Violences de Tamba-Me Ousseynou Gaye avocat de Ibrahima Ndoye: « Sur les 300 personnes qui étaient là, il n’y a pas un seul qui peut…»


Le chauffeur Ibrahima Ndoye, jugé pour le meurtre de Cheikh Touré conducteur de moto Djakarta, devra patienter jusqu’au 06 mars prochain pour être édifié sur son sort. Il a fait face au juge ce matin à Tambacounda. Pour son avocat Me Ousseynou Gaye qui demande la relaxe pure et simple du prévenu, aucun témoin ne peut attester aujourd’hui de la culpabilité de Ndoye.

 

« Il y a des circonstances assez floues qui nous ont permis de plaider la relaxe, ne serait-ce qu’au bénéfice du doute. Les circonstances de cet accident posent le problème de l’imputabilité des faits qui aujourd’hui est problématique. Et les captures d’écrans versées au départ ont fini de convaincre tout le monde que ce n’est pas Ibrahima Ndoye  qui est à l’origine de cet accident de circulation. La police scientifique qui était bien présente à Tambacounda dans le cadre de ce travail-là, il n’y a pas de chaire relevée sur le véhicule, ni de sang. Ni les témoins ne l’ont relevée », a-t-il dit au sortir du procès.

« A ce moment précis, il y avait la poussière qui faisait en sorte que l’on ne pouvait pas voir. Les juges vont avoir ce problème de régler l’imputabilité surtout que Ibrahima Ndoye lui dit que dans la débandade alors que les pierres pleuvaient, des motos « Jakarta » barraient la route principale et qu’il fallait passer sur l’autre voie. Et sur 300 personnes qui étaient-là, il n’y a pas un seul qui peut lever la main droite et dire : "j’ai assisté au moment où Ibrahima Ndoye aurait embouti la victime", a conclu la robe noire.

Pour rappel, le procureur Me Sarr a demandé une peine d’un an ferme pour Ibrahima Ndoye.

Mercredi 27 Février 2019
Dakaractu




Dans la même rubrique :