Hygiène publique : De nouvelles mesures annoncées pour une meilleure gestion des déchets.


La commune de Rufisque Est, dans le cadre de l'intercommunalité avec le Conseil intercommunal de Rufisque, a lancé hier le projet : "Préservation de la ressource en eau par le tri sélectif". Un forum communautaire a permis de débattre autour d'un panel sur "l'économie des déchets et les perspectives". À cette rencontre où il a été représenté, Abdou Karim Fofana, ministre en charge de l'Urbanisme, du Logement et de l'Hygiène publique, empêché, Dr Diomaye Dieng, Directeur de la Propreté et de l'Hygiène publique, dit avoir pris ‘’la parole pour répondre à certaines interpellations qui ont été formulées durant cette manifestation’’.
 
Dans ses propos tenus au cours de cette rencontre, il a rappelé aux parties prenantes de ce panel l’importance de la gestion des déchets. Gestion qui demeure, à ses yeux, ‘’l'un des enjeux majeurs de notre temps’’. D’où son érection ‘’en priorité nationale, à travers les programmes sectoriels zéro déchet et zéro bidonville qui sont tous pilotés par le ministère de l'urbanisme du logement et de l'hygiène publique’’. Rappel a été fait, à cette occasion, que le Mulhp (ministère de l'Urbanisme, du Logement et de l'Hygiène publique) qui assure la tutelle de l'Unité de coordination de la gestion des déchets (Ucg), coordonne le Programme national de Gestion des déchets (Pngd) qui vise à accompagner les autorités locales pour l’amélioration du cadre de vie et la réponse à une forte demande sociale, en matière de création de richesses et d’emplois.
 
Le Pngd est composé de deux phases : la première phase, selon lui, consiste à mettre en œuvre le Projet de gestion durable des déchets solides urbains (Pgdsu) avec le soutien de la Banque islamique de développement (Bid) qui l'a financé à hauteur de 17,5 milliards de F. Il était prévu à Rufisque dans le cadre du Pgdsu : 10 Points de regroupement normalisé (Prn) et un Centre de regroupement et de commercialisation (Crc)’’.
 
Pour des raisons objectives, a-t-il indiqué, ces unités n'ont pas pu être réalisées. Cependant, elles seront versées à la deuxième phase du Pngd dénommée Promoged (Projet de promotion de la gestion intégrée et de l’Économie des déchets solides) au Sénégal. Ce projet, mis en œuvre avec le soutien des partenaires techniques et financiers, vient compléter les acquis du Pgdsu, a dit le Dr Dieng.
 
Celui-ci, a précisé que ledit projet ‘’cible spécifiquement le Pôle Dakar avec un vaste projet de mise en place d’infrastructure et le projet de résorption de la décharge de Mbeubeuss, le Pôle Thiès, le Pôle Nord (Saint Louis et Matam) et le Pôle Casamance (Sédhiou, Ziguinchor et Kolda). Il a aussi indiqué que le Promoged se veut un moyen pour ‘’renforcer la gouvernance en matière de gestion des déchets solides au Sénégal et d’améliorer les services de gestion des déchets solides dans les villes sélectionnées’’. Le Directeur de la Propreté et de l'Hygiène publique d’annoncer d’ailleurs, la mise en place prochaine d'un Centre d'enfouissement technique (Cet) à Bambilor, la résorption/requalification de la décharge de Mbeubeuss, la mise en place d'une unité de traitement microbiologique à Sébikotane et la réutilisation du Centre de tri et de transfert (Ctt) de Mbao’’.
Samedi 2 Novembre 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :