Terrorisme : à Riyad, Trump lance "la bataille du bien contre le mal"

Depuis l'Arabie saoudite, le président américain a prononcé un discours sur l'islam, au cours duquel il a demandé aux leaders des pays musulmans de combattre le terrorisme dans une "bataille du bien contre le mal".


Le président américain Donald Trump s'est déclaré, dimanche 21 mai, porteur d'un message "d'amitié, d'espoir et d'amour", dans un discours sur l'islam à Riyad, en Arabie saoudite, devant les représentants d'une cinquantaine de nations musulmanes, dont 37 chefs d'État ou de gouvernement.



Il a exhorté les pays musulmans à n'offrir aucun "refuge aux terroristes" et a annoncé un accord avec les pays du Golfe pour lutter contre le financement du "terrorisme". "Il s'agit d'une bataille entre des criminels barbares qui cherchent à éradiquer la vie humaine et des gens biens de toutes les confessions qui cherchent à la protéger", a-t-il déclaré.

"Nous ne sommes pas ici pour donner des leçons"

Invitant les pays arabes à compter avant tout sur eux-mêmes, il a estimé que "les nations du Proche-Orient ne peuvent attendre que la puissance américaine écrase cet ennemi à leur place". "Nous ne sommes pas ici pour donner des leçons, nous ne sommes pas ici pour dire aux gens comment ils doivent vivre, ce qu'ils doivent faire, qui ils doivent être ou comment prier".

Mais, a souligné Donald Trump, "nous ne pouvons vaincre ce mal que si les forces du bien sont unies et fortes".

Cette bataille, a ajouté Donald Trump, suppose de "se confronter avec honnêteté à la crise de l'extrémisme islamiste et aux groupes terroristes islamistes qui s'en inspirent". "Et cela demande de se montrer soudés face aux meurtres de musulmans innocents, à l'oppression des femmes, à la persécution des juifs et aux massacres de chrétiens".

"Le terrorisme s'est étendu au monde entier. Mais le chemin vers la paix débute ici, sur cette vieille terre, sur ce territoire sacré", a poursuivi le chef de la Maison Blanche.

L'Arabie saoudite est la première escale d'une tournée de neuf jours de Donald Trump, son premier déplacement à l'étranger, qui le conduira en Israël et en Cisjordanie (les 22-23 mai), au Vatican (le 24), en Belgique pour un sommet de l'Otan, et une rencontre avec Emmanuel Macron (le 25), puis en Sicile, pour le sommet du G7, les 26 et 27 mai.

FRANCE24
Dimanche 21 Mai 2017
Dakaractu




Dans la même rubrique :