Trois questions à Khadim Ndiaye, portier du Horoya AC : "Le Sénégal est un pays compliqué, un petit faux pas et on met tout sur ton dos"

Khadim Ndiaye, portier du Horoya AC, s’est confié à Papa Lamine Ndour, un confrère du journal Stades. Dans cette interview avec le quotidien sportif, le portier de Horoya AC ne se sent aucunement offusqué par sa longue absence en équipe nationale. Il est encore zappé de la liste des 25 joueurs qui doivent affronter Madagascar et le Mali, les 23 et 26 mars prochain.


Cela fera six matches, contre le Madagascar et le Mali, que vous n’êtes plus appelé en sélection. Avez-vous des explications par rapport à cette situation?
 
Je ne suis pas plus méritant que les joueurs convoqués. Il y’a un sélectionneur national (Aliou Cissé), qui a une liste de joueurs dans son programme. Il convoque ceux qui peuvent faire son affaire. Je ne vais pas entrer dans les choix d’un entraîneur. Avant, j’étais resté deux ans sans jouer avec la sélection. C’est Aliou Cissé qui est allé me chercher dans mon club, Horoya, pour me tendre la perche. Il m’avait même confié des responsabilités dans le groupe. Quoi qu’on puisse dire, même si je joue en Guinée, je suis un cadre de l’équipe nationale qu’on le veuille ou non. Comme les Kara, Koulibaly, Cheikhou et Gana, c’est moi-même qui les ai intégrés en sélection. Je suis compétitif et je continue le travail avec mon club. 
 
Avez-vous reçu des explications de la part du sélectionneur national Aliou Cissé?
 
Non (il se répète). On n’a pas eu d’échanges, de discussion, ou quoi que ce soit. Personnellement, j’ai cherché au fond de moi pour savoir c’est quoi le problème (de sa non sélection). Je pense qu’il veut un coup de jeunesse. Mais, l’âge ne peut être un facteur bloquant puisque Buffon fait toujours partie des meilleurs gardiens du monde, à plus de 40 ans. Neuer est le meilleur gardien du monde et il a 33 ans comme moi. Si c’est du côté des performances, je suis fier de moi-même. J’ai participé activement à la qualification du Sénégal à la Coupe du monde.
Est-ce que ce n’est pas parce que vous n’étiez pas exempt de tout reproche à la Coupe du monde, surtout sur le but encaissé contre le Japon avec votre sortie hasardeuse?
Je dirais peut-être. Sur cette action (ayant conduit au deuxième but du Japon), il y avait un problème de communication avec Salif Sané. J’étais sorti pour capter le ballon et soulager ma défense qui subissait. Je l’avais fait contre la Pologne lors du premier match. J’étais allé chercher avec autorité le ballon sur la tête de Lewandowski. (...) Le Sénégal est un pays compliqué, un petit faux pas et on met tout sur ton dos.

 
Mardi 5 Mars 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :