Macky Sall sur le terrorisme aux médias internationaux : « Nous avons d’ailleurs attiré l’attention pour dire il faut arrêter, nous ne sommes pas plus exposer que n’importe quel autre pays»


Lors de la présentation du système des correspondants de Presse à la Présidence ce matin, le Chef de l’Etat Macky Sall a insisté sur le rôle des médias dans la gestion de l’information sensible telle que la question du terrorisme et n’a pas manqué de faire la leçon aux médias internationaux qui considéraient notre pays comme une menace réelle.
«  En voulant tout dire peut être inconsciemment, on peut participer à faire l’apologie du terrorisme. Et cette information des fois peut inciter les jeunes à s’immiscer dans ce milieu. Vous savez l’influence qu’ont les médias sur les consciences. Je voudrais vous inviter sur cette question, à tenir compte que tout relais peut être une source de propagande. Nous avons d’ailleurs condamné certains médias internationaux qui se sont permis de prendre le Sénégal comme un pays sur lequel il y aurait une menace imminente. Il n’en est rien du tout! » dira Macky Sall. Qui ajoute d’ailleurs que tous les pays sont menacés et tous les pays peuvent être frappés à tout moment, « puisque le terrorisme aujourd’hui a des formes qui n’épargnent aucun dispositif ». Il était mal venu, répétera le Président, que des médias internationaux qui ont de l’influence sur l’audimat Africain montrent des interviews « qui d’ailleurs sont douteux de soi-disant sénégalais en Syrie ou en Lybie ».
« Nous avons d’ailleurs attiré l’attention pour dire « il faut arrêter, nous ne sommes pas plus exposés qu’aucun autre pays. Il faut qu’ils arrêtent de nous parler de menace imminente qui s’abat sur notre pays. Tous les pays sont menacés et les plus importants sont ceux qui ont le plus de moyens, parce qu’il s’agit de citoyens de ce pays qui décident d’être en rupture de ban et de mourir pour une cause. Et cela personne ne peut le prévenir ».
Sur le rôle des correspondants de presse à la présidence dans cette mission, le Chef de l’Etat dira que « lorsque nous déployons de moyens importants pour protéger les populations, il est important que sur cette lutte, il y ait des échanges entre votre milieu et les pouvoirs publics ». 
Vendredi 12 Février 2016
Dakaractu




1.Posté par ghn dgndh le 12/02/2016 16:22
De qui se moque t-il? N'est ce pas Macky Sall et la France qui disait, la semiane derniere qu'il nyavait des menaces ur le senegal? Et ajourdhui le contraire?



Dans la même rubrique :