Karim WADE en prison : si seulement son père m'avait écouté


Karim WADE en prison : si seulement son père m'avait écouté
Le 23 juillet 20011, les "jeunes" de l'UJTL, avec à leur tête celui que vous connaissez, devaient être reçus par le Président Abdoulaye WADE entre 9 heures et 10 heures au Palais de la République. Je fus contacté par un proche pour rédiger un "mémorandum de la jeunesse sénégalaise" qui devait servir d'orientation au discours de notre ancien Chef d'Etat. Malgré la conscience de la difficulté de cette rédaction urgentissime, je m’engageai à satisfaire à cette obligation en raison du respect que j'avais pour WADE, mais aussi du fait de mon hypersensibilité au vécu de mes compatriotes. Entre minuit et 5 heures du matin, je réussis à produire un document synthétique. Dans le cinquième "chapitre" où j'abordais les questions de bonne gouvernance, je demandais au Président WADE d'écarter Karim WADE de la gestion politique de l'Etat. Malheureusement, ai-je appris des mois plus tard, toutes les "vérités acerbes" contenues dans cette "esquisse de mémorandum" avaient été soit censurées, soit édulcorées à tel point que le Président WADE était loin de se douter de la menace latente qui guettait son Régime. Aujourd'hui Karim est arrêté dans le cadre de l'enquête afférente à la "traque des biens mal acquis". Je n'ai jamais cru que j'allais être bouleversé par une telle nouvelle, tellement je faisais partie de ceux qui, malgré tout l'amour qu'ils avaient pour WADE, ne cessaient de lui reprocher sa "gestion monarchique" de l'Etat.

Ci-dessous, je publie le dernier "chapitre" de ce "mémorandum" pour le soumettre à votre appréciation. Merci à vous fidèles lecteurs qui me désobstruez l'esprit à travers des commentaires, participant ainsi à ma "formation tout au long de la vie".

5. Les questions politiques et la bonne gouvernance

Trop de divergences au sommet de l’État. Des conflits de personnes dans le PDS qui paralysent parfois la bonne marche des institutions.

Il faut séparer les problèmes de Parti d'avec les problèmes de la République.

Même les discours les plus courtois sont de plus en plus perçus comme de la pure arrogance. D’où vient l’incompréhension ? Pourquoi les jeunes ne veulent plus écouter les gouvernants ? Il semble qu’il ya des « têtes » qu’ils n’aiment plus voir. La haine que suscitent ces « têtes » serait-elle allée jusqu’à se transformer en haine envers le Chef de l’État ? Comment des inconditionnels d’Abdoulaye WADE sont-ils devenus ses pourfendeurs ? Est-ce à cause de la personnalité du président lui-même ou de l’attitude des membres de son entourage, de leur rapport aux Institutions ?

De toutes les façons, « les Sénégalais se connaissent tous ». Les jeunes soutiennent que les dirigeants se servent eux-mêmes au lieu de les servir. Ils savent que nombre d’entre les membres du gouvernement n’avaient aucune fortune à leur arrivée au pouvoir. Ils les suspectent d’avoir « volé » leur argent, de s’enrichir sur leur dos. Le fossé qui les sépare de la classe politique est très profond. Cette jeunesse réclame des audits et la lumière sur un ensemble de dérives qui n’ont jamais été élucidées.

Selon elle, les postes sont octroyés, non suivant les compétences, mais à partir des affinités politiques. Elle soupçonne un réseau de falsification de diplômes pour permettre à certains membres du PDS d’occuper des fonctions qu’ils ne mériteraient pas.

Un certain nombre de scandales financiers sont la cause de ce manque de confiance vis-à-vis des gouvernants.

La jeunesse réclame des mesures urgentes :

- le dépérissement des institutions : suppression du Sénat, diminution du nombre de ministres ;

- La diminution des portefeuilles du ministre Karim WADE, voire sa démission du gouvernement ;

- Beaucoup de jeunes vous demandent de finir votre mandat, mais d’organiser des élections transparentes, en tant que superviseur. En même temps ces jeunes s’inquiètent sur le profil de votre successeur qu’ils ont du mal à choisir parmi l’Opposition ;

- d’envisager la possibilité de créer un gouvernement d’union avec l’opposition à la suite d’une demande solennelle ;

- la satisfaction de la demande énergétique et la baisse du coût des factures, du coût de la vie.

Les revendications sont nombreuses et diverses. À vous de voir celles qui peuvent être réglées très rapidement.

Le Sociologue Rebelle

Le Sociologue Rebelle




Mercredi 17 Avril 2013
Notez


1.Posté par Bounkhatab le 17/04/2013 10:39
Diantre !!!Cette contribution est toujours d'actualites.Les politiciens sont indécrottables.

2.Posté par loarfalaf le 17/04/2013 10:57
Si tu as peur de décliner ton identité, et d'ètre plus explicite, tu te tais.

3.Posté par BENAWAAY le 17/04/2013 12:01
temps des wade,mout ba mott

4.Posté par liba le 17/04/2013 13:38
Huum, ce sont wakhone na ko. Qui prenne la parole, laisser les micros grand ouvert. Ca va la claquer grave

5.Posté par mario le 17/04/2013 17:14
mon cher rebel ce que tu dis las est vrai;mais c'etait vrai il y a longtemps,lorsque vous tous combattiez IDY,le president à votre tete,IDY avait vu venir;lorsqu'il disait que krim ne peut pas etre dans le gouvernement et dans le prive, si tous les suivants de IDY avaient la moitie de son courage,es ce que nous en serions las aujourd'huit à parler de centaines de milliards detournés par ce predateurs?je suis triste pour les parents WADE,parce que je suis un etre humain,et c'est leur fils unique,mais c'est le fruit de leur labeur,ironie du sort,quand je vois le deroulement des choses,les comptes banquaires,les societes fictives,que j'entends mbaye pekh dire que krim n'est ni diabetique ni hyper tendu que c'est un musulman,j'ai l'impression de vivre un film IDY à l'envers,meme la chambre carcerale n'y echape,seulement cette fois,rebel toutes vos calomnies,vos mensonges,seront vrais,et seront vecu par votre demi dieu,YèNé NèK LA BOROOM MOO SI FANAANE, ce qui reste maintenant est un probleme de courage et d'honnetete,c'est le moment de reconnaitre que IDY à toujours eut raison sur tout le monde

6.Posté par mario le 17/04/2013 17:33
ou est ma contribution?

7.Posté par ado le 17/04/2013 19:10
de grace publiez ma contribution

8.Posté par 123 le 17/04/2013 19:46
CHER SOCIOLOGUE REBELLE, SACHE QU'EN 2011, LE MAL KARIM ETAIT DEJA FAIT, IL ETAIT A UN NIVEAU D'IMPLICATION ELEVE DANS CERTAINS DOSSIERS D'ARGENT. LE DEMETTRE DE SES FONCTIONS N'AURAIT PAS CHANGE GRAND CHOSE. BEAUCOUP AVAIT PRESSENTI CE QUE TU A ECRIT, CERTAINS L'ONT MEME DIT A WADE LES YEUX DANS LES YEUX, MAIS C'ETAIT TROP TARD. KARIM DOIT FAIRE FACE A SON DESTIN C'EST TOUT.



Dans la même rubrique :