OFNAC : Publication du rapport 2014/2015, Nafi N'gom Keïta décortique les cas et situations traités


Face à la presse pour parler de la publication du rapport 2014/2015 de l'Office National de Lutte contre la Fraude et la Corruption (OFNAC), Nafi Ngom Keita est revenue sur l'historique de la création de la structure qu'elle dirige.
Elle a déclaré que l'OFNAC a été créé par la loi N° 2012-30 du 28 décembre 2012, mais les membres qui le composent ont été nommés un an plus tard, le 31 décembre 2013 par le Président de la République. Ils ont été installés dans leurs fonctions le 27 mars 2014, avant de rejoindre leur siège le 11 août 2014.
Parlant du fonctionnement, Nafi Ngom Keita déclare que : "l'Ofnac a reçu 320 plaintes et dénonciations, dont 114 par lettres, 111 par appel au numéro vert, 34 par mail et une par application mobile. Sur les 209 plaintes et dénonciations physiques reçues, 134, soit 64,11% sont dans le champ de compétence de l'OFNAC, contre 75 plaintes, soit 35,89% pour lesquelles l'OFNAC s'est déclaré incompétent".
Sur les cas les plus traités, elle souligne que les conflits fonciers sont récurrents, avec près de 50 dossiers. Ils représentent la thématique la plus massive durant la période de référence. 
En gros, 70 000 cibles ont été reçues ou rencontrées. 
Pour ses interventions, Nafi Ngom Keita déclare que l'OFNAC a noué, dans la même logique et avec le même dessein, des relations de coopération avec les organisations soeurs de la sous-région. L'Office bénéficie ainsi d'un statut de membre de réseaux d'une grande notoriété comme l'Association des Autorités Anti-Corruption d'Afrique (AAACA), le Réseau des Institutions Nationales de Lutte contre la corruption en Afrique de l'Ouest (RINLCAO) et le Forum des Inspections générales d'Afrique et des Institutions assimilées (FIGE).
Dans ses domaines d'intervention, l'OFNAC agit dans le domaine de la santé, de l'éducation, dans les transports terrestres, dans les services fiscaux, dans les communes, dans les entreprises entre autres domaines.
Pour terminer, Nafi Ngom Keita s'est exprimée sur la déclaration de patrimoine des ministres et autres fonctionnaires. Selon elle, "l'OFNAC a reçu au total 385 déclarations de patrimoine sur une base de données estimée à 742 assujettis, soit 51,89% reçus. Là, elle remercie le Premier ministre pour le travail de facilitation qu'il a réalisé au bénéfice de l'institution.
Parlant des mesures qu'elle espère devoir être prises, elle déclare : "Les litiges fonciers, la gestion des ressources naturelles de façon générale, l'encadrement du financement des partis politiques, la politisation de l'Administration, les contraintes et difficultés afférentes au cadre de vie sont autant de points sur lesquels des mesures efficaces sont espérées pour faire face aux nombreuses attentes".
Elle conclut en rappelant que la lutte contre la corruption n'est pas seulement de la responsabilité de l'Etat, elle incombe également à chaque citoyen", avant de dire qu' "à l'ère de l'Acte 3 de la Décentralisation, l'Ofnac envisage également l'ouverture d'antennes régionales..."
Mardi 24 Mai 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :