Symbiose entre les nouvelles technologies et les programmes de développement : Un travail de fond qui interpelle les polytechniciens


"Si nous devons relever les défis du développement, cela veut dire que nous devons avoir les ressources humaines suffisamment en nombre et suffisament qualifiées pour non seulement comprendre les enjeux qui sont liés au développement, mais aussi, pour mieux engager ces défis". Cette analyse a été émise par Mme Marième Seck, directrice exécutive de Neurotech, devant les diplômés de l'école supérieure polytechnique. 
Pour elle, cette démarche va être nécessaire pour que ces ALUMNI et les polytechniciens se rendent compte que le développement exige la mise en place d'une polyvalence et de l'imprégnation dans les domaines des échanges, de l'investissement.
Il faut aussi faire preuve de beacoup de créativité, faire en sorte que les pays développés ne tirent pas toujours de nos capacités intellectuelles. En d'autres termes, "il faut que nos intellectuels se rendent autonomes d'esprit et de créativité", définit  Marième Seck.

Un autre point souligné, est celui qui consiste à nous assurer que la technique est réellement au service du développement. Pour donner une idée de ses propos aux étudiants de l'ESP, Marième Seck estime que " la technique doit s'adapter en nous, en nos capacités pour ensuite s'imprégner des contraintes, du contexte et des réalités sociales pour bien se lancer dans le développement en tenant compte de nos potentialités qui nous sont propres".
Samedi 31 Août 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :