Chef de l’Etat et le clame partout pour se glorifier de son
indépendance. Chasseur de primes, il a fait partie des faux «
communicants  » qui ont transformé ATT en «  guide éclairé  ». Ce sont
les mêmes qui avaient décerné à Dakar, au théâtre Sorano, le «  Prix
Kéba Mbaye  » au Président malien déchu, pour faire mal à Wade. La
suite on la connait.
Les trois ministres cités au début de ce texte sont le concentré du
mal qui mènera le régime de Macky Sall et avec lui, le Sénégal, à la
faillite, si le Président, dans un dernier sursaut de réalisme, ne
parvient pas à réajuster les choses.
Abdou Latif Coulibaly a, pendant de longues années, mené une bataille
politique par procuration et pour le compte d’Idrissa Seck puis de
Moustapha Niasse avant de se dire qu’il n’était pas moins méritant que
ces «  caïmans  ». La presse «  qui ne nourrit pas son homme  » à
cause de la conjoncture économique difficile et d’autres facteurs liés
à l’environnement culturel, lui a servi de tremplin pour gagner en «
notoriété  ». Ses livres- pamphlets contre les Wade (du temps où Macky
était un élément clé du dispositif) sont un ramassis de contre vérités
que personne n’a pris le temps d’analyser sérieusement. Il soutenait
récemment que Macky Sall travaille pour la France. Parti pour
s’aligner derrière son ancien (  ?) mentor Moustapha Niasse, Coulibaly
s’est finalement résolu à militer chez le Président de la République.
A la place du chef de l’APR, je me méfierais comme de la peste de cet
«  ancien journaliste  » prêt à s’allier au diable pour satisfaire son
égo. Le défunt Chérif El Valid Sèye a eu à souffrir silencieusement de
la jalousie d’Abdou Latif Coulibaly qui estimait, à tort, que le poste
de conseiller en communication de Wade que Chérif a occupé pendant les
premières années de l’Alternance, lui revenait de droit. N’est-il pas
réellement en train de travailler pour Moustapha Niasse  ?
Youssou Ndour lui, en plus d’avoir été un grand laudateur de Wade, est
l’illustration d’un mal rampant qui gangrène la société sénégalaise.
Artiste talentueux et businessman dur, il s’est cru investi d’une
mission que le peuple ne lui a pas encore confiée. La «  vox populi  »
s’exprime à travers les urnes  ! Ni son talent artistique ni sa «
réussite  » comme acteur économique ne le prédestinaient à la fonction
ministérielle. Sa nomination est le résultat de la satisfaction par le
Président élu de la demande des partenaires qui l’ont soutenu, ce qui
n’a rien à voir avec la satisfaction de la demande sociale. Le danger
chez le roi du «  mbalakh  » c’est que Bolloré lui a fait croire qu’il
pourrait être le prochain Président du Sénégal  ! Son ami Abdoul Aziz
Mbaye qu’une incroyable histoire de mœurs devait éloigner de toute
responsabilité étatique, était rentré à Dakar et avait commencé à
soutenir Wade lorsque les choses commencèrent subitement à sentir
mauvais de ce côté-là. Le handicap de ce monsieur n’est pas que
physique. S’il ne quitte pas la barque, Macky sera le premier à le
regretter.
Le plus inquiétant pour le régime de Macky Sall, c’est la très forte
présence des «  ennemies  » du père Wade. Les communistes,
improductifs, négativistes à souhait, éternels remorqués, athées dans
l’âme, ne sont là que pour être servis. Les vieux barrons Moustapha
Niasse et Ousmane Tanor Dieng, quant à eux, ne pardonneront jamais à
Wade d’avoir ruiné leur rêve de devenir «  Président de tous les
Sénégalais  ». Si l’un est devenu «  Président de tous les députés  »
par la grâce du «  fils  » de Wade et s’en contente pour le moment,
l’autre tarde encore à asseoir son autorité au sein de son parti. Son
manque tragique de charisme est un facteur bloquant qu’il rêve de
compenser avec l’appui de la France socialiste qui lui apportera son
soutien en 2017. Macky doit le savoir  !
En un mot comme en mille, cette équipe n’apportera rien de bon aux
Sénégalais. L’absence ahurissante d’expérience des uns et des autres
ajoutée à l’inexistence de convergences politiques ou idéologiques
réelles,constituent un terreau fertile, propice à l’installation d’une
atmosphère délétère source d’instabilité et d’immobilisme.
Le «  cocktail explosif  » (pour utiliser un terme du «  fou  » Farba
Senghor) que tout ce beau monde s’apprête à servir au Président Macky
Sall, est une bombe à retardement qu’il urge de désamorcer pour
permettre au Président de la République d’avoir les coudées franches
et de s’inscrire définitivement dans une gouvernance où les décisions
sont prises par le Chef de l’Etat qu’il est, en fonction des priorités
du pays et non pour satisfaire les exigences de «  quotataires  » qui
n’ont rien à perdre. Macky Sall est capable de beaucoup mieux faire.
Mais il lui faut aussi se libérer rapidement du théâtre bruyant des
audits et des auditions mis en scène par des pseudo-spécialistes de la
communication qui risquent de précipiter sa chute comme ils l’ont déjà
fait sous d’autres cieux. L’image du pays pâtit horriblement de cette
pagaille volontairement provoquée. Le temps n’attend pas et 2017
pointe déjà le bout du nez.

Doudou Faye Massar
Poitiers-France
Dakaractu2




Vendredi 25 Janvier 2013
Notez

Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

2.Posté par SALIOU DIENG Tamba le 25/01/2013 09:29
C'est archi faux cet article est pour atteindre le prestige international du PM Abdoul Mbaye c'est làche,c'est plus que de la méchanceté. Je me demande pourquoi les gens veulent toujours mentir.Mentez mentez il en restera toujours quelques choses

1.Posté par Chômeur le 25/01/2013 09:19
Recrutement de la fonction publique 2013 ... www.fonctionpublique.gouv.sn

1 2


Dans la même rubrique :