Vol : Ruiné par son mariage, M. Diouf dérobait les marchandises d’un commerçant chinois pour s’occuper de sa femme.


Né en 1996 à Ndioudiouf, Modou Diouf, domicilié à la Sicap Mbao, a comparu devant la barre du tribunal d’instance de Dakar ce mercredi 12 janvier 2022 pour répondre des faits de vol simple de marchandise évalué à une valeur de 500 000 de nos francs. Pour ce délit, il a été condamné à 6 mois d’emprisonnement dont 1 mois ferme.


À la date du 08 janvier 2022, le nommé Luo Mailing de nationalité chinoise a conduit le prévenu Modou Diouf à la police de la Médina pour le mettre à la disposition des limiers. En effet, ce dernier a pris la main dans le sac un de ses clients qui fréquentait régulièrement sa boutique.

Selon ses déclarations à l’enquête préliminaire, il y a de cela deux ans que le susnommé fréquente son magasin. À cet effet, Modou Diouf garde ses marchandises dans l’entrepôt du sieur Mailing. Cependant, un des clients du chinois a fait savoir à l’un de ses employés que le nommé Modou Diouf vendait les marchandises du susnommé à Thiaroye.

Dans ce contexte, le chinois a commencé à le surveiller. Ne se doutant pas de l’appât que lui a tendu le sieur Mailing, Modou Diouf s’est encore rendu à l’entrepôt pour soustraire des marchandises appartenant au Chinois qu’il a mis dans son sac. Ainsi, lorsqu’il s’apprêtait à partir, le Sieur Mailing a demandé au prévenu d’aller lui acheter des cigarettes à la boutique, histoire de vérifier son sac. Et à sa grande surprise, le sieur Mailing a trouvé beaucoup de marchandises dans le sac de Modou Diouf. C’est sur ces entrefaites qu'il l'a conduit au commissariat. Placé sous mandat de dépôt depuis le 10 janvier dernier, il a fait face au juge ce mercredi 12 janvier 2022.

Interrogé à la barre, le mis en cause a reconnu les faits qui lui sont reprochés. Il explique qu’il y a de cela quelques mois, il a commencé à fréquenter le magasin du sieur Mailing. Il achetait des marchandises dans le magasin du chinois qu’il laissait dans le dépôt mais qu’il récupérait lorsque des clients se manifestaient. 

Toutefois, il a justifié son acte. « Il y a de cela deux mois, mes revenus ont chuté après mon mariage. C’est dans ce contexte que j’ai commencé à soustraire des marchandises d’une valeur de 500.000 francs Cfa. »
Le ministère public a demandé une application de la loi. Quant à la défense, elle a sollicité la clémence du tribunal. Finalement le juge après en avoir délibéré, a déclaré le prévenu coupable avant de le condamner à 6 mois de prison dont 1 mois ferme. 
Mercredi 12 Janvier 2022
Dakaractu




Dans la même rubrique :