Laser du lundi : Un Président de la république ne tacle pas ses opposants ; il tracte tout un pays. (Par Babacar Justin Ndiaye)

Le Président Macky Sall gouverne-t-il autrement ou saccage-t-il d’une autre manière l’Etat ? Tout se passe comme s’il veut prendre, par le mauvais côté, le relais de son prédécesseur, le bâtisseur-fossoyeur Abdoulaye Wade qui, en deux mandats, a construit le pays mais esquinté l’Etat méticuleusement bâti, de 1960 à nos jours. En marquant frénétiquement Maitre Wade et Idrissa Seck auprès du Khalife Général des mourides, Macky Sall en arrive à oublier que, lui, il a l’Etat sur ses épaules ; à l’opposé de ses adversaires qui, eux, détiennent le Ministère de la Parole, de la Diversion et des Pièges politiques. Un républicain farouche et forcené comprend difficilement que celui qui est, à la fois, le chef des armées, la clef de voûte des institutions et le Président de tous les Sénégalais (marabouts compris) puisse, en moins de dix jours, effectuer deux visites auprès d’un guide religieux, sans un motif aussi colossal et urgentissime qu’une déclaration imminente de guerre.


Laser du lundi : Un Président de la république ne tacle pas ses opposants ; il tracte tout un pays. (Par Babacar Justin Ndiaye)
Le Sénégal officiel a une mémoire qui sédimente bien les servitudes les plus orthodoxes du protocole d’Etat. Par conséquent, aucune soif de second mandat ne justifie valablement qu’on expose à la ruine, le prestige de l’Etat sans lequel, notre gouvernance démocratique plus évidente que nos richesses naturelles, s’en ira ou tournera en eau de boudin. Bien entendu, celui qui a besoin du Pape se rend à Rome. Il va donc sans dire que le chef de l’Etat doit aller au-devant des chefs religieux. Et chez eux. Mais en chevauchant impérativement une modalité qui préserve le respect conféré aux marabouts, tout en laissant intact le prestige inhérent à l’Etat. Par exemple, sur les douze mois de l’année (deux semestres ou quatre trimestres) le Président de la république a la latitude de prévoir dans son calendrier, quatre visites à dates fixes, auprès des Khalifes généraux. Un programme modulable en cas de nécessité absolue, c’est-à-dire d’urgence nationale. C’est là un schéma de travail plus en adéquation avec les charges présidentielles qu’une cascade de visites risquées ; parce que fertiles en huées désobligeantes pour le premier magistrat du pays.
 
Pourtant, un antécédent senghorien et un précédent wadien ont déjà balisé un axe de contacts très équilibrés entre les deux
pôles d’autorité, en fonction des lieux. Au cours de la décennie 70-80, le Président Senghor a visité la ville sainte de Touba et rencontré le Khalife général Sérigne Abdou Lahat Mbacké. Un séjour d’autant plus surveillé par les observateurs que le successeur du Vénéré Sérigne Fallou Mbacké entretenait des relations tièdes – c’est un euphémisme – avec le premier Président du Sénégal. Une tiédeur qui n’a pas empêché, plus tard, une audience sereine au Palais présidentiel. Une entrevue en marge d’un séjour dakarois de Sérigne Abdou Lahat chez son talibé, le richissime Ndiouga Kébé.
 
Dans une période récente, Abdoulaye Wade a reçu, en grande pompe, le Khalife Sérigne Bara Mbacké, dans un salon majestueux du Palais de la république. C’est dire que le Président Macky Sall, fraichement revenu de la retraite champêtre de Nganda (région de Kaffrine) pouvait, à la faveur du séjour dakarois de l’actuel Khalife général,  adresser une invitation au Vénéré Sérigne Cheikh Sidy Mocktar Mbacké. Etant entendu que la réponse reste à l’exclusive appréciation de l’illustrissime invité. Dans tous les cas de figure, l’Etat ne flâne pas. Son chef ne vadrouille pas. Et, surtout, il ne doit pas être politiquement à la remorque des opposants infiniment plus libres de leurs mouvements et de leurs initiatives. En un mot, un Président de la république ne cale pas son agenda très national sur celui de ses rivaux politiques.  
 
En effet, le chef de l’Etat n’est ni le chef de l’opposition ni le chef de la camarilla politique. Sa posture probante conditionne la vitalité des institutions et assure la sauvegarde de la cohésion nationale. Le Président de la république ne saurait être confondu avec aucune fraction. Il doit être l’homme de la nation tout entière, exprimer et servir l‘intérêt national qui est radicalement différent de l’avantage électoral. Voilà pourquoi, il ne sied pas à Macky Sall de contrecarrer, par une profusion d’efforts utiles au Plan Sénégal Emergent (PSE), les manœuvres ou les menées politico-religieuses de Maitre Abdoulaye Wade. Un Président ne rivalise pas en obséquiosité confessionnelle, il ne se bouscule pas sur le terrain des ferveurs confrériques. Il tracte le pays en maintenant le cap sur les engagements pris auprès du corps électoral, grand garant de sa réélection. Et puissant moteur de l’élection éventuelle d’un de ses adversaires.
 
Sur ce chapitre-là, Macky Sall associe allègrement le cap de l‘Emergence nationale à la calebasse des cadeaux spécifiques. Pour coiffer au poteau ses concurrents de tout bord, le Président a réitéré sa promesse d’achever les anciens chantiers de Touba. Et d’inonder la ville sainte de nouvelles infrastructures. En commençant par la construction de l’autoroute Diamniadio-Thiès-Touba. Des investissements qui seront massivement bénéfiques pour Touba, ville du Sénégal et du monde ; mais aussi politiquement significatifs pour leur artisan. La question éminemment citoyenne est la suivante : l’équipement d’un pays obéit-il à un plan directeur national ou à un schéma stratégique d’obtention d’un second mandat ? Il y a des calculs qui payent à court terme ; mais hypothèquent le futur d’un pays. Dans cet ordre d’idées, il n’est guère étonnant que le chef de l‘Etat descende, aujourd’hui, de l’empyrée de la république, campe sur l’échiquier, enfile ses habits de leader de Parti et plonge dans la mêlée politicienne. Entre un arbitrage au sein de l’APR et un réglage dans la coalition Benno Bok Yakaar (BBY), Macky Sall préside un meeting plus indiqué au parc à mazout que dans le temple de l’Exécutif national : le Palais présidentiel.   
 
Comme le voit, c’est le gardien de la Constitution qui ébrèche dangereusement le rempart protecteur de la Loi fondamentale. Des brèches  élargies puis empruntées par la crème civile et militaire de la République. C’est ainsi qu’un Général des Forces de Défense et de Sécurité a été aperçu aux HLM, lieu de résidence du Khalife général des mourides. En somme, un grand talibé en uniforme, comme il en a toujours existé dans ce pays et dans toutes les confréries. Toutefois, les temps ont manifestement changé. Et les mœurs républicaines ont également évolué. Car les Généraux Waly Faye et Idrissa Fall n’ont jamais été publiquement vus dans des postures de type confrérique. D’ailleurs était-ce possible sans l’autorisation de Senghor, de Diouf et de Collin ?
 
 
Lundi 22 Septembre 2014
Dakaractu



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

22.Posté par naroul le 07/10/2014 14:07
Babacar Justin ignore ou fait semblant, les soit disant chefs d etat sont presque tous dans des loges maçonniques et Dieu seul sait les abominations qu ils pratiquent dedans, Soit DIeu seul est votre guide par l intermediaire de son representant ou lucifer se chargera de vous guider,
Nous connaissons l influence du NOM (nouvel ordre mondial) sur nos gouvernants,
Justin cette democratie n est qu une façade, la realite est autre,
Franmaçonnerie rime bien avec france-afrique,

21.Posté par cheikh le 24/09/2014 00:06
http://gawlo.net/?p=21983

20.Posté par Assane Niane le 23/09/2014 00:35
moi j'ai bien peur que la république du sénégal dans sa dimension constitutionnelle est en train de disparaître. c'est dommage pour nous sénégalais.

19.Posté par diene le 23/09/2014 00:00
en tout cas l mouridyat voie de matérialisation sperituelle, par un accomplissement morale et ressourcement religieux n'est plus cette voie soumis au culte du grand capital
l'excursion economique du khalife doit prendre immédiatement fin

18.Posté par malick samb le 22/09/2014 23:19
je ne vais pas trop commenté sur ca mais tout ce ke je peux vous dire en ai que toute personne voulant réussir à bien diriger le pays souhaiterais la benediction du khalif general des mouride.serigne touba moy fal di foli fi si senegal. bureau ba sa ndar mome rek mo bagnone signé kenene kou bagnone gnou yobou la gueth raison pour laquelle ay talibeme gnofi meune ay domame gnofi raw. nangou dafa dieul thieurou bagne. à bon entendeur.

17.Posté par weex le 22/09/2014 19:59
Justin,
Il est très commode pour quelqu'un qui n'a d'armes que sa plume et sa langue de se focaliser sur le Chef de l'Etat, guetter ses faits et gestes et le critiquer pour un oui ou un non. Ta stature d' (historien) aurait dû te faire comprendre le caractère incontournable de TOUBA sur l'échiquier national, voire même international. Il faudrait d'abord avoir la foi, la piété et un cœur serein et dépouillé de toutes considérations de (kignane) pour reconnaître la stature de Touba, résultant des grâces incommensurables que Borom TOUBA a reçu de son seigneur ALLAH. Autoroute, aéroport et autres réalisations verront le jour incessamment à TOUBA , n'en déplaise aux gens comme Justin.
Dis moi où tu as vu ALLAH rétribuer la parole et ignorer les actes . Macky est un être humain et il fera des erreurs certes, mais j'ai la certitude qu'il fera des réalisations visibles, utiles et nous épargnera des terribles travers que nous avons vécu naguère avec Gorgui.

16.Posté par weex le 22/09/2014 19:59
Justin,
Il est très commode pour quelqu'un qui n'a d'armes que sa plume et sa langue de se focaliser sur le Chef de l'Etat, guetter ses faits et gestes et le critiquer pour un oui ou un non. Ta stature d' (historien) aurait dû te faire comprendre le caractère incontournable de TOUBA sur l'échiquier national, voire même international. Il faudrait d'abord avoir la foi, la piété et un cœur serein et dépouillé de toutes considérations de (kignane) pour reconnaître la stature de Touba, résultant des grâces incommensurables que Borom TOUBA a reçu de son seigneur ALLAH. Autoroute, aéroport et autres réalisations verront le jour incessamment à TOUBA , n'en déplaise aux gens comme Justin.
Dis moi où tu as vu ALLAH rétribuer la parole et ignorer les actes . Macky est un être humain et il fera des erreurs certes, mais j'ai la certitude qu'il fera des réalisations visibles, utiles et nous épargnera des terribles travers que nous avons vécu naguère avec Gorgui.

15.Posté par Cheikh le 22/09/2014 17:28
Rendons à Allah ce qui est Allah et à Cheikh Ahmad Bamba ce qui est lui. Qu'est ce que le mouridiatou ??? Est ce que son illustre guide l'avait constitué pour amasser le plus de bien mondain ou pour simplement plaire à Allah et pour comme disait Lamartine "Rendre Dieu à L'homme ou rendre l'homme à Dieu''.Certains se bombent la poitrine parce que les politiques se bousculent devant la porte de leur marabout ...ils n'ont rien compris...le politique n'a de marabout que l'argent et le pouvoir...quoique cela lui coûte...faire une fausse allégeance... se "plier"....ils peuvent tout faire pour atteindre leurs objectifs...Mais le marabout et ses disciples naïfs croiront que le politique croit en eux....Les touroukhs comme l'avait dit le Cheikh Ahmad Bamba "ra" sont des chemins qui mène à Allah et non à son contraire c'est à dire l'argent et le pouvoir qui sont plutôt les pièges de Satan....Ce que nous voyons n'a rien du mouridiatou enseigné le grand Cheikh. Les savants disent que "avoir un ennemie connaissant vaut mieux que d'avoir un ami ignorent" car ce dernier pourra à insulter en prétendant chanter vos louanges .

14.Posté par OUI-OUI le 22/09/2014 15:38
Les réactions du PR sont la plupart du temps dictées par les prises de positions ou déclarations d"Idy; alors qu"il ne devraient pas boxer sur le meme ring

13.Posté par deug le 22/09/2014 12:30
kou bakh boul sonne senegal pays serigne touba la yaw soo nekone président dingua deme touba té kene doula ko wax . bouléné sonne dangaye gueume walla nga bayyi rk
dieure dieuf serigne touba

12.Posté par Sarko le 22/09/2014 12:25
les mourides ns emmerdes il ne font k 6 pourcents des 95 pourcent musulmans

11.Posté par Babacar Justin Ndiaye le 22/09/2014 12:09
Babacar Justin Ndiaye
Le Général Waly Faye était-il mouride ou non ? Je n'en sais rien. Je dis clairement que les Généraux Waly Faye, Idrissa Fall et autre Mamadou Mansour Seck alias Number One n'ont jamais été vus publiquement dans des postures de type confrérique. Admirez l'adverbe "publiquement" qui a tout son sens. En privé, Waly Faye pouvait avoir une posture privée, devant son marabout, et en présence de quelques talibés privilégiés. Loin des caméras, de la presse et des foules.

10.Posté par moi le 22/09/2014 11:39
Le village de retraite du khalif, c'est Keur Nganda et non Nganda. Keur Nganda se trouve dans la région de Louga et non à Kaffrine. Sinon excellente chronique. Je trouvais aussi les visites successives de Macky Sall pathétiques. Même si les résultats des locales lui ont montré que les mourides lui ont tourné le dos.

9.Posté par YAKH le 22/09/2014 11:39
Touba n'a jamais fait de cette autoroute une exigence, c'est Macky qui l'a décidé ainsi par des calculs politiques que la réalité des choses n'a jamais prouvée. Je suis d'accord que Touba a beaucoup d'influence, mais une partie de ce pouvoir lui a été concédé par ces politichiens indignes de nous diriger. Justin a quelque part raison, le Khalife aussi important soit il, il n'a pas les pouvoirs d'un Chef d'Etat. Le Khalife ne peut pas commander l'armée, il ne peut pas nommer aux emplois civils et militaires, il n'est pas le garant de notre sécurité, il n'a pas été elu, et tous les sénégalais ne se retrouvent pas en lui. Comment donc un Président peut il se rabaisser à ce niveau. Si Touba avait la capacité d'élire un Président, Wade ne serait jamais parti. Ce sont les citoyens toutes religions et toutes confréries confondues qui élisent, et c'est dommage que Macky ne l'ait pas compris. Ni les journalistes, n les français à qui il a cédé la moitié du pays, ni aucune force obscure ne pourront permettre à Macky de gagner à nouveau. En continuant de la sorte, il dégoûte la majorité d'entre nous, et en 2017, non seulement il sera congédié, mais il sera traqué jusque dans un trou.

8.Posté par cheikh le 22/09/2014 11:07
ce gars ne sait toujours pas que le senegal on est plus aux annees 70 et meme le general waly faye qu il cite etait un fervent talibe ne portait meme de chaussure chez son marabout serigne souhaib j en sais quelque chose parceque j y etais

7.Posté par Atypico le 22/09/2014 11:03
Belle interpellation et excellent rappel de l'éthique républicaine Justin ! Mais ni Macky , ni aucun prétendant à la présidence ou à un poste de responsabilité dans l'état républicain aujourd'hui, ne fonctionne plus selon cete éthique là . Entre faire des affaires, assurer son maintien ou sa réelection à telle fonction donnant droit à tel et tel privilège, la classe politique sénégalaise n'a de cesse de complaire aux marabouts, dans la crainte de ne pas recevoir leur Nidgël ou de les mécontenter en leur demandant le respect plein et entier des lois de la république. Et l'on voit bien où cela nous mène : à la construction d'une autoroute ver Touba là où l'urgence, la priorité serait de désenclaver la Casamance, de décongestionner Dakar en établissant des voies routière set ferrées entre tous les pôle régionaux et vers les pays voisins. Là où l'autre urgence serait d'acquérir en priorité la maitrise de l'exploitation de l'ernergie solaire pour pouvoir offrir une 'énergie bon marché pour des décennies aux entreprises, aux agriculteurs, aux cheminx de fer, aux ménages ...Mais voilà ,c'est la talibêtise qui a pris le pouvoir !

6.Posté par Damas le 22/09/2014 07:08
Bonne chronique, plein d'enseignements.

Je pense qu'on devrait changer le nom du Sénégal par République Mouride du Sénégal et laisser l'élection du dirigeant aux chefs religieux.

5.Posté par Damas le 22/09/2014 07:07
Bonne chronique, pleins d'enseignements.

Je pense qu'on devrait changer le nom du Sénégal par République Mouride du Sénégal et laisser l'élection du dirigeant aux chefs religieux.

4.Posté par mayday le 22/09/2014 06:51
l'habit est trop ample pour lui

3.Posté par Aska le 22/09/2014 01:15
Sama wadji ne se fatigue jamais. Dés que l'actualité pointe sur Touba il s'engouffre dans la brèche pour s'adonner à son sport favori qui est la denigrance de tout ce qui touche la ville saint ou ces Hommes. Mais t'inkiete tant que ciel sera ciel et que mer sera rempli d'eau, tout président qui dirige ou tout homme politique qui veut diriger ce pays devra faire allégeance a Touba n'en déplaise aux haineux et aux pseudo intellectuello société cixvilo fran maçon woo et toute cette clique satanique. Bamba raw à demb tay sooga nieuw

1 2


Dans la même rubrique :