Visites de proximité, porte à porte, meetings... : La bataille de Dakar aura bel et bien lieu…

Top c’est parti! La campagne sera lancée dans quelques heures, ce samedi 08 janvier 2022 à partir de minuit. Les états-majors des coalitions en compétition pour le contrôle des mairies et des conseils départementaux sont déjà de plain-pied dans cette compétition électorale même si le coup de sifflet pour l’ouverture de la campagne n’a pas encore retenti. Un round-up téléphonique auprès des quartiers généraux montre déjà une certaine effervescence politicienne.


Source de financement

La question du financement semble toujours un tabou pour les coalitions en lice. Seule la coalition Benno Bokk Yakaar a dévoilé le budget prévu. Plus de trois milliards seront dépensés par les candidats de la coalition affiliée à la mouvance présidentielle. 

À part BBY, c’est la coalition Bokk Guiss Guiss de Pape Diop qui veut revenir aux manettes de la ville de Dakar après l’avoir perdue en 2009 qui s’est exprimée sur ce point. C’est Moussa Diakhaté mandataire que nous avons pu joindre au bout du fil.

Sans donner de somme exacte, il dit : «nous avons cinq députés à l’assemblée nationale qui doivent participer, la participation du président du parti que tout le monde connaît comme opérateur économique, la participation des responsables du parti. L’essentiel de la campagne sera financé par le président du parti. Nous allons soutenir symboliquement nos candidats dans les autres localités avec des sommes modestes. C’est aux candidats de travailler à leur niveau à disposer, à faire des sacrifices pour mobiliser les moyens. Le budget n’est pas encore bouclé mais nous tenons secret notre budget prévisionnel », fait savoir M. Diakhaté.

Abdoulaye Gallo Diao, porte-parole de la coalition Sénégal 35, lui dit prôner une rupture radicale pour une campagne sobre et vertueuse : « Nous allons battre campagne dans les conditions politiques et financières optimales. Nous ne sommes pas là pour gaspiller des millions ou des milliards. Notre objectif c’est de faire une rupture radicale au plan des finances. Notre mot d’ordre est de mener une campagne sobre et vertueuse. »

La coalition Bokk Gis Gis se veut claire. Le mandataire souligne que « nous misons plus sur la stratégie que sur les moyens proprement dits parce que nous ne pouvons pas rivaliser avec la coalition au pouvoir en terme de moyens. Je fustige ceux qui prennent les moyens de l’État pour battre campagne », fait-il savoir. Une pique lancée contre la coalition au pouvoir que nous avons jointe mais qui tarde toujours à nous revenir.

Préparatifs de la campagne

Après plusieurs mois de préparatifs, les états-majors sont revenus sur lesdits préparatifs. Chaque coalition a sa méthode de préparation. Ainsi pour en savoir davantage, les états-majors nous ont ouvert leurs portes pour la présentation des activités menées. Déthié Fall, mandataire national de Yewwi Askan Wi révèle qu’ « on la prépare très sérieusement parce qu’en réalité elles ne concernent pas seulement le jour du scrutin encore moins le début de la campagne. Il fallait respecter toutes les étapes qui nous mènent vers le jour du scrutin. Nous avons beaucoup communiqué en mobilisant nos responsables, nos militants, nos mandataires, nos plénipotentiaires pour qu’ils soient prêts afin que tout le processus soit maîtrisé. Yewwi a travaillé dans la plus grande organisation parce que c’est une grande organisation sur qui le pays compte énormément et qui doit à l’issue des élections montrer que le président Macky Sall est vomi par les populations et lui barrer la route pour 2024 », lance Déthié dont la vision dépasse ces joutes territoriales pour lorgner la présidentielle de 2024.

Au moment où nous l’avons joint au téléphone, il a précisé : «  je suis en route vers Ziguinchor où nous avons choisi de lancer notre campagne. Nous allons procéder à des visites de proximité, à une très large sensibilisation des populations par tous les moyens. Nous irons dans toutes les autres villes du pays. »

Stratégie de campagne : meetings, porte à porte et visites de courtoisie

Autant qu’elles sont, toutes les coalitions que nous avons pu joindre au bout du fil bombent le torse se disant prêtes à aller à l'assaut des électeurs. De Bokk Guiss à Yewwi en passant par la coalition Sénégal 35, tous attendent le top départ. Sauf que pour ces joutes, les coalitions semblent privilégier le porte à porte. « Tout est fin prêt chez nous à Dakar. Pour cette élection qui est un rendez-vous d’un homme avec les citoyens de sa ville, nous privilégierons les visites de proximité pour d’abord rappeler notre bilan en tant que maire et ensuite présenter notre programme qui tourne autour du Dakar du futur, d’une ville durable, une ville numérique, une ville résiliente et solidaire. Le peu de moyens que nous avons est déjà disponible, le matériel qu’il faut pour la campagne, mobilisé », dit Moussa Diakhaté de Bokk Guiss Guiss.

Il ajoute qu’« il y a des initiatives qui seront prises par les différents responsables à la base. Par exemple, moi qui suis responsable de la coalition à Dakar, je ne ferai pas de meeting. C’est des visites de courtoisie pour les dignitaires et chef religieux et des points d’achoppement au niveau des lieux de rencontre comme les marchés et pour le reste, nous distriburons notre programme dans les maisons et laissons le candidat exposer thème par thème ce qu’il compte apporter aux dakarois. Donc nous ne serons pas dans le folklore. Il faut être très ingénieux pour ne pas déranger ces sénégalais amateurs de foot qui suivent la CAN. Je ne pense pas qu’on fera plus de deux meetings durant la campagne », conclut-il.
Samedi 8 Janvier 2022
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :