Précisions du ministère de la jeunesse et de l'emploi sur la situation des ex-travailleurs des agences dissoutes


Précisions du ministère de la jeunesse et de l'emploi sur la situation des ex-travailleurs des agences dissoutes
                                                    Communiqué
 

Première précision : Les structures ont été dissoutes
 
C’est pour donner plus de cohérence à la mise en oeuvre de la politique de l’emploi et pour utiliser les ressources de manière rationnelle et efficiente que le Chef de l’Etat a pris la décision de supprimer c’est-à-dire de dissoudre les structures ci-après : ANEJ, FNPJ, ANAMA, AJEB.
 
Dans ce cas de figure, il n’y a pas de priorité d’embauchage ni de succession d’employeurs au sens du Code du Travail. Donc, il n’y a pas de continuité. La procédure normale c’est que le Ministre chargé des Finances désigne un liquidateur dont la mission consiste à évaluer le patrimoine (actif et passif) des entités dissoutes afin d’assurer le règlement des droits légaux. Ce travail a été fait et bouclé par le liquidateur qui a rendu compte.
 
Deuxième précision : Beaucoup de ces ex-agents ont été repris mais tout le monde ne peut pas l’être en même temps
 
L’ANPEJ, la nouvelle agence lancée tout juste au mois d’août dernier, en vertu de son volet réinsertion, a un effectif de 49 agents parmi lesquels on retrouve 25 agents issus des structures dissoutes, soit plus de la moitié de son effectif. L’Etat ne peut retomber dans les mêmes travers du passé avec une multitude d’agences et de structures ayant les mêmes missions et des effectifs pléthoriques.
Les efforts du Gouvernement sont à saluer dans la prise en charge des ex-travailleurs. Certains sont aujourd’hui retrouvés à l’AMER (énergies renouvelables), au Ministère de l’Economie, des Finances et Plan, au PRODAC et au PAPEJF.
Mercredi 7 Janvier 2015
Dakaractu




Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016