Violence par voie de fait à ascendant : Adama Sidibé bombarde sa mère de 88 ans d'insultes et l'accuse d'avoir tué son père et dépossédé de son héritage.


Violence par voie de fait à ascendant : Adama Sidibé bombarde sa mère de 88 ans d'insultes et l'accuse d'avoir tué son père et dépossédé de son héritage.
Adama Sidibé, né en décembre 1974, a été attrait à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar pour menace de mort, violence par voie de fait à ascendant et injures publiques au préjudice de sa mère Dina Ndiaye et de sa grande sœur Khadijatou Sidibé. Pour cela, il risque 6 mois de prison dont 3 mois ferme si le juge suit le réquisitoire du procureur. L'affaire a été mise en délibéré pour le 14 juillet prochain.

Placé sous mandat de dépôt depuis le 30 juin 2021, Adama Sidibé ignore la valeur d'une maman. Ce vendredi 09 juillet 2021 vers les coups de 17 heures, Adama Sidibé a été appelé à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar. Personne ne pouvait retenir ses larmes quand, la dame Dina Ndiaye âgée de 88 ans s'est levée de sa chaise tenue par 3 jeunes hommes pour regagner le prétoire. On pouvait imaginer l'émotion qui régnait dans cette salle et ce qui taraudait dans l'esprit de toutes les personnes qui étaient présentes

Interrogée sur les faits, la brave dame qui n'arrivait pas à se tenir debout à cause d'un Accident vasculaire cérébral (AVC) causé par la pression et les insultes de son fils, a exposé son calvaire au tribunal. "Je suis fatiguée. Il me fait du n'importe quoi. Il m'insulte tout le temps. Un jour, il m'a insulté jusqu'à ce que je pique une crise. Je ne le supporte plus dans la maison. S'il sort de prison, je ne vais plus partager la même maison que lui", dit-elle.

Toutefois, elle reconnaît que son fils Adama Sidibé n'a jamais levé la main sur elle. " Il ne m'a jamais frappé, mais il m'accuse souvent d'avoir tué leur père".

Quant à Khadijatou Sidibé, la sœur du mis en cause, elle déclare devant le prétoire que son frère a menacé de l'égorger comme un mouton. "Je n'ose plus rester toute seule à la maison. Il n'arrive pas à supporter l'idée que c'est moi qui gère le foyer depuis la mort de notre père", a-t-elle dit au juge.

Interrogé sur les faits, le mis en cause a fait savoir que depuis la mort de leur père, sa mère a changé les termes de l'héritage. "J'ai été laissé de côté dans l'héritage de mon père. Je n'ai reçu aucun sou. C'est ce qui me fait mal. Je n'ai pas insulté directement ma mère. Je m'insulte moi-même. Je suis au chômage. Je n'ai pas de femme. Mais je suis père d'un enfant qui est au Fouta avec sa mère. Je ne l'ai pas menacé de mort", se dédouane-t-il.

Lors de son interrogatoire par le parquet, le prévenu a tenu des propos désobligeants à l'endroit du procureur. Ce qui a poussé le juge à le recadrer afin de le rappeler à l'ordre. " Je suis là pour garantir la police de l'audience. Répondez correctement au procureur, sinon je renvoie le dossier pendant un mois. Comme ça, vous allez vous tenir correctement", a martelé le juge.

Selon le représentant du ministère public, le prévenu Adama Sidibé est coupable d'injures publiques. Et concernant la violence par voie de fait à ascendant, il va falloir disqualifier les faits en simple voie de fait. Sur ce, il requiert que le prévenu soit déclaré coupable de voie de fait et injures publiques afin qu'il soit condamné à une peine d'emprisonnement de 6 mois dont 3 mois ferme.

Adama Sidibé, qui assure sa propre défense, demande la clémence du tribunal.
Dimanche 11 Juillet 2021
Dakaractu




Dans la même rubrique :