ZAHRA IYANE THIAM, MINISTRE CONSEILLÈRE, MEMBRE DU SECRÉTARIAT EXÉCUTIF DE L’APR : «Le plus important c’est le maintien de l’ordre et (…)»


ZAHRA IYANE THIAM, MINISTRE CONSEILLÈRE, MEMBRE DU SECRÉTARIAT EXÉCUTIF DE L’APR : «Le plus important c’est le maintien de l’ordre et (…)»
Le débat ne devait pas se poser sur le maintien de cet arrêté. On a des lois en vigueur et qui pourtant datent des années 1960. Lorsqu’une loi ou tout simplement un acte administratif a besoin d’être amélioré ou corrigé, les pouvoirs publics le font en se basant sur plusieurs éléments. Car, les textes et les actes que les pouvoirs publics prennent sont impersonnels et concourent à préserver les acquis dont les effets et les impacts sur les populations transcendent le temporel. De ce point de vue, je pense que ce qui est important aujourd’hui, ce n’est pas de revenir sur l’arrêté Ousmane Ngom mais de voir l’impact de cette disposition sur le maintien de l’ordre et la protection des personnes et de leurs biens. Car, nous savons tous, aujourd’hui, que l’opposition cherche à créer une instabilité et pas autre chose et dans ces conditions, il y’a que les textes qui peuvent départager les gens et l’État a l’obligation de veiller à la sécurité des personnes et de leurs biens. Je tiens aussi à préciser à l’endroit de ceux qui nous accusent d’avoir changé de position vis-à-vis de cet arrêté, nous, on n’a pas combattu des textes, mais on avait mené un combat pour des principes.   
Jeudi 6 Septembre 2018
Dakar actu




Dans la même rubrique :