Viol sur une fille de 16 ans : 5 ans de prison dont 2 ans ferme contre le présumé violeur requis


Le mis en cause Ousmane Samb, vêtu d’un boubou traditionnel d’une blancheur immaculée, a comparu hier devant la barre des flagrants délits pour des faits de détournement de mineure et de tentative de viol. Il a nié les faits qui lui sont reprochés, prétendant ne pas aimer les filles. Son accusatrice a raconté que le mis en cause l’a abordée en lui demandant  de venir prendre la commission que son père en mission à Cayar a envoyée à sa maman. La fille ayant refusé, le prévenu l’a poursuivie et l’a entrainée dans une ruelle sombre avant de lui donner un coup de poing qui l’a envoyée à terre. Amenée dans un coin sombre et mal fréquenté, à 22 heures passées la fille aurait ensuite été abusée par le prévenu. D’après la victime mineure, le sieur Ousmane Samb l’a terrassée avant de la violer. Après avoir terminé sa sale besogne, il  lui aurait remis une pièce de 200 francs en la menaçant de la tuer si elle ébruitait l’affaire. Selon l’avocat de la partie civile, Me Sène, les faits sont clairs. Sa cliente a été cohérente et constante dans ses déclarations. Pis, malgré le viol, le prévenu a continué à fréquenter la famille de sa victime pour empêcher cette dernière de se confier à sa mère. La mère, constatant le visage pâle de sa fille qui ne parlait plus et refusait de manger, l’a soumise à un interrogatoire en la harcelant de questions. Elle a fini par craquer avant de raconter son calvaire à sa maman.
Quant à l’avocat de la défense, il a demandé la relaxe de son client faute de preuves. Dans son réquisitoire, le substitut du procureur a disqualifié les faits en détournement de mineure. D’après le représentant du Parquet, les faits ne sont pas constitués pour ce qui est du détournement de mineure. Pour les faits de tentative de viol, il les ramène en fait de viol. Le certificat médical a montré qu’il n’y avait pas une rupture de l’hymen. « La pénétration du mis en cause sur la fille n’a pas été profonde » affirme le parquetier. Il ajoute que le sperme du mis en cause a été trouvé sur les lieux. Pour la sanction, le ministère public a requis 5 ans de prison dont 2 ans ferme. Le juge a mis l’affaire en délibéré pour ce 2 août.
Mercredi 1 Août 2018
Dakar actu




Dans la même rubrique :