Dissolution de Benno Bokk Yakaar ?


Dissolution de Benno Bokk Yakaar ?
Le leader de BBY est naturellement le Président Macky SALL à qui, jusqu'à preuve du contraire, nous donnons carte blanche pour proposer des actions à mener, pour rendre plus visible sa politique socio économique qui, à terme, devra satisfaire la demande sociale. Toute la demande sociale ? Oh que non, ce n'est pas possible et cela ne sait jamais fait nulle part ailleurs !
Mais force est de constater que l'opposition PDS marque des points. L'expérience acquise entre 2000 et 2012 dans la gestion des choses publiques permet au PDS d’identifier et d’exploiter politiquement et rapidement les failles et carences dans la conduite des choses publiques.
Cela est aussi facilité par l’inertie des alliés du Président qui a été oblige de déplorer c manque de soutien de sa politique par ses alliés. Certes l’on note une absence des membres de cette coalition dans les débats ! Du fait d’un manque d’informations sur ce qui se fait. On ne peut défendre que ce que l’on connait ou compte tenu des agendas personnels des uns et des autres et des stratégies que cela implique.
Mais, il ne peut pas y avoir de Direction politique unifiée (DPU) tout simplement parce que le seul à être élu au suffrage universel est Monsieur Macky SALL et au taux de 65 %.
Par contre, Monsieur Macky Sall peut se décider à assumer son rôle de chef politique de BBY en convoquant ou en faisant convoquer des réunions d'information et de préparation de ses décisions avec la participation de ses alliés.
Ou bien, Monsieur Macky Sall dissout BBY et crée une coalition dite de la majorité présidentielle parce que ses allies de 2012 n'ont plus les mêmes objectifs. Et ce serait contreproductif que de vouloir maintenir dans une coalition de coalitions des opposants déclarés.
Ce serait le meilleur moyen de se compter et de couper l'herbe sous les pieds de ses adversaires, du dedans, afin d'éclaircir le champ politique et éviter que son programme de gouvernement ne soit parasité par les adeptes du "y a qu'à". Ces donneurs de leçon qui ne feront rien de positif pour leur pays ! Ne dit – on pas une « pomme de terre pourrie peut contaminer tout un sac» ?
Donc, pour le Président, il urge de compter ses partisans sincères qui ne sont mus que pour la satisfaction des besoins des sénégalais afin de montrer qu'il est en train de respecter ses engagements. Même si cela tarde à se faire sentir à cause, entre autres, du parasitage des mesures déjà prises. Une baisse de 1 % des prix des biens de consommation a toujours une conséquence sur le revenu des ménages, sur l'épargne, sur l'investissement sur la création d'emplois... Maintenant les « accélérateurs du temps » peuvent toujours dire que ce n'est pas une bonne solution...tant pis pour eux ils sont dans leur rôle d'opposants du dedans.
Il urge de compter ses partisans parce qu’il y a les réformes à mener dont les plus urgentes sont celles qui influent directement et maintenant sur le niveau de vie des sénégalais et non celles qui allongent la durée du mandat du président de l'assemblée nationale ou la réduction du mandat du président de 7 a 5 ans. Ces deux dernières peuvent être incluses dans celles qui seront proposées par Monsieur makhtar Mbow et sa commission des reformes.
 
Bassirou NDIAYE
Secrétaire national chargé de
l'administration et de l’informatique
de l’Alliance Démocratique Pencoo
Jeudi 6 Juin 2013
Dakaractu




Dans la même rubrique :

AIDA CHERIE - 22/05/2015