Et si coach Cissé avait accepté de revoir sa politique de communication?


Souvent décrié pour sa communication minimaliste, le sélectionneur national Aliou Cissé semble apprendre de ses erreurs et d’autant plus décidé à se remettre en question, lui qui n’a animé qu’une seule conférence de presse depuis sa prise de fonction.
S’il n’a pas fait de point de presse lors de la publication de la liste des joueurs sélectionnés pour la double confrontation contre Madagascar, comptant pour les éliminatoires de la Coupe du monde 2018, Cissé semble désormais dans de meilleures dispositions vis-à-vis de la presse.
Il a fait montre de ce nouvel état d’esprit à Paris, lieu du dernier regroupement des Lions, mais aussi à Antananarivo, vendredi dernier, à l’occasion de la manche aller de Madagascar-Sénégal.
A Dakar, où les Lions sont arrivés samedi en provenance de la capitale malgache, ces premières impressions se sont renforcées, concernant un renouveau de la communication du sélectionneur national.
Dès sa première prise de contact pour la première séance d’entraînement de samedi, l’ancien capitaine des Lions s’est porté de bonne grâce aux questions des rares reporters présents à la fin de la séance d’entraînement tenue au stade Léopold Sédar Senghor.
Mieux, à la fin de la seconde séance, il a laissé Sadio Mané, le Ballon d’or sénégalais, à la disposition de ses fans.
Ces derniers avaient tout loisir d’entrer dans l’enceinte du stade et avaient donc bravé l’obscurité pour se masser pendant plusieurs minutes au portail du stade.
Une stratégie radicalement nouvelle, si l’on sait que lors du premier match des Lions à domicile, contre le Burundi (3-1), les pensionnaires de la Tanière avaient travaillé à huis clos la veille de la rencontre. 
Or, dimanche, les portes étaient grandement ouvertes aux supporters, même en comptant avec les enjeux du match de Dakar contre les Baréa, à l’issue duquel les Lions doivent non seulement gagner, mais convaincre fans et observateurs, quelque peu inquiets de leur prestation du match aller.
Le coach a très certainement appris la leçon qu’il faut tirer de l’attitude de supporters frustrés, exprimant leur mécontentement sur la sélection nationale, lui réservant des vertes et pas mûres. Il semble que Cissé a pris le pari de changer son fusil d’épaule en laissant les portes de la sélection ouvertes.
Sa décision d’inviter El Hadj Diouf à venir prendre part à la séance d’entraînement de ce lundi avec les Lions, comme l’avait fait Laurent Blanc (2010-2012) et son successeur Didier Deschamps à la tête des Bleus, en faisant appel à d’anciens pensionnaires de l’équipe nationale française, entre dans cet esprit-là.
Dimanche, à la fin de la séance d’entraînement de l’équipe nationale, le capitaine de 2002 avait pris son temps pour déclamer l’agenda des Lions aux supporters, qui auront un grand rôle à jouer pour le match contre Madagascar, ce mardi.
Capitaine Cissé s’est certainement souvenu de l’épopée des éliminatoires de la CAN et de la Coupe du monde 2002, lorsque ses coéquipiers et lui avaient sorti leurs tripes pour s’en sortir. La bande à Abdoulaye Thiam, la mascotte du 12-ème Gaïndé, n’était pas non plus en reste.
Et c’est à cette époque-là que le stade LSS était devenu un château médiéval imprenable pour les adversaires qui venaient s’empaler sur les remparts (la défense des Lions), comme des seigneurs de guerre en quête de nouveaux fiefs pour agrandir leurs domaines.
Contre les Baréa, les Lions partiront avec la faveur des pronostics, mais rien ne sera de trop pour les pousser à la victoire, synonyme de qualification, pour retrouver cette union sacrée indispensable pour les prochaines campagnes.
Mardi 17 Novembre 2015
Dakaractu




Dans la même rubrique :