Trafic de passeports diplomatiques et de visas : Les aveux dévastateurs d’El Hadji Diadji Condé.

L’homme, au centre de l’affaire de trafic de passeports diplomatiques et de…visas, s’est livré à des aveux détonants lors de ses interrogatoires à la Division des investigations criminelles (Dic).


« Je connais El Hadj Condé, mais je n’ai rien à voir avec cette affaire. J’ai appris cela dans la presse. Je ne sais pas comment la copie de mon passeport s’est retrouvée chez lui. Mon fils n’a pas de passeport de service. Je reste serein et je n’ai pas reçu une convocation ». C’est ainsi qu’a réagi sur les ondes, hier, Boubacar Biaye, député Bby et président du Conseil 

départemental de Sédhiou.

 

Comme nous le révélions le même jour, El Hadji Diadji Condé, l’homme au centre d’une rocambolesque affaire de trafic de passeports diplomatiques a cité ce dernier ainsi que Mamadou Sall (député, président du conseil départemental de Salémata) comme étant ses associés. 

 

De même, El Hadji Diadji Condé a mis sur la liste le maire Sadio Danfakha. Lors d’une perquisition effectuée chez Condé, à Cambérène, les éléments de la Dic ont saisi plusieurs documents dont une copie du passeport diplomatique de Boubacar Biaye et celle d’un autre passeport dont le détenteur est présenté comme son fils.

Il faut préciser qu’El Hadji Diadji Condé, qui est tombé samedi dernier après la plainte de deux dames est connu du « milieu ». 

 

Il s’active dans le « business » depuis au moins plusieurs années. À preuve, El Hadji Diadji Condé est déjà bon pour la prison puisqu’il était sous le coup d’un ordre d’incarcération, pour les mêmes délits et qui n’a jamais été exécuté.

Et le moins que l’on puisse dire est que Condé a été très loquace face aux enquêteurs de la Dic. 

 

Dans un premier temps, il avait proposé de rembourser, sur le champ, les 7,5 millions de Fcfa que réclamaient les deux victimes pour enterrer le dossier. Mais, face au refus des policiers, Condé a joué son va-tout en procédant à des aveux détonants.

Selon les informations de Libération, il a confié aux enquêteurs que le réseau est actif depuis la douzième législature. Mieux, sur la base de faux certificats de mariage avec les députés en cause, il a pu faire bénéficier des visas pour la France, l’Italie, l’Allemagne…à des candidates en échange de fortes sommes d’argent. D’ailleurs si l’une des plaignantes attendait son passeport diplomatique, l’autre avait « payé » pour un visa en Italie. « On se partageait les montants et chacun avait son quota. Parfois, je venais dans leurs bureaux, à l’Assemblée nationale », a confessé le mis en cause en révélant son présumé deal avec les parlementaires. 

 

Au-delà de la copie du passeport diplomatique de Biaye, un faux certificat de mariage ainsi que plusieurs passeports ordinaires, ont été saisis lors de la perquisition effectuée par la Dic au domicile du faussaire sis à Cambérène. « On travaillait ensemble », a encore répété Condé assurant que les députés cités agissaient parfaitement en connaissance de cause puisque chacun trouvait son compte dans ce business.

Libération 

Jeudi 9 Septembre 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :