L’élève Seyni Diallo disparue depuis le 23 mai 2016 à Tivaouane : La famille crie sa détresse


L’élève Seyni Diallo disparue depuis le 23 mai 2016 à Tivaouane : La famille crie sa détresse
 La famille Diallo est dans la consternation depuis le 23 mai 2016, date à laquelle elle n’a plus revu sa fille Seyni Diallo, élève en classe de Terminale au Lycée Acapes de Tivaouane. Après 10 mois de recherches, ses parents lancent un nouveau cri de détresse pour le retour de la jeune fille. Son frére Cheikh Tidiane  Diallo explique.
 
 « Vous ne pouvez pas imaginer ce que nous vivons ». Dix mois après la disparition de sa sœur, ses parents et lui n’arrivent pas à comprendre ce qui se passe. Car, ce jour-là, rien n’indiquait que sa frangine n’allait pas revenir de l’école. « Elle n’avait pas de différend avec un quelconque membre de la famille. Il y a toujours eu une bonne ambiance dans la maison. D’ailleurs, c’est la préférée de ma mère. Mon père aussi répond à ses moindres besoins », explique Cheikh Tidiane Diallo. D’après lui, ce jour-là, Seyni Diallo avait fait le linge et préparé le déjeuner. Un peu après 14 heures, elle a quitté le domicile familial pour se rendre au lycée Acapes de Tivaouane car elle avait cours de 15 heures à 19 heures. Mais depuis lors, l’élève de Terminale L, au teint noir, n’a pas été revue. « Comme elle avait l’habitude de rentrer souvent un peu après 20 heures, ma mère pensait qu’elle avait cours de renforcement. Mais quand elle ne l’a pas vue jusqu’à 22 heures, elle a commencé à s’inquiéter », narre-t-il.
 
Les minutes filant et la jeune fille ne réapparaissant pas, la dame Kombé Guèye a décidé d’appeler sa fille au téléphone. Il était 23 heures et la mère a senti le sol se dérober sous ses pieds en tombant sur la boîte vocale. Pour en avoir le cœur net, elle a appelé la meilleure copine de Seyni qui lui a fait savoir qu’elle-même n’avait pas fait cours. Alors, Mme Diallo s’est rabattue sur les autres camarades de classe de sa fille. La réponse a accentué son inquiétude car les élèves lui ont fait savoir que Seyni s’était absentée. Craignant le pire, la famille a fait une déclaration à la police et à la radio locale. D’après Cheikh Tidiane Diallo, après exploitation de la réquisition de la Sonatel, les limiers ont mis la main sur un maçon qui a été appréhendé après 4 mois de cavale. Malgré cette arrestation, la famille n’en sait pas davantage sur la jeune fille. Car, lorsqu’il a été interrogé, le suspect a confié avoir remis 100 000 F CFA à sa sœur pour un voyage vers la Libye.
 
Après dix mois de recherches, sa famille craint tous les scénarii possibles. Aussi Cheikh Tidiane Diallo sollicite-t-il l’aide des autorités du pays, particulièrement le ministre de l’Intérieur.
 
EnQuête
Mardi 28 Mars 2017
Dakaractu




Dans la même rubrique :