Réponse "au revenant" Mamadou Bamba Ndiaye


Réponse "au revenant" Mamadou Bamba Ndiaye
Revoilà Mamadou Bamba Ndiaye, disparu de nos radars depuis belle lurette. Réapparu calfeutré dans son salon et complètement déconnecté de la réalité du terrain, il a attaqué de façon injustifiée, dans sa sortie intitulée « Lesieur, les chinois et les arachides », pour chercher à s’extirper des abysses de l’impopularité.
Surpris et dépassé par les performances qui ont marqué, ces dernières années, la filière arachidière, Monsieur Ndiaye multiplie les incohérences et errances d’esprit pour annihiler à tout-va ce qu’il est convenu d’appeler l’année de tous les records battus.
Dans ses analyses erronées qui camouflent la vérité des chiffres de la campagne agricole 2017/2018, Monsieur Ndiaye déclare : « Selon les estimations officielles, environ un million de tonnes d’arachide pourrissent entre les mains des paysans, faute d’acheteurs ».
D’abord, je me demande depuis quand une estimation officielle dit qu’une telle quantité est en train de pourrir entre les mains des paysans ?
Voilà une légèreté qui en dit long sur le manque de sincérité de Monsieur Ndiaye.
Soutenant qu’ « Un accord aurait été signé, au cours des années 60, accordant à la française Lesieur le monopole de l’exportation de l’arachide sénégalaise », il est encore dans l’incertitude et son incapacité à brandir un document prouvant ses dires montre à suffisance l’irrespect qui caractérise son attitude face à l’opinion.
Quant à l’appel lancé par le Président aux chinois, Monsieur Ndiaye doit comprendre que la campagne ne s’étale pas sur trois mois et qu’il reste encore beaucoup de temps pour arriver à sa fin et que la Chine n’est pas aussi la seule destination de l’exportation des graines d’arachide.  
Le Sénégal exporte dans 11 pays dont l’Angleterre, la Hollande, l’Ukraine, la Philippine, l’Espagne et la Sierra Léone.
La campagne est loin d’être catastrophique et l’Etat est en train de régler graduellement les problèmes grâce aux concertations entre le Gouvernement et les acteurs de la filière et aux financements attendus de l’ITFC qui sont de 52 milliards dont 38.7 milliards déjà virés.
Mamadou Bamba Ndiaye devrait aussi comprendre que le niveau de production d’arachide le plus bas a été enregistré au Sénégal, en 2002/2003, sous le régime du Président Wade avec Idrissa Seck comme Premier Ministre. Il était de 265 346 tonnes en 2002 contre 1 million 411 mille tonnes pour 2017. 
Je dois rappeler que la Banque Mondiale a salué les performances de la filière arachidière du Sénégal, pour ces dernières années, après des décennies de politiques inachevées. En définitive, avec cette sortie de Mamadou Bamba Ndiaye, je viens de comprendre pourquoi dit-on « En politique, tous les coups sont permis ».
Madiagne TALL
Responsable Politique APR PATTE D'Oie

 
Vendredi 13 Avril 2018
Dakar actu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :