Rôle dans les partis : Les jeunes leaders pour une loi sur la représentation des jeunes dans les institutions


En conférence de presse hier après-midi les jeunes leaders sélectionnés dans le programme Pypa (program for Young politicians in Africa) espèrent une loi sur la représentation des jeunes dans les partis politiques, mais aussi les institutions. Ils comptent aborder la question lors d’un séminaire qu’ils vont organiser dans le cadre de la troisième session du programme qui va se tenir dans notre pays et sur la problématique de l’influence de jeunes dans les partis politiques.
Moussa Baldé membre de la délégation sénégalaise au PYPA constituée de 14 personnes issues de 6 partis d’indiquer que cette volonté est née du constat qu'au Sénégal, la question de la participation des jeunes et leurs niveaux d’influence se pose avec acuité.
« Les jeunes de moins de 35 ans constituent 65% de la population (…) ils devraient être au centre de la vie politique et nombreux dans les instances de décision et bien représenter dans les institutions de notre pays (…) mais tel n’est pas le cas », dira-t-il.
Ce séminaire aura ainsi pour thème donc « jeunesses politiques et engagement ». « Il s’agit de réunir de jeunes leaders politiques et de la société civile afin de réfléchir et de trouver des solutions à ce déficit qui n’honore pas notre démocratie ».
Toussaint Manga, Secrétaire général de l’Union des jeunesses libérales a, à la suite de son camarade, noté qu'en vue des législatives si le combat est bien mené, les partis politiques pourront s’entendre  sur une loi qui va réserver une frange importante à cette partie de la population. « Aujourd’hui il y a une grande élite au sein de la jeunesse qui est bien formée et ont les capacités d’assurer des responsabilités. Et il faut arriver à ce que les gens arrivent à donner plus de confiance à la jeunesse », conclura t’il.
Cette question de la responsabilisation de jeunes et un idéal a, quant à lui, fait savoir Bounama Sall du parti socialiste. Le secrétaire général des jeunes du parti de Tanor Dieng de persister pour dire que leur mission est de poser le débat et les jalons.  « Les responsables qui nous ont précédé ont posé des acte forts allant dans le sens de l’émancipation de la jeunesse sénégalaise. Mais cette démarche nous la voulons inclusive et participative, il faut que l’ensemble des jeunesses des partis politiques et mouvements associatives s’imprègnent de la question et de sa pertinence et son caractère actuel ».
Pour finir et sur la question de l’intérêt politique qui peut remettre en cause leurs objectifs, les jeunes leaders d’assurer les avoir transcendé.
 « Ce qui nous réunit ce sont des questions d’ordres nationales et qui intéressent la frange à laquelle nous appartenons. Nous sommes des jeunes engagés et lorsque l’on parle d’emploi des jeunes nous sommes tous concernés et il ne doit pas y avoir de clivages qui puissent entacher cette unité de la jeunesse. Nous donnons un signal fort lorsqu’il s’agit des intérêts de question national, les partis politiques doivent comprendre qu’ils doivent être au-delà des clivages politiques », finira-t-il par dire.
Samedi 24 Septembre 2016
Dakaractu




1.Posté par Mame Moussa Faye le 24/09/2016 20:07
A l'instar des femmes, nous jeunes demandons une bonne représentativité

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :