Violences basées sur le genre : Un pourcentage évolutif et inquiétant sur la femme en période de Covid-19 .


La pandémie à Covid-19 a affecté plusieurs secteurs d'activités, notamment dans l'informel. Au Sénégal, il est clair que la plupart des activités économiques tournent autour du secteur informel où d'ailleurs les femmes sont le plus concentrées. Par conséquent, elles font partie des couches les plus affectées. Après les mesures imposées par l'État à travers le couvre-feu et l'état d'urgence, elles ont été confrontées à des difficultés liées à certaines formes de violence notamment, économique mais également sociale. 

Partant de ce constat, le projet "Voix et leadership des femmes", dans ces différents champ d'intervention, a voulu mettre l'accent sur les violences issues des mesures restrictives que l'État a prises entre le mois de mars et mai. Cette étude, sous l'impulsion également du Forum des éducatrices africaines (FAWE) section Sénégal, devra donc dénicher l'impact des mesures émanant de l'état d'urgence, mais aussi du niveau de l'agentivité des femmes. C'est-à-dire, comment les femmes et les organisations de femmes se sont débrouillées face à cette pandémie et ses conséquences. 

Ainsi, l'atelier qui a réuni aujourd'hui à Dakar,  les acteurs de l'éducation et d'autres organisations de femmes et de la société civile, va restituer les résultats des recherches menées dans les régions de Dakar, Saint-Louis, Diourbel et Ziguinchor, mais également donner des recommandations pour que les autorités étatiques puissent prendre des mesures venant en aide aux femmes qui vivent ces violences de diverses formes. Cette étude a donc fait montre d'un pourcentage relativement élevé que les chercheurs ont voulu expliquer à l'occasion de cet atelier de restitution...
Lundi 21 Décembre 2020
Dakaractu




Dans la même rubrique :