Abdoulaye Wade se confie à dakaractu au sujet de sa candidature… Interview exclusive


Abdoulaye Wade se confie à dakaractu au sujet de sa candidature… Interview exclusive
DAKARACTU.COM  C’est après le match opposant le Sénégal à la Guinée Equatoriale que le chef de l’Etat sénégalais, Abdoulaye Wade, visiblement atteint par la défaite des lions, a reçu le directeur de la rédaction de dakaractu. L’entretien, qui a duré de 23h à 2h du matin, s’est déroulé à bâtons rompus. Toute la vie de l’actuel locataire du palais de l'Avenue-Léopold-Sédar-Senghor a été passée au crible, de sa naissance à Kébémer à la veille de ce qui sera sans doute son dernier combat politique, en février prochain. Wade s’est livré et, à travers sa vie, a reconstitué des pans entiers de l’histoire politique du Sénégal. Il a parlé de son bilan au cours de ces douze années passées à la tête du pays et décliné les actions qu’il entend mener s’il est réélu. Encore faudrait-il que sa candidature soit validée dans les tout prochains jours par le Conseil constitutionnel. Compte tenu de l’imminence de la décision de la haute juridiction, nous avons extrait la partie de l’entretien relative à cette candidature controversée que nous vous proposons aujourd’hui en exclusivité. En attendant les gros morceaux de cette interview que nous avons voulu exhaustive et que vous pourrez lire prochainement dans votre site préféré.
 
Pourquoi, au bout de deux mandats, persistez-vous à vouloir en briguer un troisième fort controversé ?
 
J’ai une mission historique à remplir au service de mon pays. Je ne suis pas devenu président du Sénégal par hasard. Mon arrivée au pouvoir est l’aboutissement logique d’un long cursus de combat pour la démocratie et le progrès.

Ne pensez-vous pas, à 86 ans, au bout de vingt-six ans d’opposition, et de douze ans d’exercice du pouvoir, que le temps est venu pour vous de goûter à une retraite bien méritée ?      
 
Je me sens toujours dans les dispositions physiques et intellectuelles de servir mon peuple. Et ne saurais m’arrêter au milieu du gué. J’ai trouvé le Sénégal en 2000 dans les profondeurs du classement des Pays les moins avancés. En 12 ans, j’en ai fait un pays à revenu intermédiaire. Il y a même quelques prémisses d’émergence. J’ai besoin de trois autres années pour terminer quelques grands chantiers qui vont achever d’en faire un pays émergent.

N’êtes-vous pas trop vieux pour une fonction aussi exigeante que celle de chef d'Etat, comme le rappellent trop souvent vos détracteurs ?
 
Ce sont eux qui le disent. On a l’âge de sa volonté. Je continue à brûler de cette passion du Sénégal et à être animé de ce plaisir intact de servir. Et puis, comme je l’ai dit il y a quelques jours aux Français, le plus vieux de la classe politique, ce n’est pas moi. C’est Amadou Mahtar Mbow, le chef de l’opposition.
 
Au-delà de la contrainte liée à l’âge, votre candidature est qualifiée d’anticonstitutionnelle par la plupart des juristes sénégalais…
 
Quels juristes ? Je suis juriste moi aussi. Et la Constitution, c’est moi qui l’ai rédigée. Tout seul. Nul ne la connaît mieux que moi. Tous ceux qui prétendent l’avoir rédigée racontent du faux. C’est moi qui l’ai écrite. J’ai tout au plus sollicité des avis de juristes quand j’ai terminé la rédaction. Je l’ai fait lire à Serigne Diop, Amsatou Sow Sidibé et quelques autres pour recueillir des points de vue, des amendements, des suggestions... Ceux qui prétendent le contraire racontent des contre-vérités, à l’image de ceux qui disent avoir appartenu à une commission de rédaction. Il n’y a pas eu de commission de rédaction. La Constitution est mon œuvre. Nul ne peut l’interpréter mieux que moi-même.
 
Aux termes des articles 27 et 104 de cette Constitution, vous ne pouvez plus, après deux mandats, en briguer un autre…
 
Cet article 27, c’est moi qui l’ai rédigé. Sa nouvelle version date de 2008 et dit que le président est élu pour un mandat de 7 ans renouvelable une fois. J’ai été élu en 2000 sur la base de la Loi fondamentale de 1963. Après mon élection, j’ai fait adopter une nouvelle Constitution. Tout le monde sait que la loi régit le présent et l’avenir mais ne rétroagit pas. C’est un principe général de droit. Depuis que l’article 27 instituant le septennat a été adopté en 2008, il n’y a pas eu d’élection. Mon premier mandat sous l’empire de ce nouveau texte est celui qui démarre en 2012. Je peux même légalement me présenter pour une autre fois en 2019. Les juristes sérieux le savent et l’ont écrit.
 
Pourquoi dans ce cas avez-vous déclaré, après votre victoire de 2007, que vous ne pouviez plus vous présenter ?    
 
L’argument facile consiste à invoquer cette déclaration au lieu d’interroger le texte constitutionnel lui-même. Ma déclaration n’a pas de valeur juridique. La Constitution, si. Mes adversaires le savent mais ils sont de mauvaise foi. Leur problème, ce n’est d’ailleurs pas tout ce qu’ils racontent sur l’article 27 et les autres. Ils ont la hantise de me voir candidat. Et pour une raison simple : ils savent que je vais les battre. Ils ne peuvent pas gagner s’ils m’ont en face. C’est cela le fond de toute cette agitation autour du thème de l’illégalité de ma candidature.   
 
Mesurez-vous les risques que fait peser votre candidature sur la stabilité du pays ? Vos adversaires sont résolus à user de tous les moyens pour l’empêcher…
 
Ils ne feront rien. Ce disque est rayé. Ils n’ont d’ailleurs pas commencé dans ce registre. Ils ont d’abord cherché à m’amadouer, en m’affublant de tous les superlatifs (père de la nation, bâtisseur du pays, artisan de la démocratie…) pour m’anesthésier afin que je renonce à être candidat. Devant l’échec de cette manœuvre, ils ont brandi l’arme de la menace. C’est du vent. Ils m’ont donné un ultimatum pour que je dise que je ne me présente pas, je ne me suis pas exécuté. Il n’y a rien eu. Ils ont prétendu qu’ils attendaient que je présente ma candidature pour brûler le pays, j’ai présenté ma candidature. Il n’y a rien eu. Ils clament maintenant qu’ils vont agir le jour où le Conseil constitutionnel va arrêter la liste des candidats. Ils ne feront rien du tout. Certains d’entre eux poussent le ridicule jusqu’à déclarer qu’ils attendent mon élection pour mettre le feu le jour de mon investiture !
 
Ceux que vous semblez tant sous-estimer vous ont fait retirer votre projet de réforme constitutionnelle le 23 juin dernier. Ne peuvent-ils pas imposer à nouveau un rapport de forces en votre défaveur ?
 
Ils nous ont surpris ce jour-là. J’ai commis une erreur d’appréciation. Jamais je n’avais imaginé qu’il y aurait des bagarres. J’ai péché par angélisme, estimant que les choses allaient se limiter à des passes d’armes verbales, alors que mes adversaires avaient ourdi un complot. Jamais un scénario de ce type ne se reproduira. Nous ne nous laisserons plus surprendre.
 
Vos détracteurs ne sont pas seuls dans leur combat. Ils sont soutenus par les Etats-Unis dont les officiels multiplient les sorties au vitriol contre vous. Pourrez-vous contenir toute cette pression ?
 
Quelle pression ? Personne ne peut exercer des pressions sur moi. Personne. Cela n’a pas de sens. Qu’est-ce que j’ai fait de mal ? Je travaille bien, j’ai des résultats… Evidemment, je prends quelquefois des positions qui gênent mais c’est ainsi. Je suis le dirigeant d’un petit pays mais je n’ai peur d’aucune puissance. Si je suis attaqué, je me défendrai. D’ailleurs, l’opinion est divisée aux Etats-Unis. Il y a des congressmen qui ont écrit au gouvernement américain pour lui dire qu’Abdoulaye Wade est l’ami de l’Amérique et qu’il a été l’unique dirigeant africain à avoir organisé une conférence internationale contre le terrorisme quand les Twin towers ont été démolis par des radicaux.
 
Si les pressions des Etats-Unis s’avèrent vaines, vous pouvez être disqualifié par le Conseil constitutionnel, s’il déclare votre candidature irrecevable. Envisagez-vous cette hypothèse ?
 
Pas du tout. Pas un seul instant. Et pour une raison simple : les juges du Conseil constitutionnel sont des connaisseurs du droit. Il y a même un agrégé parmi eux. Le raisonnement juridique qui valide ma candidature s’impose de lui-même. Il n’existe pas d’argument juridique solide pour la déclarer irrecevable. Ce n’est pas sérieux en droit de soutenir la thèse de l’irrecevabilité.
 
Et si, en dépit de tous vos arguments, le Conseil constitutionnel invalide votre candidature, que ferez-vous ?
 
Je ne pense pas que votre hypothèse puisse se produire. Cela me surprendrait. Mais bon, si par extraordinaire cela arrivait, je m’y plierais. Que voulez-vous que je fasse ? M’opposer à une décision du Conseil constitutionnel ? Je ne peux pas l’imaginer. Mais si les juges en décident ainsi, je vous laisserai tout ça entre les mains et je partirai.
 
Où partirez-vous ?
Chez moi, au Point E.
 
Envisagez-vous une vie après le pouvoir ?
 
Absolument. Je rêve de rester chez moi, au Point E, ou sur mon terrain à Yoff, pour recevoir les gens qui viennent solliciter mes conseils. J’ai envie d’écrire. Tout le monde me demande de rédiger mes Mémoires. J’ai quelques morceaux mais il faut que je les termine. Et puis j’ai des livres d’économie à écrire. Dans le cadre d’un combat scientifique, je veux rédiger des ouvrages qui remettent l’économie politique sur ses pieds.
 
(A suivre...)

Propos recueillis par Cheikh Yérim Seck
 
  
  
Admin Dakaractu




Jeudi 26 Janvier 2012
Notez

Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

91.Posté par lustig le 30/01/2012 19:15
Je demande aux gens du pds d'etre raisonnables et accepter que wade meme s'il a bien travaillé a commis des erreurs dans la gestion de son parti. D'abord ils ont laissé wade gérer ce parti comme sa propriété. Ensuite wade lui meme ayant reconnu qu'il est fini veut un successeur s'est rendu compte qu'autour de lui c'est un désert. D'ou sa volonté de briguer un 3e mandat. Ce pays nous appartient donc nous n'allons jamais le bruler. Il faut reconnaitre votre erreur et respecter la loi sinon l'histoire retiendra cette forfaiture.Au pds il ya des gens qui ne s'accommodent pas avec nouvelle donne.Il faut prendre position et devenir des héros. Quant à wade il quitte sa station de héro national à celle de zéro national

90.Posté par mark le 28/01/2012 20:02
Alerte au journal Le SOLEIL
L’Etat doit jeter un coup d’œil sur ce qui se passe au journal le soleil. Après avoir inondé le journal de nouveaux agents insignifiants sur instruction du ministre de la communication, le directeur cheikh thiam continue de faire preuve d’actes nébuleux aux antipodes de la bonne gestion.
Cette incompétence s’ajoute au manque de charisme du soleil. Contrairement à son collègue de l’Aps.
Tous les journalistes de la Rts et de l’aps qui avaient participé à la couverture du Fesman ont été payé. Leurs du soleil sont laissé en rade
Cheikh Thiam a renoué un partenariat avec le journal panafricain new african. Personne n’est aujourd’hui en mesure de dire où les fonds issus de ce partenariat. Les journalistes qui avait bossé dans ce dossier de retournent les pouces, rien n’est entré dans les caisses du journal.
Il vient de lancer un jeu avec Mateforce dans des conditions nébuleuses
Les sndicalistes du synpics qui doivent défendre les intérêts des travailleurs sont tous corrompus
Qui arretera Cheikh Thiam ?

89.Posté par Ouzin le 28/01/2012 11:02
Vive Wade. Je préfére un vieillard de 100ans qui travaille et qui fait des résultats qu'un opposant de 35ans incompétent. Cette opposition a t elle soucié du peuple lorsqu'elle était au pouvoir ?
Le peuple( les jeunes, les femmes) est dérriére avec Abdoulaye Wade. C'est Abdoulaye WADE ou rien. Je suis prét à verser mon sang pour sa réélection.

88.Posté par AfRiKmOnAfRiK THIAM Idrissa à Abidjan le 27/01/2012 18:37
Wade_est_vieux_mais_il_lui_manque_la_sagesse_les_membres_de_son_parti_sachant_l/illégalité_de_sa_candidature_mais_l'ont_investi_comme_leur_candidat_c'est_regrettable_sous_peu_de_temps_les_sénégalaises_et_sénégalais_réagiront_contre_ce_caractère_inexpliqué_et_monstrueux_car_notre_démocratie_est_entrain_de_foutre_le_camp_à_cause_d'une_personne_WADE_celle_que_nous_avons_pris_le_temps_de_construire_avec_sérieux_pour_notre_patrie........(((((*-*)...

87.Posté par diarama le 27/01/2012 15:30
TOUS LES CHEFS DE VILLAGES SONT CONVOQUES AU PALAIS LE MARDI ET LE MERCREDI A LA PRESIDENCE. UNE VASTE FRAUDE EST EN GESTATION POUR ELIRE AU PREMIER TOUR LE CANDIDAT DU PDS DEVALUE.

86.Posté par LAMINE le 27/01/2012 14:44
LA COMMUNE DE BARGNY EST ENTRAIN DE MOURIR A CAUSE DE SON MAIRE NULLARD ET PROFITEUR QUI A VENDU TOUTES LES TERRES POUR FINANCER LE P.S. . DEPUIS 2 MOIS LES AGENTS MUNICIPAUX SONT SANS SALAIRE. NOUS RÉCLAMONS UNE DÉLÉGATION SPÉCIALE POUR FAIRE LA LUMIÈRE SUR CETTE NÉBULEUSE.

85.Posté par khelmourafet le 27/01/2012 09:42
DIEU nous aime bien ce pays jamais ne sera entre les mains des opposants qui ne méritent même pas ce nom . L'essentiel est que au soir du 26 Février Me Wade sera déclaré vainqueur et personne ne peut empêcher ça .

84.Posté par khelmourafet le 27/01/2012 09:31
En tout cas moi je vous accorde tout mon soutient et bien d'autres sénégalais d'ailleurs car je suis fasciné par cet interview . Me Wade que DIEU fasse que vous soyez réélu.

83.Posté par leuz le 27/01/2012 08:37
Le coup d'état électoral qui se prépare,
lisez et faites passer, pour que la bataille de la non candidature de wade soit accentuée:
Merci et courage.
SOYEZ VIGILANT !
Comment Me Wade compte-t-il gagner en 2012?

La stratégie de la fraude, les moyens techniques (logiciel informatique) du système ainsi que les hommes qui doivent l'animer sont en place...depuis quelques jours.
Sont au courant des détails de la fraude informatique: Me Wade, Me Ousmane Ngom (Ministre d'Etat, Ministre de l'intérieur), Cheikh Tidiane Sy (Ministre d'Etat, Ministre de la Justice), Me Madicke Niang (Ministre d'Etat, Ministre des affaires étrangères), Karim Wade (Ministre d'Etat, Ministre de la Coopération internationale, des Transports aériens, des Infrastructures et de l’Énergie)… Pape Ousmane Sy fils du Ministre de la Justice, conseiller en informatique du Président de la République, trois fonctionnaires ingénieurs informaticiens du ministère de l'intérieur .Le logiciel en question a été conçue par une firme indienne, via une autre société russe très connue ...( Poutine a-t-il utilise ce système de fraude pour gagner les législatives très contestées en Russie ?)

Le montant de la transaction avoisine les 5 milliards de francs Cfa, payé par l'argent provenant tenez-vous bien des 20 milliards de Sudatel. Eh oui...Latif Coulibaly journaliste d'investigation de l'hebdomadaire aujourd’hui candidat de la coalition > avait bien raison...Karim Wade et Pape Ousmane Sy ont mené toutes les négociations financières, et ceci dans le plus grand secret.
Le Président Wade était bien entendu au courant de toutes les démarches pour l'acquisition de ce "logiciel magique"... Le problème, aujourd'hui , ne se situe pas au niveau du fichier électoral, qui selon tous les experts et représentants de partis politiques, est bon...L'UE et les Américains l’ont confirmé…Wade a été très satisfait de cette confirmation sur la qualité de notre fichier électoral car personne ne pourra contester les résultats au soir du 26 Février 2012 en incriminant ce ficher ... Au moment des fêtes de Noel et de nouvel an ( semaines de 24 décembre 2011 au 1 Janvier 2012), pendant que tous les Sénégalais et Sénégalaises se focaliseront sur ces fêtes, au moment ou seront envoyés en congé tous les agents susceptibles de relever des soupçons au niveau du processus de fraude, le fameux logiciel conçu spécialement pour truquer des élections présidentielles sera mis en place... Le Ministre charge des élections n’y pourra rien car ne dispose aucun levier de la fraude. Le Ministre d’Etat, ministre de l’intérieur Me Ousmane Ngom a même parait-il fait venir son frère qui s’appellerait, selon mes sources, Oumar Ngom des Usa car il a besoin des hommes de confiance pour ce « boulot » … Ce logiciel va s'appuyer sur 3 points essentiels qui sont :

1-Le détournement du vote massif des hommes de tenue (militaires et gendarmes en particulier) .Ce vote reste flou et non transparent. Ces hommes de tenue auront reçu auparavant des consignes fermes pour aller tous voter pour le candidat de leur choix...Peu importe pour qui ils voteront, le "logiciel magique" se chargera ''d'arranger" toutes ces voix en faveur du candidat Abdoulaye Wade...et personne dans l'opposition ne saura ce qui est devenu le "vote militaire" comme se fut le cas en 2007.Amath Dansokho tente d’attiré l'attention sur la destination et la clarté du vote des militaires...sans succès.

2-La crise en Casamance : l’Etat s’arrangera à faire attiser la violence sur l’étendue de la région de Casamance en laissant pourrir une situation d’insécurité avec les attaques des rebelles ….comme cela plus de 70 % des inscrits ne pourront pas voter par la faute des violences qui vont déstabiliser le scrutin et tenez-vous bien le > se chargera du reste. Ainsi personne ne pourra être sur le terrain pour vérifier les résultats sortis des urnes dans beaucoup de localités du sud du pays Aujourd’hui la Casamance est à feu et à sang en attendant l’élection présidentielle du 26 Février 2012…

3- Enfin sur le récent redécoupage de 17 collectivités locales dans 6 régions du Sénégal. Le ministre de la Décentralisation et des Collectivités locales, le Dr Aliou Sow, a eu par les arrêtés n°6151 à 6155 du 24 mai 2011, à procéder à la nomination des membres des délégations spéciales chargés de faire fonctionner les collectivités locales issues du dernier découpage administratif…Tous les hommes du dispositif de la fraude ( « gouverneurs Wadistes » y compris ) sont en place … (Dans le département de Rufisque, ce sont les communes de Sendou, de Jaxaay-Parcelles-Niacoul Rab, Sangalkam et les Communautés rurales de Bambilor et de Tivaouane Peulh Niaga qui sont concernées. Dans le département de Guinguinéo, il s’agit des communes de Fass et de Mboss et les Communautés rurales de Ourour, Panal Wolof et de Dara Mboss. Pour le département de Malem Hoddar, il y a les Communautés rurales de Ndiobène Samba Lamo et de Ndioum Ngainth. Dans le département de Linguère, il s’agit des Communautés rurales d’Affé Djoloff, de Sagatta Djoloff et Yang Yang. Dans le département de Matam, il s’agit de la commune de Nguidjilone et la Communauté rurale de Bokidiawé.... ou beaucoup d'électeurs du fait des difficultés liées à l'obtention de nouvelles cartes d'identité et cartes d'électeurs ne pourront pas voter...).On n’entend plus le Dr Aliou Sow…Il a fini le travail pour lequel un grand ministère lui sera confié après la victoire de son mentor en 2012.

Le "logiciel de la fraude" va ratisser toutes les voix des militaires, gendarmes, des électeurs inscrits sur le fichier et provenant de ces localités découpées mais n'ayant pas pu voter, des fraudes opérées dans des zones d’insécurité en Casamance pour faire la différence en faveur du candidat Abdoulaye Wade...
Ce sont ces 3 points qui constituent ce qu’un journaliste-analyste appelle comme pouvant être >.

La surprise sera grande encore une fois parmi des Sénégalais et Sénégalaises... Personne ne comprendra et n'osera contester les résultats...Et il sera trop tard...pour agir...

Voila le plan diabolique qui a déjà permis à Ali Bongo du Gabon et à Faure Ngassimbe du Togo de gagner largement les élections présidentielles au nez et à la barbe de leurs opposants qui n'y avaient vu que du feu...La clé de la fraude passe par le vote des militaires, gendarmes et policiers...ainsi que par le découpage de collectivités locales pour perturber l’électorat et frauder !!! Le résultat du candidat Wade étant fixé par ses génies informaticiens ( 53,46% c’est le chiffre retenu qui a même été confirmé sur TFM-le-grand-jury par le ministre directeur de cabinet du président Wade, Me Sall… à la question combien estimez-vous le score de Wade au second tour si jamais il se présente ?), le logiciel se chargera d'allouer aux autres candidats un résultat plus ou moins cohérant basé sur des chiffres recueillis au niveau des bureaux de vote dans toutes les régions du Sénégal et de la diaspora...Encore une fois, seuls le vote des hommes de tenue, les fraudes opérées en Casamance et sur les 17 collectivités locales citées plus haut feront la différence...Je rappelle que ce système de fraude n'avait pas été utilisé lors des élections municipales de 2009 mais avait bel et bien permis partiellement à Wade de gagner les présidentielles de 2007.

La seule chose qui empêche aujourd’hui le Président Wade de dormir c’est que le conseil constitutionnel sous la pression virtuelle de l’opinion publique, en particulier du M23 et de certaines personnalités ( Koffi Anan, Jimmy Carter…et autres ) décide de jouer la carte « respect de la constitution et de la légalité républicaine» et rejette la candidature de Me Wade !!! Scenario catastrophe que le clan Wade ne peut admettre. C’est la raison pour laquelle sous les conseils de Djibo Ka, Wade décide de relever les salaires des magistrats à 5 millions de francs Cfa…Il ne veut courir aucun risque à ce niveau. Corruption douce ? La seule bataille qui vaille est celle qui consiste faire respecter la constitution…Wade le sait il ne peut et ne doit pas se présenter à un 3 eme mandat. Les Sénégalais doivent donc se mobiliser autour du M23 et de son leadeur Alioune Tine pour gagner ce combat. Si la candidature de Wade passe, c’est Karim Wade qui se frottera les mains…

Un patriote de l’ombre dans le secret des Dieux… à la présidence de République.(ma position ne permet pas de décliner mon identité…). SOYEZ VIGILANT.

82.Posté par Dame le 27/01/2012 01:43
En lisant entre les lignes de cette intervew, g le pressentiment que Wade est sùr que sa candidature sera invalidée:

81.Posté par toto le 27/01/2012 00:28
je vous propose un jeu qui en réalité n'en est pas un
Il consiste à se mettre dans les habits des cinq juges constitutionnels est de répondre à la question suivante
Si vous étiez à leur place qu'est ce que vous alliez donner comme verdict sur le candidature de wade.on souhaite vraiment recevoir des verdict argumenté et cartésien.

80.Posté par le Senegalais le 27/01/2012 00:00
Ce vieux là n'a rien compris. il le fait le malin

79.Posté par Dayejeex!Dayejeex!Dayejeex! le 26/01/2012 23:02
Si l'on comprend bien le raisonnement tordu de WaxWaxeet il peut même encore se représenter en 2019 grâce à, pardon, à cause du changement effectué en 2008! Il n'a qu'à changer à chaque fois la constitution et il aura le droit de se présenter à vie!
Mais ALLAH SEUL EST ETERNEL!

78.Posté par khady77 le 26/01/2012 22:59
Le seul et vrai bilan de wade cest karim son fils le patron du ciel et de la terre
cest triste dentendre wade dire que rien ne se passera que le M23 ne fait du bluff . Mr le président une fois de plus que vous avez devant vous des opposants tres républiquains qui sont aussi respectueux du grand pere qsue vous etes . A 90ans wade n'a plus rien a prouver .Le voila aujourdhui chef de gang pret du senegal pour les beaux yeux du clan des ma carte ma caution des DECROIX des IBA DER CES MILITANTS DE LA 25HEURES
CEST TRISTE WADE N'A RENDU LA MONAIE AU PEUPLE SENEGALAIS ET ON VOIT QU'IL SENFONCE DE JOUR EN JOUR JUSQU'A RISQUE L'isolement sur le plan international cela me rappel un BAGUEBO , UN KHADAFI

VIVE LE SENEGAL VIVE LE M23

77.Posté par Dayejeex!Dayejeex!Dayejeex! le 26/01/2012 22:45
Oh que si, il est a été élu par accident, un accident voulu par ALLAH pour que cet imposteur soit démasqué!
Imaginez un instant s'il n'avait pas été élu : aurait-on pu lire tout ce que Latif Coulibaly a écrit? Entendre tout ce que lui (avec un petit l) et son fils spirituel se sont dit? Vérifier le caractère anti démocratique du parti "démocratique" Sénégalais? Assister à la libération des condamnés de l'affaire maître Seye et au vote de la loi EZZAN (du jamais vu, nulle part au monde)? Vérifier l'incompétence, l'amateurisme d'une équipe qui est tout sauf dirigeante? découvrir la Wade formula qui est la preuve par l'absurde qu'un diplôme fut-il d'une des plus grandes écoles de France ne fait pas le génie, surtout s'il a été acquis sur quota "Edgard Faure", comme certains le disent? ....

76.Posté par Cira le 26/01/2012 21:41
Wade MOOY RAW!!! Bou sobè Yalla Mooy raw!!! Il travaille bien,tout le monde le sait...

75.Posté par Nana le 26/01/2012 20:34
Je ne sais pas sur quoi se base l'opposition pour dire que la candidature de Wade n'est pas recevable, si c'est sur la constitution y a aucune loi qui interdit à Wade de se représenter, Sur les deux mandats de Wade seul l’un est concerné par la nouvelle constitution, l'autre était déjà en cour d'exécution donc ce mandat n'est pas concerné

74.Posté par Nanou le 26/01/2012 20:25
Apparemment toute l'opposition à une peur bleu de Wade, Wade est déjà candidat et il a commencé à battre campagne, donc parler de la recevabilité de sa candidature est un faux débat

73.Posté par Kalidou le 26/01/2012 20:24
Wade est candidat, restez là à débattre sur la recevabilité ou non de sa candidature, vous perdez votre temps alors que lui est déjà en campagne et il va gagner les élections au premier tour ....

72.Posté par Aliou le 26/01/2012 20:23
Je pense que ce n’est pas pour rien qu'on a un conseil constitutionnel, laissez le conseil constitutionnel faire son travail et si la candidature de Wade est recevable le conseil constitutionnel va la valider quelque soit les lobbies de l’opposition

1 2 3 4 5


Dans la même rubrique :