Macky Sall-Idrissa Seck, frères ennemis


Macky Sall-Idrissa Seck, frères ennemis
Certaines personnes, grâce à la longue expérience qu'elles ont acquise au fil des ans, ou grâce à la qualité de leur formation intellectuelle, sont parvenues à se singulariser à travers la clarté et l'objectivité des lectures qu'elles font des divers événements qui se déroulent dans leur environnement social, économique et politique. Ils peuvent, ces génies de l'analyse des faits sociaux ou des actions individuelles, vous dire, par exemple, ce que Macky ou Idy « manigance » à la seule perception d'un geste, d'un mot provenant de ces derniers. Ils ne se trompent jamais ou, du moins, se trompent rarement. Parfois l'on peut croire qu'ils se sont trompés dans leurs analyses, alors que ces prétendues erreurs qu'on leur impute ne résulteraient que du temps de la réalisation de leurs prédictions qui peut paraître long aux esprits prompts à la critique. Mais, quand on prend garde à leurs propos, on se rend compte que ces « surdoués » finissent toujours par avoir raison de leurs détracteurs. J'admire et envie leur intelligence. Mais hélas! A la différence de ces nobles esprits, j'ai, quant à moi, des prémonitions oniriques qui, quelques temps après, finissent par avoir une existence de fait. Ne serait-ce pas aussi un type de savoir ? Sûrement un savoir supra-scientifique qui relève de la révélation mystique. Au cours du moi d'août 2008, j'ai fait un rêve qui me semble être un présage. Idy et Macky étaient de la partie.

J'étais invité dans le somptueux salon de l'homme qui m'avait employé comme réceptionniste dans son hôtel. Vu la conjoncture qui prévaut dans ce pays, jetais obligé d'accepter ce poste bien qu'il ne répondait pas à ma vision du travail. Pour moi, le travail doit nous rapprocher de Dieu. Or, celui que j'exerçais m'éloignait de la voie du seigneur d'autant plus qu'il impliquait la réception des fornicateurs et des acteurs adultérins de toute catégorie sociale. Dans le salon où je me trouvais, l'on pouvait remarquer la présence de nombreuses personnalités dont l'ex-premier ministre Macky SALL. Mais le Macky que j'apercevais n'était pas celui des grands jours. Il semblait diminué, malade et claudiquant. Je puis, par la suite, me rendre compte qu'il avait perdu l'usage de sa jambe droite. Submergé par un sentiment de pitié, je m'approchai de lui afin qu'il s'arc-boutât sur mon épaule. Macky refusa ma proposition. Je sentis qu'il souffrait, mais, en bon guerrier hal-pulaar, il voulût cacher son mal aux personnes présentes.

À la fin de l'entretien que nous eûmes chez mon employeur, Macky me rejoignit dans une 4*4. Nous devions rendre visite à un médecin militaire répondant au nom de général Babacar GUEYE. Je me demande encore si ce gradé de l'armée existe dans la réalité.

Arrivé à l'État-major des armées, lieu de la consultation médicale, le président de l'Apr/Yakaar se rendit dans le cabinet du médecin pendant que je discutais avec des stagiaires sénégalais et étrangers (maliens, burkinabés et chinois) qui m'expliquaient ce qu'ils apprenaient dans ce lieu. Alors que j'étais tout ouï, j'entendis brusquement une voix sortie de nulle part m'informant que Idy souffrait d'un paludisme lancinant et qu'il était même devenu grabataire. J'accourus donc vers Macky pour lui conseiller de former un bloc avec Idy car, pensais-je, seule leur union pouvait leur permettre d'accéder facilement à la magistrature suprême. Macky hésitait à me répondre. Sa bouche resta finalement motus. Mais avec les récentes retrouvailles entre Idy et son « père le Président Abdoulaye Wade », retrouvailles solennelles qui se sont déroulées dans la ville du maire de Thiès, j’ose, d’ores et déjà, dire que mon souhait de voir ce maire et Macky dans le même camp n’est pas seulement un rêve, mais une illusion. Et pourtant je reste convaincu que cette alliance Idy-Maky, tous dans le Benoo Siggil Sénégal, aurait pu être cruciale dans la conquête du pouvoir en 2012.
En attendant que vous, lecteurs, onirocrites et onirologues interprétiez mon rêve convenablement, veuillez me permettre de prodiguer des conseils à Macky et à Idy.

À Idy je demanderais d'oublier sa petite personne et d'avoir le sens du sacrifice à l'égard de ses semblables. Égoïsme et narcissisme constituent ses pires ennemies. Humilité et partage devraient désormais être ses modèles.

Quant à Macky j'éprouve le besoin de le mettre en garde contre certains opportunistes qui n'hésiteront pas à le lâcher une fois qu'il se trouvera devant une impasse. Vigilance et confiance en soi seront les étincelles qui éclaireront son chemin.
Mais après tout, tout n'était qu'un rêve. Peut-être que j'avais mangé trop de couscous. Il ne faudrait donc pas se fier à l'hurluberlu que je suis.

Le sociologue rebelle


Jeudi 11 Avril 2013
Dakaractu




1.Posté par Bounkhatab le 11/04/2013 12:27
Moi , je ne peux pas concevoir que deux individus deviennent des ennemis seulement parccequ'ils veulent tous deux régler les problèmes de la cite.Sils deviennent des ennemis c'est parce qu’ils veulent bouffer les deniers publics avec leurs parents et allies.



Dans la même rubrique :

AIDA CHERIE - 22/05/2015