POUR UNE CIGARETTE : Un jeune carreleur mortellement poignardé à Djidah Thiaroye Kao


POUR UNE CIGARETTE : Un jeune carreleur mortellement poignardé à Djidah Thiaroye Kao
 C’est l’émoi et la consternation chez les populations de la commune de Djidah Thiaroye Kao qui a été, hier, le théâtre d’un effroyable meurtre. En effet, un jeune carreleur de 26 ans, célibataire, a été mortellement poignardé par son antagoniste à la suite d’une banale dispute. D’autant que victime a été de refuser de partager sa cigarette avec son bourreau, en l’occurrence Baye Kounta, alias Baye Fall, alias Doff.  Ce dernier, d’après de nombreux témoignages, ne jouirait pas de toutes ses facultés mentales. Le chef du centre de santé «Deggo», Adiouma Marone, fait état «d’une plaie de trois centimètres de profondeur et de deux centimètres de largeur». Le toubib a également révélé que le jeune homme était déjà décédé avant son admission dans le centre de santé à 11h00. Ce qui atteste de la violence du coup, d’autant que le crime a été perpétré juste derrière le centre de santé. Pourtant, tout est partie d’un échange anodin entre les protagonistes.

Au départ, une cigarette !
 
Selon M. Cissé, témoin oculaire et ami d’enfance de la victime, Baye Fall alias Doff a trouvé Bamba Ly en train de fumer de la cigarette et a demandé à ce dernier de lui permettre de tirer quelques bouffées. Doff, en colère, s’en prend verbalement à Bamba Ly.
Celui-ci riposte et tente de mettre les points sur les (i). «Tu te comportes comme un fou, alors que tel n’est pas le cas. C’est parce qu’on te laisse faire que tu te crois tout permis», réplique la victime, d’après les témoignages de son ami. C’est ainsi que Doff est reparti chez lui pour s’emparer d’un couteau.
Lorsque Doff a pris congé, Cissé indique qu’il s’est mis à sermonner son ami à avoir un esprit de dépassement, étant donné qu’il est plus sain d’esprit que son antagoniste. Malheureusement, au retour du mis en cause, les choses sont allées très vite, raconte le témoin qui révèle que son attention a été attirée par le sang qui giclait de son ami allongé sur la route. C’est ainsi qu’il l’a porté sur le dos pour le transporter au centre de santé. Son sous-vêtement blanc était encore imbibé de sang lors de son témoignage

PROFIL DU MEURTRIER : Un «Baye Fall» dans les habits d’un fou
 
Après le meurtre du jeune carreleur Mouhamadou Bamba Ly, hier, à Djidah Thiaroye Kao, les avis sont partagés sur l’état mental de l’auteur du crime. Baye Kounta, alias Baye Fall ou encore Doff, ne jouirait pas, pour certains, de toutes ses facultés mentales. Ces derniers jours, révèle un habitant du quartier, il était très agité et toujours armé d’un gourdin ou d’un couteau. Cependant, même s’il appartient à l’homme de l’art de confirmer cette version, pour le moment, d’autres voix discordantes servent une autre version.
Cette folie alléguée, n’est qu’un prétexte pour justifier cet acte criminel. «Un fou ne se marie pas, un fou n’a pas d’enfant», lance amer un ami de la victime. Il se raconte par ailleurs que Baye Fall est un boucher. Une activité qu’il a abandonnée pour se convertir en «Baye Fall». Seulement, dans cette reconversion, rares sont les habitants du quartier qui veulent croiser son chemin. En effet, il réclame 1000 francs et fait tout pour «rentrer dans ses fonds». Ces derniers sont obligés de débourser le montant réclamé pour éviter d’éventuels problèmes.
D’autres témoignages le présentent comme un homme belliqueux, parce qu’il solde ses comptes à coups de gourdin ou de couteau. «S’il vous arrive la malchance d’avoir une altercation avec lui, vous êtes obligés de surveiller vos arrières, parce qu’il est toujours armé et à l’affût», souffle une proche de la victime.
  
(L'AS)
Vendredi 4 Novembre 2016
Dakar actu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :