Microfinance : plaidoyer pour une réduction des coûts de transaction


Microfinance : plaidoyer pour une réduction des coûts de transaction
La directrice générale de Partageons le meilleur de la micro-finance (PAMIGA), Rénée Chao-Beroff, a jugé lundi ‘’essentielle’’ une ‘’amélioration de l’efficience par la réduction des coûts de transaction’’ de la micro-finance dans le but d'''apporter les services financiers à un coût abordable pour les clients’’.

Elle s’exprimait lors du lancement des activités du Bureau régional pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre à Dakar de ‘’Partageons le meilleur de la micro-finance’’ (PAMIGA).

Pour elle, pour obtenir l’efficience en passant par la réduction des coûts de transaction, ‘’la technologie devra jouer un rôle central et croissant, surtout en milieu rural à faible densité’’.

Elle a également suggéré la mise en place d’un bon système d'information de gestion qui va ouvrir la voie à un système de contrôle interne plus efficient et mieux ciblé. ‘’Une bonne plateforme technologique va permettre d’y arrimer de nouveaux services que les clients réclament : paiement, transfert d’argent, même épargne, micro-assurance et crédit [...]’’.

Selon elle, ‘’PAMIGA croit à la diversification des produits pour diversifier les risques pour l’IMF, pour ouvrir les services financiers à d’autres segments de marché, surtout en zone rurale […]’’.

‘’Le nouveau paradigme de microfiance est en train de naitre, il met le client au centre, allant vers une Finance responsables et inclusive, qui apporte des solutions financières à des entreprises productives de l’économie réelle et à des entreprises sociales de type +Social Business+’’, a-t-elle dit.

PAMIGA est une organisation créée par des personnalités et des institutions reconnues du secteur de la microfinance en Afrique.

Son objectif est d’améliorer l’impact de la microfinance en milieu rural et périurbain en Afrique. A cet effet, PAMIGA propose aux institutions de micro-finance des services de conseil, des services financiers et une plateforme d’échanges de pratiques et de références.

Parmi ses projets, PAMIGA compte développer de nouveaux produits financiers permettant aux clients des institutions de microfiance partenaires d'accéder à l'eau, souligne un document remis à la presse.

Le programme est mis en ouvre au Bénin, au Burkina Faso, au Sénégal et au Togo.
APS

Lundi 11 Mars 2013
Dakaractu




Dans la même rubrique :