Trafic de migrants via Dakar : le triste sort d’une sierra léonaise expulsée d’Irak.


Dans sa livraison du jour, le quotidien Libération révèle l’inculpation de 8 policiers en poste à l’Aéroport international de Diass pour complicité de trafic de migrants, fraude documentaire et corruption. Ils ont été dénoncés par les membres d’un réseau d’un réseau de trafic de migrants entre Diamniadio et Boune.

Les gendarmes de la section de recherches ont découvert sur place une cinquantaine d'hommes et 87 femmes venus principalement de la Guinée et de la Sierra Leone. Selon le journal, ils devaient être envoyés vers les pays du Golfe via l’aéroport international Blaise Diagne de Diass. La gendarmerie sénégalaise les aura sauvés du supplice de vivre des conditions inhumaines dans leurs pays d’accueil.

Cette chance, Mabinty Conteh ne l’a pas eue. Cette sierra léonaise de 20 ans a été envoyée en Irak en passant par le Sénégal. À en croire la presse sierra léonaise lue à Dakaractu, elle a quitté la Sierra Leone en janvier 2020 et est arrivée à Dakar le 19 du même mois. Elle prend l’avion le 24 janvier pour Bagdad où elle ne reste que moins de 07 mois. Pour des troubles mentaux, elle est expulsée vers le Sénégal le 02 novembre dernier. Informé par la police de l’aéroport, l’ambassadeur de la Sierra Leone au Sénégal envoie des agents l’accueillir. La jeune femme avait un discours décousu et ne savait pas exactement de quelle ville entre Calaba, à l’est de Freetown ou de Bakeloko, dans le district de Port Loko, elle est originaire. Elle a prétendu avoir été mariée mais ne se souvenait pas du nom de son époux. Elle dit également être mère d’un enfant.

Totalement prise en charge par l’Ambassadeur Alhadji Brima Elvis Koroma, elle a été rapatriée le 08 novembre dernier vers son pays où elle devra se reconstruire. Un triste sort qu’elle partage avec nombre de ses compatriotes qui casquent jusqu’à 7 000 000 de leone (370 000 FCFA) pour fouler le sol du moyen orient. Dans cette aventure, l’étape du Sénégal occupe une place importante. Car c’est à Dakar que ces candidats sont hébergés, le temps de leur concocter de faux documents avant leur embarquement à l’aéroport, avec des complicités locales.
Lundi 7 Décembre 2020
Dakaractu




Dans la même rubrique :