La Secrétaire Générale de l’OACI souligne la nécessité d'une coopération accrue avec les organes de lutte contre le terrorisme des Nations Unies


La Secrétaire Générale de l’OACI souligne la nécessité d'une coopération accrue avec les organes de lutte contre le terrorisme des Nations Unies
Mme Fang Liu, Secretaire générale de l'OACI institution en charge de la gouvernance mondiale de l'aviation civile, a prononcé une importante allocution devant le Comité des Nations Unies contre le terrorisme à New York , à l’invitation de son Président, S.E. l’Ambassadeur Amr Abdellatif Aboulatta. Une allocution très attendue du fait des nouvelles formes de menaces terroristes et de l'impérieuse nécessité d'une coopération soutenue entre tous les organes du lutte contre ce fléau mondial.

 L’efficacité de la sûreté de l’aviation exige un engagement politique fort au niveau des États pour décider des politiques, allouer des ressources appropriées, fixer des cibles et obtenir des résultats, a déclaré aujourd’hui Mme Fang Liu, Secrétaire générale de l’OACI, devant le Comité des Nations Unies contre le terrorisme (CCT), au siège de l’ONU à New York.
 
Elle a appelé au renforcement de la coopération entre l’OACI et l’ONU. « Les visites de pays du CCT de l’ONU représentent des occasions extrêmement précieuses pour souligner la nécessité d’engagements politiques forts, et je me félicite du dialogue que nous avons engagé pour en tirer un meilleur parti, a souligné Mme Liu. Elles constitueront une priorité particulièrement importante, alors que l’OACI continue de guider l’élaboration d’un nouveau Plan pour la sûreté de l’aviation dans le monde et de solliciter l’engagement des États en vue de sa mise en œuvre. »
 
Dans son allocution devant le CCT, la Secrétaire générale de l’OACI a couvert un large éventail de sujets allant des priorités et des programmes complets de l’Organisation dans le cadre de son Objectif stratégique en matière de sûreté et de facilitation, à ses efforts de coordination et à son soutien à la Stratégie anti terroriste mondiale des Nations Unies, en passant par l’incidence des activités d’intervention illicite sur l’aviation civile internationale.
 
Tout en insistant sur l’importance d’établir des cadres réglementaires à l’échelle nationale et internationale, elle a également mentionné tout particulièrement la nécessité de les mettre en œuvre efficacement, pleinement et de manière cohérente tout en assurant un équilibre entre la sûreté et l’efficacité du transport aérien, à la fois pour les passagers et le fret. « L’assistance technique et le renforcement des capacités sont essentiels pour réaliser ces objectifs, » a-t-elle ajouté.
 
Mme Liu a aussi soulevé des questions concernant les attentats récents commis à l’aéroport de Bruxelles, qui ont entrainé la mort de 32 victimes et de trois auteurs, et fait plus de 300 blessés.
 
« Les attentats perpétrés le 22 mars de cette année à l’aéroport de Bruxelles, et les événements qui se sont ensuivis, ont été un rappel tragique des défis énormes à relever pour sécuriser les lieux publics, du caractère inséparable de la sûreté de l’aviation et de la sûreté nationale, des conséquences économiques et sociales du terrorisme ainsi que de la résilience historique de l’aviation civile », a-t-elle déclaré.
 
La contribution de l’OACI appuyant la Stratégie antiterroriste mondiale des Nations Unies « et les diverses résolutions du Conseil de sécurité ayant trait au contrôle frontalier et à la sûreté » comprend ses travaux destinés à renforcer et à moderniser la délivrance des passeports et les cadres connexes de gestion de l’identité dans les États. L’Annexe 9 de l’OACI de la Convention relative à l’aviation civile internationale, à laquelle 191 États ont adhéré, traite de divers aspects de la délivrance des documents de voyage et de l’intégrité des frontières dans les aéroports internationaux.
 
« Notre stratégie du Programme d’identification des voyageurs (TRIP), qui englobe nos priorités en matière de gestion de l’identité et de délivrance des passeports, constitue une importante contribution aux efforts visant à restreindre la mobilité internationale des groupes terroristes, et nous reconnaissons depuis longtemps les avantages pour la facilitation des renseignements préalables concernant les voyageurs (RPCV) comme outil de contrôle frontalier efficace et efficient », a-t-elle indiqué.
 Montréal, Correspondance particulière
Mardi 28 Juin 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :