Zimbabwe : une explosion fait plusieurs blessés lors d'un meeting du président Mnangagwa





Une explosion d'origine inconnue a fait plusieurs blessés, samedi, à la fin d'une réunion électorale du président zimbabwéen Emmerson Mnangagwa, qui s'en est sorti sain et sauf, selon des témoins et le porte-parole du chef de l'État.


Les images sont impressionnantes. Une explosion d'origine inconnue a fait plusieurs blessés, samedi 23 juin, à la fin d'une réunion électorale du président zimbabwéen Emmerson Mnangagwa, dans un stade de Bulawayo, la deuxième ville du pays considérée comme le fief de l'opposition, selon des témoins et le porte-parole du chef de l'État.
 
D'après la télévision locale, l'un des deux vice-présidents, Kembo Mohadi, a été blessé, ainsi que deux responsables du parti au pouvoir, la Zanu-PF, et  trois salariés de la télévision nationale (ZBC).
 
L'explosion a été ressentie, alors qu'Emmerson Mnangagwa, candidat de la Zanu-PF à l'élection présidentielle prévue le 30 juillet 2018, venait de terminer son discours devant plusieurs centaines de ses partisans.
 
« Le président a été évacué avec succès. Il se trouve au siège de la province à Bulawayo », a déclaré à l'AFP son porte-parole, George Charamba. « Nous pensons qu'il s'agit d'une explosion, qui s'est certainement produite très près de la tribune où se trouvaient les personnalités », a t-il indiqué, sans autre précision.
« J'ai l'habitude de ces tentatives », a déclaré le chef de l'État à la presse en réponse à un journaliste qui lui demandait de commenter l'explosion, suggérant qu'il en était la cible.
 
Plusieurs blessés, de nombreuses ambulances sur place
 
Un correspondant de l'AFP sur place signale avoir vu plusieurs blessés, sans donner de précisions immédiates sur leur état de santé. De nombreuses ambulances sont arrivées pour les évacuer.
 
Les télévisions locales diffusaient samedi après-midi les images du stade de Bulawayo, où s'est déroulée la réunion de campagne, montrant de nombreux médecins assistant des victimes couchées à même le sol, dans le chaos et la confusion.
 
Cet incident intervient à cinq semaines des élections présidentielle et législative. Il s'agira des premiers scrutins organisés depuis la démission en novembre du président Robert Mugabe, qui a dirigé le Zimbabwe d'une main de fer depuis son indépendance en 1980.
 
Lâché par l'armée et la Zanu-PF, Mugabe avait été remplacé par Emmerson Mnangagwa, son ancien vice-président.
 
Sauf énorme surprise, ce dernier est assuré de remporter la présidentielle face à une opposition orpheline de son chef historique Morgan Tsvangirai, décédé en février.
 
Avec AFP
Samedi 23 Juin 2018
Dakar actu




Dans la même rubrique :