Thiès / Atelier lancement E&H2 : Souleymane Ndoye liste les maux qui freinent l'insertion professionnelle des personnes handicapées.


Un atelier sur le lancement de la phase 2 du nouveau projet pour l'emploi et le handicap qui s'inscrit dans le cadre du programme d'accompagnement des personnes handicapées vers l'emploi, s'est tenu à la gouvernance de Thiès.

Dans la première phase, 405 personnes vivant avec des handicaps moteurs de toutes sortes ont été enregistrées. En quatre ans, 93 ont été formées et 94 ont bénéficié d'une insertion professionnelle. Pour dire que même si les résultats sont satisfaisants, il reste beaucoup à faire pour appuyer cette frange de la société victime de stigmatisation, mais prête à servir la nation. Une inclusion dans les différents secteurs d'activités est nécessaire, selon Souleymane Ndoye chargé du projet Emploi & Handicap  phase 2 (E&H2) à Humanité inclusion. Ce projet dans sa première phase, a permis de développer en 2014, l'insertion professionnelle au Sénégal, précisément dans les régions de Ziguinchor, Kolda et Sédhiou puis Dakar et Thiès en 2017.

Selon Souleymane Ndoye, cette deuxième  phase va leur permettre  d'atteindre presque tous les objectifs qu'ils se sont fixés. Aussi, selon lui, les acteurs politiques et de développement  ne jouent pas assez leur rôle pour les appuyer dans cette inclusion sur les hautes sphères administratives et publiques." Les acteurs doivent essayer d'impliquer les personnes vivant avec un handicap à travers une démarche inclusive comme nous le faisons", dira-t-il.

Soulignant qu'il compte "davantage travailler dans la généralisation de leurs activités pour impliquer tous les acteurs mais également offrir plus de chance aux personnes handicapées dans le secteur privé  comme dans le public.

Cependant, explique M. Ndoye, l'information n'est souvent pas bien remontée pour que les personnes vivant avec un handicap moteur puissent se rapprocher d'eux. "Il faut que l'information soit accessible. Pour aller vers un emploi, il faut savoir dèja quel est son niveau d'instruction, les possibilités qui sont offertes pour une personne qui veut aller vers l'emploi", explique-t-il.

Pour dire, d'après lui, que la disponibilité de l'information sur l'emploi, la qualification professionnelle du bénéficiaire, la préparation psychologique sont entre autres les différents problèmes auxquels ils sont confrontés pour une meilleure implication dans ce model incubateur de l'auto-emploi des personnes vivant avec un handicap moteur.
Samedi 18 Décembre 2021
Dakaractu




Dans la même rubrique :