Violences contre la presse : Le CDEPS condamne le saccage de RFM Mbacké.


Le Conseil des Diffuseurs et Éditeurs de Presse du Sénégal (CDEPS) condamne avec la plus grande fermeté l’attaque dont a été victime la station de Radio Futurs Médias (RFM) à Mbacké, dans la nuit du mardi 2 au mercredi 3 juin 2020.

Le saccage des locaux d’une station de radio est une atteinte grave à la liberté de presse et à la liberté d’expression. Aucune motivation ne saurait justifier un tel acte de barbarie. Les journalistes remplissent une mission de service public. Notre action, au profit du citoyen sénégalais, ne saurait s’exercer que dans le respect strict des règles d’éthique et de déontologie de notre profession. Quelle que soit l’origine de la violence et la forme qu’elle pourrait revêtir, s’attaquer à la presse est une atteinte contre la démocratie sénégalaise.

Le CDEPS se félicite que les journalistes, techniciens et travailleurs des médias sont sortis indemnes de cette ignominie sans atteinte de leur intégrité physique. Toutefois, l’organisation patronale déplore vivement les dommages matériels subis par nos confrères.

Les responsables de ce saccage devront être traqués et traduits en justice pour leur infliger une sanction exemplaire. Tout laxisme dans la poursuite de ces délinquants serait une caution de la violence, dans une impunité totale.

Le CDEPS affirme toute sa solidarité à tous les travailleurs de l’antenne de Mbacké et au Groupe Futurs Médias.

Le CDEPS en appelle aux forces de l’ordre pour assurer davantage la sécurité des journalistes et techniciens des médias, maillons essentiels de notre système démocratique.
Mercredi 3 Juin 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :