Le Plan Sénégal Emergent : plus d’éthique et de morale pour un vrai Sénégal


Le Plan Sénégal Emergent : plus d’éthique et de morale pour un vrai Sénégal
Le Sénégal Emergent c’est une petite lumière dans un trou noir à la place d’une grosse lumière qui  permet l’éclosion d’une société moderne, équilibrée et ambitieuse.
Le Sénégal émergent c’est beaucoup de préalables sur le plan social, des infrastructures de base, de gestion efficiente du temps de travail, de lutte contre la corruption, de l’émergence de connaissances scientifiques,  techniques et technologiques
La  vulnérabilité du Sénégal émergent  se trouve dans nos mentalités et comportements, trop de gabegies, d’injustices, de privilégiés et de mensonges. Toutes les formations politiques, ainsi que tous les gouvernements successifs, ont tous participé au naufrage du Sénégal.
 Le Sénégal émergent devrait être la somme de toutes les valeurs civiques, religieuses, républicaines, ou  les compétences, les savoirs faires et les connaissances sont au service exclusif du Sénégal et du citoyen.
Mais hélas ! Qu’est que nous constatons partout ? De  la perte de légitimité des figures politiques et de l'autorité, de la montée de diverses formes de violences, de la toxicomanie, des attitudes inédites face à la procréation comme face à la mort. De nouvelles formes de libertinage, des difficultés d'une classe moyenne sans perspective, d’une jeunesse errante sans conscience, de la  multiplication spectaculaire des familles pauvres,  endettées, de la dégradation continue du cadre de vie, de gouvernements agressifs  vers une jeunesse dépressive.
La liste est longue…
Et des changements qui témoignent d'une évolution radicale de mentalités, et de comportements des Sénégalais, et de la vie en société provoquent une véritable crise des repères, suscitant le désarroi des humains, à commencer par ceux qui font profession : D'éduquer, de soigner, de juger et de gouverner leurs semblables.
C'est à une véritable mutation collective, à la fois  subjective et existentielle à laquelle nous assistons aujourd'hui, et  où l'on voit apparaître ce que l'on peut  appeler   la nouvelle économie psychique. Son moteur n'est plus le désir mais la jouissance à outrance. Le besoin ne faisant plus appel à la raison.
 Le Sénégalais d’aujourd’hui est sans boussole, affranchi du refoulement, il est moins citoyen que consom’acteur, homme sans gravité, produit d'une société libérale aujourd'hui triomphante, qui semble n'avoir plus le choix. il est pressé de jouir avant de réfléchir face à l'inintelligible, être impassible, qui tente l'impossible, et qui nage dans les problèmes ou il n’y a de vents favorable que pour celui qui sait où  aller.
Problèmes, encore des problèmes, toujours des problèmes, ne plus en faire un problème devient le quotidien de milliers de Sénégalais, sans sourire ce qui n’est ni espoir, ni emblème. Il faut savoir qu’il y a en nous, un noyau qui ne change jamais, comme  il existe une colonne vertébrale qui ne change pas non plus. Et puis, il y a tout ce qui change, se dégrade, évolue, et qui obéit au temps, et à son bon vouloir ou le désir devient mécanique
Nous devons adhérer pas à pas, tous ensembles, à la gestion vertueuse, à la justice équitable, sans passe-droit pour nous accomplir sans l’ombre de nos ruses, de nos frustrations, de nos positions dans la société, de nos ambiguïtés, entre le bien et le mal, l’incongruité et la spontanéité.
Notre foi est l'ombre de nos habilités, le regard de l’autre nous renseigne comme celui de l’apôtre. Savoir prendre ce qui est nôtre, tout en préservant ce qui est au peuple. La sensibilité de chacun de nous est son génie créateur, dont les maîtres mots sont compétitivité, rentabilité, efficacité individualité et  engagement collectif.

« Une idée féconde est une belle onde, alors refusons d'avoir l'esprit asservi ».

C’est cela l’humilité et l'humanité, qui font l’éloge de la sensibilité et de la créativité. Cette vision de la réalité est partagée par bon nombre de citoyens sans porter aucune vérité additionnelle. Rêvons d'une meilleure société en fraternité, avec égalité pour en faire un viatique dans la générosité et la solidarité, en choisissant le positif.
Depuis que mon regard cherche la justice, je ne vois que l'omniprésence des injustices.  Avec nos cœurs soyons des parchemins pour le Sénégal émergent. Et lorsque la peur nous quitte, que le passé cesse d’être racoleur, les cœurs deviennent des porte-bonheur à tous les niveaux. Ainsi se réalise nos rêves d’un Sénégal émergent.

Mouhamed Faouzou Dème
Consultant en Tourisme
 
Mercredi 19 Février 2014
Dakaractu




Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016