Transparence des pêches : Le Forum Civil au cœur des préoccupations du secteur.


Étant un secteur primordial, pour l’économie du Sénégal, la pêche maritime sénégalaise est en même temps un secteur très stratégique au regard de sa contribution à l'emploi (600.000 emplois officiellement dont beaucoup de femmes), à la sécurité alimentaire et nutritionnelle nationale (70% des apports en protéines d'origine animale).

Au plan de l'économie, la pêche sénégalaise contribue aussi à la création de richesses (241 milliards en 2014) et à l'équilibre de la balance commerciale nationale (le secteur en terme de valeur des exportations depuis 2014).

Mais malgré son atout économique, c’est un secteur confronté à diverses contraintes dont la baisse des rendements de la pêche, les pertes économiques pour l’État, les professionnels et les entreprises de pêche, les pertes biologiques découlant du gaspillage de ressources, des mauvaises pratiques de pêche et de la pêche INN (v) les conflits sociaux récurrents entre l’État et les acteurs de la pêche et entre les acteurs eux-mêmes, etc...

C’est pourquoi le Forum Civil, a initié un atelier pour une appropriation par les acteurs concernés de l'initiative « Fisheries Transparency Initiative (BiTI) » dont l’objectif est d'améliorer la responsabilité et la durabilité des pêches, par la transparence et la participation à travers la production d'informations fiables, publiquement accessibles et généralement acceptées sous la forme de rapports nationaux, à l'issue d'un processus consultatif.

Il s'agit en effet, d'une initiative volontaire, avec des conditions obligatoires en vue de renforcer la collaboration pour le partage des connaissances, des idées et des leçons apprises en matière de
transparence et de participation dans la gestion durable des pêcheries.

Au Sénégal, le processus d'adhésion à la FiTI a été enclenché suite à l'engagement public du Macky Sall, Président de la République, le 03 février 2016 à Nouakchott, lors de la première Conférence internationale de la FiTI.

Depuis lors, le Sénégal n'a franchi que deux (2) étapes parmi les six (6) étapes d'adhésion obligatoires définies par la FiTI. Malgré l'intérêt croissant des Professionnels de la pêche et la société civile pour la FiTI, le processus n'a pas connu d'avancées depuis 2016.

Récemment, avec la problématique de la délivrance de nouvelles licences de pêche industrielle à des navires étrangers dans un contexte de rareté des ressources halieutiques principalement exploitées au Sénégal, les membres du Comité national PGO doivent être accompagnés pour mieux appréhender  les enjeux de la Transparence des pêches pour le Sénégal et connaitre davantage les mécanismes et avantages de la FiTI afin de contribuer efficacement aux actions de sensibilisation et de plaidoyer pour la finalisation des étapes d'adhésion du Sénégal à la FiTI, notamment durant le prochain Conseil présidentiel sur la Pêche (CPP) et la mise en œuvre des activités relatives à la FiTI retenues dans le Plan d'action PGO (2021-2023).

Un atelier est initié ce matin pour partager avec les membres du Comité national PGO l'instrument FITI afin de leur permettre de maîtriser les enjeux liés au secteur des pêches en terme de transparence dans un contexte de rareté de la ressource et de menace sur les emplois du secteur des pêches au Sénégal.
Jeudi 30 Septembre 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :