Institution de la carte biométrique CEDEAO : Macky Sall lance l'opération le 4 Octobre prochain


Institution de la carte biométrique CEDEAO : Macky Sall lance l'opération le 4 Octobre prochain
Le commissaire divisionnaire Ibrahima Diallo, Directeur de l'Automatisation du Fichier (DAF), en conférence de presse cet après-midi, a révélé que le lancement officiel du programme d’installation des centres d’instruction de la nouvelle carte biométrique aura lieu le 4 Octobre prochain. Le Chef de l’Etat Macky Sall sera le premier sénégalais inscrit dans ce nouveau processus a-t-il indiqué et le programme démarrera le lendemain 5 Octobre dans la région de Dakar.
Le démarrage des centres dans les régions de Thiès, Fatick, Kaolack, Kaffrine, Louga, Saint-Louis et Diourbel suivra le 12 du même mois.
L’installation est progressive, mais fin Octobre, dira le commissaire Diallo, « nous espérons terminer l’installation au niveau de tout le Sénégal et un mois après, nous espérons aller vers les commissariats et les brigades de gendarmerie ».
 Les cartes elles, seront disponibles au fur et à mesure que les cartes vont être produites, fera-t-il savoir.
L’institution de cette nouvelle carte biométrique comporte cependant beaucoup de nouveautés. Et la première innovation concerne les militaires et les paramilitaires invités à s’inscrire « parce qu’ils sont considérés comme de nouveaux inscrits, à partir du moment où ils vont voter en même temps que les civils. Ils doivent aller s’inscrire pour intégrer le fichier des civils », fera savoir Mr Diallo.
« On va insérer la compétence nationale dans le décret d’application de la loi sur la refonte. Elle offre la possibilité aux sénégalais où qu'ils se trouvent d’aller s'inscrire auprès d'une commission administrative même si ce n’est pas la commission de leur localité, et d'indiquer leur lieu de vote normal », fera aussi savoir Mr Diallo. Si une commission est à Hann, indique le commissaire divisionnaire et que « vous êtes dans ce quartier et que vous habitez Saint-Louis, vous pouvez aller vous faire inscrire là-bas, mais il faudra que vous prouviez votre appartenance à Saint-Louis en tant qu'électeur. Il faudra donc un certificat de résidence à cet effet, c’est une commodité pour les gens déplacés ».

Une carte d’identité avec d’autres applications
La carte pourra dans l’avenir, selon le Directeur de la DAF, comporter d’autres possibilités.
« C’est une carte à puce, elle offre la possibilité d’avoir de multiples applications, nous pouvons imaginer dans le futur qu’elles servent de cartes de santé, on peut mettre dans la carte d’identité vos allergies ou votre groupe sanguin. Ce qui permettrait en cas d’urgence d’avoir votre groupe. On peut imaginer aussi qu’elles servent de permis de conduire ou de monnaie électronique. Et à terme, on pourrait aller jusqu’à ce que cette carte soit une référence à l’état civil en dotant un enfant d’un numéro qui servira à vie et à 5 ans on pourrait éditer sa carte et son passeport. »

120.000 cartes en souffrance dans les commissariats
Le DG de la DAF a par ailleurs fait savoir qu'à l’arrêt de la production des cartes d’identité numérisées, 120.000 cartes avaient été produites et envoyées au niveau des centres traditionnels.
« On invite les populations à aller retirer leurs cartes. Si d’aventure il y a des sénégalais qui n’ont pas de cartes d’identité et qui souhaitent pour des questions d’urgence attendre de disposer de leur nouvelles cartes d’identité pour avoir un passeport, nous avons mis en place la procédure d’immatriculation. Qui permet de doter le sénégalais d’un numéro provisoire de carte d’identité qui sera délivrée et signée par la DAF et qui permettra à la direction des passeports de délivrer », conclura t-il...
 
Mercredi 28 Septembre 2016
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :