Vol de bétail : après 4 ans de détention, C. Talibouya D. espère l’acquittement pour un délit qu’il méconnaît.


Vol de bétail : après 4 ans de détention, C. Talibouya D. espère l’acquittement pour un délit qu’il méconnaît.
Né en 1985, C. Talibouya D. a été traduit ce 6 avril, devant la chambre criminelle pour association de malfaiteurs, vol de bétail (2 bœufs) commis la nuit avec usage d’arme, de véhicule et violence. Son erreur, c’est d’avoir cédé son véhicule de travail à un de ses camarades chauffeurs pour un service de déménagement sans se douter qu’il allait passer ses 4 prochaines années en prison pour son acte. Les faits se sont déroulés courant mai 2018 alors que la police faisait une opération de sécurisation à Bargny et environs, elle tombe sur une fourgonnette contenant deux (2) bœufs et le permis de conduire du chauffeur a pu être retrouvé dans le véhicule qui sera acheminé au poste de contrôle de la localité. Devant la cour, Talibouya D. a nié les chefs d’accusation portés contre sa personne et s’explique.

« Je venais de Mbour épuisé un de mes camarades m’a appelé pour un marché de déménagement, mais je ne pouvais pas car j’étais fatigué en plus on était en plein ramadan et j’avais jeûné, il m’a alors emprunté le véhicule », a confié le mis en cause qui se désole d’avoir perdu ses deux (2) parents durant ses 4 années de vie carcérale.

« J’ai donné le véhicule à Alioune B. N. qui devait procéder à un déménagement. Le lendemain, il m’a fait savoir qu’il a eu entre temps un autre client et que le véhicule a été immobilisé à la police de Bargny sans me donner plus de détails. Sincèrement jusqu’ici je ne sais pas ce qu’il y’avait comme bagages dans le véhicule », a ajouté C. Talibouya D. qui clame son innocence.

Interpellé sur le mode de renseignement qui lui a permis de savoir que le véhicule était entre les mains des policiers, le prévenu clarifie.

« C’est moi qui ai appelé l’apprenti de Alioune pour lui demander et il m’a dit que la voiture a été immobilisée par les policiers. J’ai joint le propriétaire du véhicule pour l'en informer. Je lui ai expliqué que j’avais prêté le véhicule à un camarade », a dit C. Talibouya D.

Dans ses déclarations contenues dans le procès verbal d’enquête, Talibouya avait soutenu que le véhicule a été volé. Mais devant la barre, il tient un autre discours. 

Youga D., propriétaire du véhicule de transport entendu à titre de renseignement, a confirmé les contre-vérités du prévenu.

« Je fais la navette entre Richard Toll et Dagana. Talibouya m’a téléphoné pour me faire part du vol de mon véhicule. Il m’a dit que lui et son apprenti venaient de Diamniado et arrivés à Bountou Pikine, ils sont descendus pour dîner, c’est sur place que le véhicule a été dérobé avec leurs téléphones portables à l’intérieur. Je l’ai engagé comme chauffeur il y’a moins de 2 mois », a expliqué Youga D.

« Je suis revenu 3 jours après pour me rendre à la convocation des policiers à Bargny accompagné de C. Talibouya », a-t-il poursuivi.

Partie civile dans ce procès, Daouda W. S. est le propriétaire des bœufs trouvés dans la fourgonnette. Il est agent de l’administration territoriale et a servi dans plusieurs localités du pays notamment à Orkadiéré où il dit avoir acheté les bœufs de race.
« La police m’a contacté pour me faire part des bœufs retrouvés, car en réalité, mes bœufs sont connus à Bargny où je fais du métissage entre différentes races. À la police j’ai les ai trouvés dans le véhicule frigorifique. On m’a volé dans un passé récent 5 bœufs, j’ai cru que c’était les mêmes individus qui ont refait le coup », a-t-il expliqué.

Pour le maitre des poursuites, le dossier est entouré d’incertitudes et des éléments objectifs manquants empêchent de clarifier le dossier.
« Je ne suis pas affirmatif qu’il n’est pas l’auteur comme je ne peux pas être convaincu qu’il n’en fait pas partie », a expliqué le ministère public qui requiert l’acquittement au bénéfice du doute en faveur du prévenu.

La défense quant à elle, a réfuté l’association de malfaiteurs qui, selon elle, n’est pas fondée. Sur le vol, l’avocat a soutenu qu’aucun élément matériel ne pourrait impliquer C. Talibouya D. pour le considérer comme l’auteur. Le conseil a suivi la réquisition du procureur en demandant l’acquittement de son client.

L’affaire a été mise en délibéré au 20 avril prochain…
Mercredi 6 Avril 2022
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :