Le tourisme, secteur clé de l'économie sénégalaise


Le tourisme, secteur clé de l'économie sénégalaise
CONTEXTE
Le tourisme représente le tiers du commerce mondial de service et enregistre l’un des taux de croissance les plus élevés de l’économie mondiale.
Dans sa dimension internationale, il a généré en 2012, 1075 milliards de dollars US de recettes pour 1,035 milliard de voyageurs, avec une hausse de 4% par rapport à 2011.
Au premier semestre 2013, le monde a enregistré une croissance de 5% de ses arrivées touristiques alors que les projections de l’OMT (organisation mondiale du tourisme)  portaient sur une croissance de 3 à 4%  pour cette même année.
Cette croissance remarquable a été plus marquée dans les pays émergents (6%) que dans les économies avancées (4%).
Quant au continent africain, en 2012, il a enregistré 52 millions d’arrivées de touristes internationaux, avec une hausse de 5% par rapport à 2011.
Secteur transversal, l’industrie touristique contribue fortement à l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement à travers la valorisation des ressources culturelles et naturelles, l’accès aux services sociaux de base  et la création d’emplois.
Au Sénégal, le tourisme s’affirme comme un levier majeur de l’économie nationale. En effet, iI constitue le deuxième secteur pourvoyeur de devises, après la pêche, deuxième employeur après l’agriculture et contribue pour près de 7% au PIB.
Dans le cadre du plan « Sénégal-Emergent » initié par le président Macky SALL, le tourisme est identifié comme un secteur prioritaire, placé comme tête de la grappe Tourisme, Industrie Culturelle et Artisanat d’Art (TICAA).
Au niveau de la Stratégie Nationale, l’objectif est d’atteindre 1,5 millions de touristes en 2016 pour accroître de façon significatif sa contribution au développement économique et social du Sénégal.
 A cet effet, le secteur poursuit l’objectif  de favoriser une meilleure structuration et d’amélioration de la qualité de l’offre touristique. Une diversification pour mettre à profit les potentiels régionaux.
Un plan stratégique novateur à été développé par l’ancien ministre du tourisme Youssou Ndour.  Ce plan intègre un programme d’urgence structuré autour de la relance du tourisme. Le nouveau ministre  Omar Gueye, un pragmatique déroule avec beaucoup de rigueur et succès ce programme bien défini qui fixe le cap.
 
ANALYSE  DE LA SITUATION
Au Sénégal, les estimations ont révélé des arrivées internationales de 984 000 touristes, avec une baisse de 0.8%,  en raison notamment des élections qui se sont déroulées en pleine saison touristique en 2012. L’analyse des données aéroportuaires montre une nette reprise au premier semestre 2013, avec une croissance de l’ordre de 8% tirée particulièrement par la demande générée par le tourisme d’affaires.
Pendant la même période, les arrivées de voyageurs dans les aéroports du Sénégal ont connu une hausse de 12%.
Ces arrivées touristiques de 2012 ont généré des recettes estimées à 362 milliards de FCFA dans l’économie de notre pays.
Le taux d’occupation lits est 35% avec une forte saisonnalité. Les dernières études datant de 2003 avaient estimé la contribution du tourisme à 6,8% du PIB et la création prés de  100 000 emplois directs  et indirects.
Malgré la hausse des arrivées touristiques en Afrique qui progresse plus vite que la moyenne mondiale, le Sénégal a, pour sa part, une stagnation avec un pourcentage de 0,8%.
Le Chef de l’Etat a préconisé la prise de mesures fortes, pour faire de ce secteur, un des piliers du développement économique et social national.
A cet effet, il a demandé au Gouvernement de redoubler de réactivité, dans le volet promotion de la destination Sénégal, comme instrument majeur de relance du secteur.
Il a engagé le Gouvernement à assainir, en urgence, la situation foncière et financière de la Société d’Aménagement et de Promotion des Sites et Zones Touristiques (SAPCO), afin que cette structure puisse assurer convenablement ses missions, parmi lesquelles, celle de servir de levier pour l’intensification des investissements et des partenariats public-privé.
Il a, en outre, invité le Premier Ministre à maintenir un dialogue permanent avec le Patronat du Tourisme, les syndicats d’initiative et les travailleurs du secteur.
En vue d’assurer la sécurité nécessaire pour rassurer les touristes qui visitent notre pays, le Président de la République a exigé du Gouvernement l’opérationnalisation de la Police touristique.
Le Chef de l’Etat a indiqué que la relance du secteur touristique passera également par une politique plus efficace et plus cohérente de la promotion de l’artisanat national, auprès des touristes et par la mise en place d’une politique fiscale plus adaptée.


Bocar LY

Directeur commercial de la SAPCO

 
Mardi 21 Janvier 2014
Dakaractu




1.Posté par Dëgg la vérité le 22/01/2014 10:01
Ces chiffres avancés sont archi faux et c'est des articles de cette nature qui font que le tourisme ne décollera jamais en tant que secteur en crise

2.Posté par Dëgg la vérité le 22/01/2014 10:30
continuez à censurer peut être cela renforcera votre audience qui ne fait que se rétrécir à cause de votre manque d'audace et de discernement

3.Posté par Alioune Gueye le 03/02/2014 10:11
Le premier frein a l'essor du tourisme au Sénégal est l’indiscipline et le manque de volonté politique des autorités pour assainir les villes de patrimoine qui sont envahies par le commerce informel.
Le maire de Dakar l'a compris et son engagement a rendre la capitale propre et attrayante est un projet a saluer,,accompagner et soutenu.

Le tourisme ne sera un pourvoyeur de devise que quand les normes internationales de salubrité et et de mobilité urbaine ne seront pas de mise et instaurer dans toute l'étendu du territoire.

La complaisance a l’égard des individus qui encombrent la voie PUBLIQUE doit prendre fin pour que nous puissions avoir un Sénégal ou le touriste pourra se sentir a l'aise et en sécurité



Dans la même rubrique :

AIDA CHERIE - 22/05/2015