Une attaque et une bousculade font plus de 40 morts au Burkina Faso et au Niger.


Le décompte des morts est presque devenu un fait banal au Sahel. Il ne se passe plus un jour sans que des pertes humaines soient déplorées dans des attaques terroristes où dans d'autres circonstances liées à l'insécurité qui sévit dans ce pan important du continent africain.

Ce dimanche 16 février, 24 personnes ont été tuées au Burkina Faso par des individus supposés appartenir aux groupes armés terroristes (GAT). Les faits se sont passés au village de Pansi, dans le département de Boundoré, province de Yagha, non loin de la frontière nigérienne. Le pasteur de l'église du village fait partie des victimes de ce carnage qui a aussi occasionné 18 blessés, selon un communiqué du Gouverneur de la région du Sahel. « Les blessés ont été évacués à Séba et Dori pour des soins appropriés et les personnes décédées portées en terre le même jour par les survivants, aidés spontanément par les habitants des villages voisins », précise le communiqué.

Au Niger, c'est une bousculade qui a provoqué la mort d'une vingtaine de personnes, parmi lesquelles des femmes et des enfants. Selon evenementniger.com lu à Dakaractu, c'est ce lundi 17 février que des réfugiés nigérians et des habitants de la ville de Diffa ont convergé vers la maison des jeunes et de la Culture de ladite ville nigérienne pour recevoir des vivres qu'était censé y distribuer le gouverneur de Borno, en visite dans cette région frontalière du Nigeria.
Lundi 17 Février 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :