Surveillance de l’Environnement : Le Programme MESA a contribué à l'amélioration de la qualité de l'information environnementale


« Le Programme MESA a contribué à l'amélioration de la disponibilité et de la qualité de l'information environnementale en matière de gestion des ressources naturelles, de prise de décision et surtout de planification au niveau des institutions dans les domaines de l’agriculture, de l’environnement, de la sécurité alimentaire et de la gestion des risques climatiques » a déclaré Abdoulaye BALDE Ministre de l’Environnement et du Développement Durable.
 
 Il a fait cette annonce lors de l’ouverture hier du Deuxième Forum International du Programme de Surveillance de l’Environnement pour la Sécurité en Afrique (MESA).  Le Sénégal, abrite ce forum qui marque aussi la toute dernière année de mise en œuvre de cet important programme.
 
Le ministre a aussi fait savoir que grâce au Programme MESA, « des antennes de réception d’images satellitales ont été installées dans plusieurs institutions, dont le Centre de Suivi Ecologique, l’Agence Nationale de l’Aviation Civile et d’l’Information Météorologique, la Direction de la Pêche et l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar ». Dans le domaine de l’élevage, au regard de la production fourragère et de sa répartition, « des recommandations pertinentes sont périodiquement formulées à l’endroit des acteurs du secteur pour une meilleure gestion du cheptel ; surtout en prévision des périodes critiques » a-t-il aussi fait savoir.  
 
Pour finir le ministre s’est dit confiant que le Programme MESA, de même que les autres initiatives qui sont annoncées pour lui faire suite, telle que GMES & Africa, vont pleinement contribuer à l’atteinte des objectifs du Plan Sénégal Emergent.
 
Le programme MESA est axé sur le renforcement des capacités d’utilisation des données d’observation de la Terre sur le continent africain et met un accent particulier sur les applications climatiques et environnementales. Le programme est financé par le 10ème FED de l’Union européenne, avec une enveloppe budgétaire de 37 M€. Il est coordonné par la Commission de l’Union africaine avec le concours de sept centres régionaux d’exécution (CRE).
Mardi 25 Avril 2017
Dakaractu




Dans la même rubrique :