Traitement de l’information relative à l’Enfance : Des abus constatés dans la rubrique des faits divers


Un séminaire invité par la Cellule d’appui à la protection de l’enfance (Cape), en partenariat avec l’Unicef et la Convention des jeunes reporters du Sénégal (Cjrs), a réuni mercredi, autorités locales, journalistes et intellectuels de divers horizons. Les participants vont ainsi réfléchir pendant trois jours sur une contribution efficiente à la protection de l’Enfance.

Si l’autorité a eu la belle vision prospective de lancer un guide sur l’éthique journalistique et les droits de l’enfant, force est de reconnaître aujourd'hui que des abus sont plus constatés dans la rubrique des faits divers. Pourtant, le Sénégal a ratifié la quasi-totalité des instruments juridiques internationaux relatifs aux droits des Enfants, si l’on en croit le président de la Convention des jeunes reporters du Sénégal (Cjrs).

Pape Thioro Ndiaye a fait une analyse critique de la pratique journalistique sous l’angle des droits de l’enfant. "Le traitement médiatique ne respecte pas trop souvent les normes requises en la matière. Dans le champ de l'information, les abus sont plus constatés dans la rubrique fait divers", a-t-il constaté. Le président de la Cjrs a rappelé quelques principes à observer par les hommes de média. Il s’agit de la protection de l'identité des victimes, le respect de la présomption d'innocence, le respect de la vie privée, l'honneur et l'intégralité des mineurs dans le champ de l'information. 

Ramatoulaye Ndao Diouf, coordinatrice de la la Cellule d’appui à la protection de l’enfance (Cape) est consciente que le traitement de l’information relative aux enfants nécessite une vigilance. Elle en veut pour preuve les conséquences négatives qu’il pourrait notamment engendrer chez les tout-petits…
Mercredi 25 Juillet 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :