Validation du RAC 2019 : Des progrès substantiels notés dans la première phase du Pse


La revue annuelle conjointe (Rac) consacrant les réalisations pour l’année 2018, a été validée ce matin lors d’un atelier technique présidé par le ministre de l’Economie, du Plan et de Coopération, Monsieur Amadou Hott. Cet exercice périodique a vu la participation des autorités administratives, des  représentants des Partenaires techniques et financiers, des organisations de la société civile, des collectivités territoriales ainsi que du secteur privé. L’état de la mise en œuvre de la politique économique et sociale de 2018 révèle qu’il y a eu de bons comportements des principaux agrégats économiques. Des performances qui, selon le ministre de tutelle, ont été enregistrées grâce à la bonne mise en œuvre du Plan Sénégal émergent (Pse) conjuguée au renforcement de la demande intérieure et au raffermissement des investissements publics dans l’énergie, l’agriculture et les infrastructures. Des efforts constants qui ont permis d’avoir une croissance estimée à 6,7% grâce aux investissements massifs de l’ensemble du gouvernement dans les secteurs précédemment indiqués, mais aussi les réalisations notées dans le volet social comme le Pudc, le Puma, la bourse de sécurité familiale, Promoville, la couverture maladie universelle, entre autres programmes. Une situation qui est d’autant plus visible du fait de la capacité à mobiliser des fonds par l’État central. À en croire Amadou Hott, il s’agit aussi de discuter avec les parties prenantes sur les améliorations à faire dans différents secteurs d’activités. Le ministre a rappelé dans son discours, que le gouvernement du Sénégal s’est résolument engagé à changer d’approche dans la mise en œuvre de la deuxième phase du PSE. Poursuivant ses propos, Monsieur Hott d’indiquer que l’État du Sénégal veut désormais résorber ses arriérés avant d’engager d’autres dépenses. Ces échanges ont permis aux différents acteurs de partager leurs complaintes au niveau de leur domaine de prédilection pour aboutir à un rapport plus exhaustif.

Pour ce faire, il a insisté sur l’inclusion du secteur privé en tant qu’acteur privilégié qui a sa partition à jouer afin que la croissance soit pérenne. Au demeurant, un rapport exhaustif sera définitivement retenu au plus tard le 11 octobre.
Lundi 30 Septembre 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :