Vol de produits halieutiques : 2 Chinois et leurs co-prévenus dérobent 12 cartons de poisson, les soldent à bas prix et se retrouvent devant le juge.


Vol de produits halieutiques : 2 Chinois et leurs co-prévenus dérobent 12 cartons de poisson, les soldent à bas prix et se retrouvent devant le juge.
Insa, d’origine guinéenne, le mareyeur Moussa Badji et les chinois Meng Quighai et Lin Miaobin ont été jugés ce 20 mai, à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar. Ils sont accusés solidairement de vol de 12 caisses de poisson au prix de 52.000 voire 60.000F CFA l’unité au préjudice de la société « Armement Yang Min ».

Insa Quindé et Lin Miaobin sont inculpés d'association de malfaiteurs, de vol en réunion et de recel de malfaiteurs. Le tribunal les a condamnés à deux (2) ans assorti de sursis et au versement de la somme d’un million en faveur de la partie civile.

Attrait à la barre, le sieur Quindé considéré comme le cerveau de la bande a complètement nié les faits qui lui sont reprochés. Dans ses propos, il a fait savoir qu’il n’a jamais récupéré les caisses de poisson
« Le jour où on a volé les 12 caisses, je n'étais pas présent. J'étais sorti mais quand je suis arrivé au port, j'ai trouvé sur place deux personnes accompagnées par un gars à qui elles ont remis les 12 caisses », a-t-il affirmé face au juge.

Quant à son co-accusé Lin Miao Bin, il a juré n’être lié ni de près ni de loin à cette affaire.
« Au moment des faits, j’étais chez le coiffeur, c’est à mon retour qu’on m'a informé du vol des caisses de poisson », a-t-il témoigné en soulignant n’avoir aucune relation avec le mareyeur Moussa Badji.

Visé pour complicité, Meng Quighai, gardien de son état, allègue qu'il ignorait l'origine du vol en réunion.
« Le jour des faits, j'étais sorti et la porte était ouverte. C'est vrai que la clé était avec moi. Du coup, quand je suis arrivé, on m'a informé qu'il y a eu un vol et que 12 caisses de poisson ont été prises sur place. Mais la seule erreur que j'ai commise, c'est d'avoir laissé la porte entrouverte », a-t-il regretté.

Accusé de recel, Pape Moussé Badji a avoué sans ambages que c'est lui qui a acheté les 10 caisses de poisson de la part de ses co-prévenus qu’il charge.
« Ils sont venus me voir et me proposer de me vendre les 12 caisses au prix de 35.000 FCFA la caisse mais je leur ai proposé 28.000 FCFA et on a trouvé un terrain d'entente. Je ne suis pas un voleur », s’est-il dédouané.
Interpellé par le maître des poursuites sur le prix normal du produit volé, il a fait savoir que les prix  varient entre 52.000 et 60.000 FCFA.

Dans son réquisitoire, le procureur général a demandé à la Cour d'appliquer la loi pénale en condamnant les mis en cause à une peine de deux (2) ans dont 6 mois ferme.

De l'avis de l'avocat de la partie civile, les dénégations de Insa Quindé, Lin Miaobin et Pape Moussa Badji ne sauraient prospérer.

« D'après les résultats de l'enquête préliminaire et la déclaration mensongère des prévenus prouvent qu'ils sont coupables. Mieux encore, les caméras de surveillance ont aussi témoigné de la culpabilité des prévenus. C’est la raison pour laquelle, je demande au tribunal de les déclarer coupables et de payer une somme d'un million de FCFA à l'entreprise pour le préjudice subi », a plaidé l’avocat.

Au terme de l'audience, le tribunal a relaxé le mareyeur Moussa Badji pour le délit de complicité ainsi que le gardien et à condamné le reste du groupe à 2 ans assorti de sursis.
Vendredi 20 Mai 2022
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :