Trafic international de drogue : Un nigérian et une Bissau Guinéenne encourent 10 ans d'emprisonnement ferme.

10 ans d'emprisonnement ferme, c'est la peine que risquent Valentina Gomez et Karl Thiouthiouma, respectivement ressortissant Bissau guinéenne et Nigérian. Arrêtés pour association de malfaiteurs et trafic international de drogue, ils seront édifiés sur leur sort le 15 décembre 2020.


Les faits remontent au mois de novembre dernier. Un certain John Usher, qui s'avère être le fournisseur, établi en Guinée Bissau, a remis 10 boulettes de cocaïne à Valentina Gomez pour qu'elle les remette à Karl Thiouthiouma dit Koby, installé au Sénégal. C'est au moment de la livraison de la marchandise que les éléments de gendarmerie de Ouakam, informés d'un trafic de drogue, ont interpellé la dame.

Un contrôle fait sur place a permis de découvrir par devers l’accusée un sachet contenant 10 boulettes de cocaïne, d'une valeur de 6 millions 500 mille francs CFA. Interrogé par les éléments de la gendarmerie, Valentina a fait ses aveux. Attraite, ce mardi 1er décembre 2020, devant la chambre criminelle de Dakar, la Bissau Guinéenne est revenue sur les faits avant de reconnaître a posteriori qu'elle transportait de la drogue.

L’accusée s’est défendue : « C'est quand je quittais la Guinée Bissau pour venir au Sénégal que John Usher m'a remis un sachet. J'ignorais ce qui était à l'intérieur. Il m'a juste remis un numéro à joindre. En cours de route, j'ai appelé sur un numéro de téléphone à plusieurs reprises mais sans succès. Une fois à Dakar, je l'ai eu au téléphone. On a brièvement échangé avant que je ne remette le téléphone au chauffeur de taxi pour plus d'explications. C'est par la suite que le chauffeur m'a déposé devant la gendarmerie de la Foire. Une fois sur place, j'ai rencontré Koby, qui s’est enfuie à l’arrivée des gendarmes ».

« Au moment de l'arrestation, les gendarmes ont récupéré mon sac. Je ne comprenais pas ce qui se passait. C'est la par la suite qu'ils m'ont informé que j'étais arrêtée pour détention de drogue. Ce qui m'a semblé ironique et je me suis mise à répéter : "drogue, drogue, drogue" », a raconté Valentina Gomez, avant de préciser n'avoir jamais vu Koby auparavant.

Ce dernier, qui a comparu devant la barre de la chambre criminelle de Dakar, a nié les accusations. « J'étais parti à l'Ambassade du Nigeria pour chercher un laissez-passer, puisque je fais du commerce. À peine sorti, les policiers m'ont arrêté. Au début j'avais cru que c'était pour avoir semé le désordre à l'ambassade mais c'est après qu'on m'a dit que c'était pour une affaire de drogue ».

Koby nie s’être mêlé dans une histoire de trafic de drogue. « Les gendarmes qui se sont rendus chez moi ont fouillé de fond en comble ma chambre mais n'ont rien trouvé », a-t-il soutenu devant la barre. Interrogé sur l'identité de son fournisseur, il soutient : « Je ne connais personne en Guinée Bissau. Je ne connais pas cette dame (Valentina Gomez) et je ne l'ai jamais vu ».

Le procureur a demandé au juge de condamner les accusés pour trafic de drogue. « Ils nous ont suffisamment édifié sur les détails. Les preuves font asseoir une association de malfaiteurs et trafic international », a dit le maître des poursuites. Ainsi, il a requis une peine de 10 ans d'emprisonnement ferme. 

La défense, quant à elle, a demandé un acquittement des mis en causes. 

L'affaire est mise en délibérée le 15 décembre 2020.
Mardi 1 Décembre 2020
Dakaractu




Dans la même rubrique :