Viol présumé de la miss Sénégal 2020 / Soham El Wardini : « C’est un sujet qui nous invite à réfléchir sur nos habitudes pour ne pas donner l’impression d’installer la culture du viol »


Viol présumé de la miss Sénégal 2020 / Soham El Wardini : « C’est un sujet qui nous invite à réfléchir sur nos habitudes pour ne pas donner l’impression d’installer la culture du viol »
Pour la cause de la femme et la préservation de ses droits, le maire de la ville de Dakar est prête à engager le combat. Elle ne sera pas insensible au sujet qui défraie la chronique ces dernier jours avec l’affaire du « présumé viol de la miss Sénégal 2020 ». 

Dans un entretien accordé à nos confrères du journal l’Observateur, la candidate à la ville de Dakar pour les élections locales sera sans équivoque face à ce sujet qui mérite bien d’être élucidé. Toutefois, un fait est clair: l’acte de viol doit être condamné sous toutes ses formes :

« L'agression sexuelle, de quelque nature que ce soit, est une abomination qu'il faut condamner avec la dernière énergie », a dénoncé Soham El Wardini regrettant par ailleurs, les récents événements, à ce sujet, qui, selon elle, rappellent combien « il est important de réfléchir sur nos attitudes et propos pour ne pas donner l'impression d'installer la culture du viol.

Ainsi, constate le maire de Dakar, la femme n'est jamais coupable de son viol. Par contre, elle en est la victime. « Oser dénoncer son viol est déjà un acte de courage. Un premier pas vers le soulagement de son traumatisme, vers la restauration de son honneur et sa dignité à jamais altérés. En attendant que la justice se saisisse de cette affaire, ne délégitimons pas la parole de la victime », a t-elle confié à nos confrères du côté de la corniche Ouest.

Cependant, Soham El Wardini invite les politiques, religieux, membres de la société civile, artistes et leaders d'opinion, à agir ensemble pour lutter contre les insécurités que certaines femmes vivent souvent dans le silence.  Pour sa part, l’action est déjà engagée car, depuis le début de l'année 2021, la ville de Dakar a démarré, dans la commune des Parcelles Assainies, la réalisation de « la Maison de la femme » qui sera un espace de vie où les femmes vulnérables pourront recevoir un paquet de services nécessaires pour les aider à surmonter leur peur...
Lundi 22 Novembre 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :