Université de Ziguinchor : Les graves accusations du SAES envers le nouveau Recteur, Mamadou Badji.

Alors que l'année académique vient à peine de s'ouvrir, doublée de la prise de fonction du nouveau recteur, Mamadou Badji, des problèmes se font jour à l'université Assane Seck de Ziguinchor.


Université de Ziguinchor : Les graves accusations du SAES envers le nouveau Recteur, Mamadou Badji.

Le syndicat autonome des enseignants du supérieur/section Ziguinchor est désormais en ordre de bataille. La raison, le tout nouveau recteur de l’université Assane Seck de Ziguinchor ne respecte pas la charte de l’organigramme de l’institution avec la création de postes inutiles alors qu’il y a des salaires toujours impayés. Des points noirs souligné par le SAES lors d’un point de presse à Ziguinchor.

 

« Le comportement inélégant du Recteur  qui cherche à mépriser le SAES, le non-respect des décisions des instances pédagogiques de l’université, le non-respect de l’organigramme de l’université dans la création tous azimuts de nouvelles directions et de commissions en doublon de celles qui existaient déjà dans l’organigramme, le recrutement massif et clientélisme qui ne se justifie ni par leur compétence ni par leur utilité dans l’institution, l’octroi d’indemnités mensuelles aux membres de la commission ou de la cellule de passation des marchés avec des incongruités et en parfaite violation du règlement en la matière, la création d’un cabinet pléthorique du Recteur avec des personnes qui s’illustrent avec leur incompétence et arrogance méprisable envers les partenaires, la rentrée académique théâtralisée et surmédiatisée dans des conditions d’impréparation notoire avec plusieurs salles de classes non fonctionnelles et insalubres, le non-respect des mesures barrières, un contrôle laxiste au niveau des entrées, le scandale non encore élucidé des véhicules réformés de l’université qui ont subitement disparus dans des conditions nébuleuses », révèle Ababacar Kane, porte-parole du SAES.  

 

Cependant, il regrette que ces nombreuses décisions inopportunes et budgétivores prises par le Recteur depuis sa nomination, ont fini par créer une situation de tension de trésorerie inédite dans l’université.

Dimanche 15 Novembre 2020
Dakaractu




Dans la même rubrique :